Fillon, Le Pen, Macron : la fraude corrompt aussi la démocratie

Fraus omnia corrumpit, la fraude corrompt tout selon l’expression consacrée en droit. Le jour même où la sous-évaluation supposée de son patrimoine rattrapait Mme Le Pen, M. Fillon était mis en examen notamment pour détournement de fonds publics et recel d’abus de biens sociaux. Avant qu’une heure après le parquet de Paris ouvre une enquête préliminaire pour favoritisme dans un dossier concernant M. Macron. Fillon, Le Pen, Macron, les trois favoris du système nourrissent désormais plus les gazettes judiciaires que les éditoriaux politiques. Fraus democratiam corrumpit , la fraude corrompt aussi la démocratie selon l’expression désormais consacrée en politique.

François Fillon s’est pris pour Cicéron : « Summum jus, summa injustia », le droit poussé à l’extrême c’est l’injustice, clamait-il en février, tandis que le parquet national financier (PNF) renonçait à classer sans suite l’instruction le concernant. Moins d’un mois après, le droit a cédé la place aux faits, la défense est tombée. Voilà M. Fillon mis en examen pour « détournement de fonds publics, complicité et recel de détournement de fonds publics, complicité et recel d’abus de biens sociaux, manquements aux obligations de déclarations à la haute autorité de la vie publique ». N’en jetez plus. Et pourtant si. Le parisien du jour nous apprend que M. Fillon aurait inventé les rétro-commissions familiales sur salaires versés sans avoir pour autant les moyens de s’offrir lui-même ses costumes. Le déontologue de l’Assemblée est saisi…

On apprenait également aujourd’hui dans le journal Le Monde que Mme Le Pen faisait elle l’objet de deux procédures de redressement pour avoir largement sous-évalué ses biens, détenus en commun avec son père, Jean-Marie Le Pen. Mais le fisc n’est pas le seul à s’intéresser à l’affaire : le PNF a lui aussi ouvert une enquête préliminaire, le 7 janvier 2016, sur la déclaration de patrimoine déposée par Marine Le Pen, en janvier 2014, auprès de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), au titre de son mandat de députée européenne. Mme Le Pen est une habituée des procédures judiciaires puisqu’elle a décidé de refuser de se rendre à la convocation des juges dans l’affaire des assistants parlementaires et échappe ce faisant à une possible mise en examen. Sans compter la nébuleuse financiaro-judiciaire au centre de laquelle elle gravite concernant le financement illégal du Front national et pour laquelle le FN qu’elle préside en tant que tel, et son trésorier Wallerand de Saint-Just, ont été mis en examen fin 2015 pour recel d’abus de biens sociaux et complicité d’escroquerie pour des montants estimés à 10 millions d’euros !

Quant au troisième larron, M. Macron, c’est comble de l’ironie le même jour que ses acolytes qu’il a vu le parquet de Paris ouvrir une enquête préliminaire pour favoritisme dans l’affaire du show promotionnel qu’il s’était fait organiser à Las Vegas à l’occasion de la French Tech Night. Mais c’était aussi la veille que l’association Anticor avait saisi la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) pour lui demander de « vérifier le caractère exhaustif, exact et sincère » de la déclaration de patrimoine d’Emmanuel Macron y voyant pour sa part à tout le moins un « manque de cohérence entre les revenus et le patrimoine déclarés ».

Fillon, le Pen, Macron, ces trois là ont un rapport nauséabond à l’argent qui peut vite devenir un vice. Avec eux, la campagne présidentielle s’est désormais décalée de l’agora vers les prétoires. Au point que dans un cynisme confondant, M. Fillon cherche à se démarquer de Mme Le Pen en affirmant que lui au moins répond aux convocations des juges. Décadence démocratique.

Les mêmes qui en appelaient à Cicéron devraient savoir que par delà la formule, l’ouvrage De officiis dont elle est tirée traite de la morale de la politique, de la justice et de son inévitable contraire qui corrompt la société romaine. Et que la conclusion est sans ambages : la volonté de tromperie par intérêt n’a pas d’excuse. Et que faute d’avoir été écoutée, peu après la République romaine a péri comme la Vème république s’achève.

L’heure est au coup de balai. Les vedettes médiatiques de la présidentielle sont aussi ceux qui corrompent la démocratie en y important la maladie et les pratiques de l’argent. Dehors ! Il ne saurait y avoir d’immunité sondagière pour ceux qui volent au peuple l’élection. « Summa fraus, infima democratia ». Là où la fraude est à son plus haut, la démocratie est à son plus bas dirait sans nul doute aujourd’hui Cicéron.

4 commentaires sur “Fillon, Le Pen, Macron : la fraude corrompt aussi la démocratie

  1. Ricardo dit :

    « Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n’est pas victime, il est complice ».
    Georges Orwell

    J'aime

  2. claudine dit :

    Lséparation des pouvoirs, c’est bien mais il nous faut, comme dit JLM,séparer la République et l’argent… Vivement la VIème!

    J'aime

  3. JESTIN Yves dit :

    Laissons la Justice suivre son cours. Quand parlera-t-on de leurs programmes?

    J'aime

  4. depuis 1969, 3 générations ont été sacrifiées sur l’autel de la médiocratie, grâce notamment à l’apprentissage métonymique, à l’abandon de la méthode analytique,…Plongé dans l’obscurantisme , l’électorat réagit par la peur à défaut de raison, rien d’étonnant à ce que les croyances religieuses prennent le dessus et que dieu sauve macron.
    L’urgence absolue est de rétablir un accès analytique à la connaissance, pour permettre la démocratie .

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s