Le temps de l’effondrement des droites

Il est des moments où le cours de l’Histoire s’accélère. Ces dernières semaines relèvent de l’un de ces temps. La prise de champ et un regard ample à l’échelle du continent poussent à constater que l’heure de l’effondrement des droites européennes issues de la démocratie chrétienne est venu. Après le rejet de la social-démocratie, il s’agit de la seconde onde de choc qui va impacter l’ensemble du champ politique, jusqu’au camp progressiste lui-même. Et laisser cette fois libre cours à la phase de refondation non pas simplement du spectre politique mais de la société elle-même. Lire la suite

Faire face au retour de l’Axe et ne pas le nourrir

La politique spectacle et la tyrannie de la communication se prêtent fort peu aux périodes de tension et d’instabilité comme celle que connaît aujourd’hui l’Europe. Le président Macron, à jouer les bravaches et les donneurs de leçon vis-à-vis de l’Italie, contribue par sa légèreté à renforcer un nouvel axe dur et potentiellement explosif au sein de l’UE. La politique du pire telle que la conçoit M. Macron porte en elle le danger comme la nuée dormante porte l’orage. Lire la suite

Du doute à la désillusion

La semaine dernière, je relatais ici comment la politique de M. Macron apparaît désormais aux yeux du grand nombre sous une forme nouvelle : elle n’est plus seulement vue comme socialement injuste et moralement cynique, elle est aussi, et finalement peut-être avant tout, inefficace. C’est une chose de l’analyser et de le prévoir en amont. C’en est une pour les gens que de pouvoir le constater. Or désormais, tant dans le champ de la politique nationale, et notamment dans son volet économique, que dans celui de la politique internationale, la politique du président se trouve dans des impasses. Lire la suite

Urnes funéraires

Chronique du 7 juin pour L’Heure du peuple

Il est convenu de considérer que l’onction des urnes confère la légitimité démocratique nécessaire à la représentation de la souveraineté populaire. Si cela n’a pas toujours été le cas, quoi d’autre pourrait bien être utilisé dans la période ? Poser la question c’est donc y répondre. Mais il serait tout aussi illusoire de fermer les yeux sur le fait que la validation par les urnes n’est plus un sanctuaire pour l’exercice du pouvoir comme l’actualité en atteste. Lire la suite

Sanchez, le dégagisme vide

Jusqu’où la gouvernance peut-elle s’abaisser contre la démocratie ? L’Espagne et Pedro Sanchez (PSOE), nouveau premier ministre, nous révèlent une nouvelle façon de faire : le nouveau gouvernement qui a aujourd’hui prêté serment assume la pratique du pouvoir pour mieux renoncer à son exercice. Un gouvernement monochrome est formé et affiche ostensiblement sa volonté de porter la politique de l’adversaire déchu. Ainsi, dès lors qu’elle s’affranchit de la case élection, la politique possède décidément une capacité surprenante à entretenir le statu quo. Lire la suite

Macron : le vent du boulet

Si cela vous a échappé, une nouvelle ère se serait ouverte cette semaine : celle de la victoire éclatante de M. Macron. Une victoire d’autant plus absolue que l’adversaire n’était pas nommé. Lundi, Libération et Le Parisien se défiaient même au jeu du qui vendrait le mieux le prétendu succès du président : « Et à la fin c’est lui qui gagne ? » titrait le premier quand le second y allait d’un « Macron a-t-il plié le match ? ». Nourris d’expérience et habitués à la trivialité des méthodes de ceux-là, nous savons que l’empressement de la presse bien-pensante à organiser un tel tir d’artillerie vise toujours à masquer ce que le peuple ne saurait voir. Jetons-y donc un œil. Lire la suite