Le double baiser de la mort de Manuel Valls

 

En annonçant ce matin qu’il voterait à la présidentielle pour M. Macron, Manuel Valls vient de faire d’une pierre deux coups : par son baiser de la mort, il achève le PS d’un côté et désarçonne son ancien ministre de l’économie de l’autre. Dans le petit monde des faux-frères mais vrais amis, le jeu de quilles continue.

Manuel Valls est un homme de caractère : il fait sans ciller ce que Benoît Hamon n’a pas osé faire avec les frondeurs : aller au bout de sa démarche. Frondeur, Benoît Hamon n’a jamais franchi le Rubicond face à la politique conduite par Manuel Valls. Au point de d’éviter de se mettre en situation d’avoir à le renverser, fût-ce au prix d’une motion de censure qui aurait pourtant permis de remiser au placard la loi El Khomri. Manuel Valls lui assume, quitte à s’asseoir sur ses engagements : il abandonne Benoît Hamon en rase campagne électorale et appuie sur le bouton d’autodestruction du PS.

Benoît Hamon n’est pas tant victime de la désertion de Valls que du champ de ruines qui l’entoure désormais. Il y a un mois, Jean-Luc Mélenchon lui demandait de donner des gages aux Français pour tourner la page du quinquennat et de se débarrasser de ses boulets. Au lieu de cela, Benoît Hamon a préféré tenter de recoller les morceaux de la vieille famille qui se faisait déjà ses adieux. Et plutôt que d’imposer son orientation, il s’est placé en situation de subir le fait que ceux-là s’en aillent d’eux-mêmes. Ce qu’ils font aujourd’hui les uns après les autres.

Le vote Hamon n’est dès lors plus même utile pour essayer de réorienter un PS qui retrouverait son ancrage et ses valeurs : l’objet lui-même n’est plus. Il a explosé sans que Benoît Hamon en prenne la mesure. Ainsi, dans une triste conférence de presse convoquée dans l’urgence cet après-midi pour répondre à l’annonce de Manuel Valls, le candidat dans une tentative désespérée « appelle les sociaux-démocrates […], le PCF, les Insoumis et Jean-Luc Mélenchon à réunir leurs forces aux [siennes] » car il aurait « une position centrale ». Passons sur ce dernier point pour lequel nul n’a besoin de mes commentaires pour se faire un avis. Plus profondément, ce que propose Benoît Hamon, c’est une politique à la petite semaine. Il y a 15 jours il convenait que sa candidature et celle de Jean-Luc Mélenchon n’avaient pas vocation à s’affronter mais avaient chacune leur légitimité et leur espace. Plus isolé que jamais, il change d’avis et voudrait remplacer le label PS désintégré par une collection d’étiquettes sans regarder plus avant l’incohérence de ce qu’il propose qui ne saurait produire d’autres effets que ceux qu’ils vient de subir avec le PS. Laissons là Benoît Hamon, il n’est nul besoin d’ajouter à son fardeau.

Car M. Macron a beau s’en défendre, il paye lui aussi l’adoubement valsiste.  Avec Manuel Valls, c’est la politique de M. Macron au sein de ses gouvernements qui revient avec lui. Entre le frondeur Hamon et son ancien ministre Macron, Manuel Valls a choisi : il préfère l’auteur de la loi Macron et le théoricien de la loi El Khomri à ceux qui avaient des doutes sur leur bien-fondé. Plus encore que Manuel Valls, c’est donc l’héritage politique du quinquennat que M. Macron doit désormais assumer.

Et ce n’est pas tout : le voilà qui traîne derrière lui l’héritage de tous les derniers quinquennats : 11 ministres de Jacques Chirac, des ministres de Nicolas Sarkozy dont Mme Montchamp est la dernière en date, et désormais les deux premiers ministres de François Hollande, Jean-Marc Ayrault et Manuel Valls, affublés de pléthore de leurs ministres et secrétaires d’Etat. Le renouveau ressemble furieusement au recyclage de l’ancien. Pire, il s’apparente à un lot de consolation pour les perdants des primaires : Valls pour celle du PS, Bayrou soutien de Juppé pour celle de la droite. Le général Soubelet qui annonce aujourd’hui qu’il abandonne M.Macron ne dit pas autre chose : «Les ralliements successifs tous azimuts et symboliques à bien des égards, à commencer par ceux de l’actuel gouvernement, ne correspondent pas à ma conception du changement»

Par sa prise de position, Manuel Valls a d’ailleurs donné chair aux propos de François Bayrou qui s’exprimait au même moment sur France-Inter et qui, évoquant l’annonce à venir, lançait : « Ce que j’affirme c’est qu’il n’y a qu’une seule majorité possible en France, c’est cette majorité centrale. […] Entre ceux qui forment le grand centre français, ceux qui sont du centre droit et ceux qui sont du centre gauche, il y a la possibilité de travailler ensemble. Quelle différence y-a-t-il entre un Manuel Valls et un Alain Juppé ? Sur le fond, il y a une compatibilité absolue ». M. Macron peut bien essayer de s’inscrire hors des partis et des courants, il est rhabillé en candidat centriste sans identité propre, synthèse des hommes on l’a vu mais aussi des politiques qui ont pareillement échoué à avoir trop convergé et s’être résigné à la financiarisation de l’économie entraînant la perte d’humanité de la société.

Manuel Valls par son annonce rajoute enfin encore un peu plus de confusion sur le profil de la « majorité présidentielle » qui s’est depuis quelques jours substituée à la majorité de députés d’En Marche ! que jugeait pourtant initialement nécessaire M. Macron pour appliquer sa politique. Le matin c’est François Bayrou qui au micro considère qu’il est convenu avec M. Macron que le fait que d’anciens ministres ne pourraient pas retrouver de portefeuilles ne saurait valoir pour lui. Le midi c’est le porte-parole d’En Marche ! qui ouvre la porte à Manuel Valls pour candidater dans sa circonscription d’Evry et recevoir l’investiture de la « majorité présidentielle » qu’il escompte. Bref, la tambouille bat son plein et Manuel Valls à n’en pas douter y retrouve ses aises.

On ne rompt pas si facilement le lien avec le sérail dont on est issus, les deux anciens ministres de Manuel Valls en font l’expérience à leurs dépens. Le double baiser de la mort de Manuel Valls pourrait bien enterrer les espoirs de l’un comme de l’autre au soir du 1er tour.

10 commentaires sur “Le double baiser de la mort de Manuel Valls

  1. J’ai envie de dire à Benoît Hamon : « Ouvrez les yeux, arrêtez de courber l’échine, non seulement votre honnêteté ne paiera pas mais vous allez faire perdre le peuple de France en vous obstinant. Il est encore temps de rejoindre la France Insoumise ! Cette force qui s’est mise en marche vous attend…

    Aimé par 1 personne

    • Ricardo dit :

      Vous vous trompez sur Hamon ! Il est la uniquement pour faire barrage à la France insoumise En marche est la nouvelle version du PS qui part du centre gauche au centre droit

      J'aime

  2. micmousse dit :

    « Le vote Hamon n’est dès lors plus même utile pour essayer de réorienter un PS qui retrouverait son ancrage et ses valeurs : l’objet lui-même n’est plus. » (*)
    à leur primaire les socialistes ont voté Hamon pour dégager Valls
    Valls vient de couler Hamon et le PS mettant également fin aux rêves de magouilles politiques ( déguisées en rassemblement de gauche ) du PCF (*)
    ils ne reste plus qu’aux français qu’ à dégager Macron , Fillon et Lepen parce qu’il ne faut pas trop espérer de la justice qui reste dans beaucoup de cas ( beaucoup trop ) , une justice de caste ( mais sait-on jamais ! )
    je vote Mélenchon puis France insoumise pour un Avenir en Commun et pour me débarrasser de ces arrivistes voyous à la solde de la finance

    (*) et malgré cela il s’accroche , ils s’accrochent encore « Pierre Laurent a de son côté estimé que la décision de Manuel Valls « clarifie le sens » de la candidature de l’ancien ministre de l’Économie.
    « Celle-ci devient le point de ralliement de tous les libéraux et socio-libéraux », a-t-il ajouté, estimant qu’il s’agissait d’un « regroupement de tous les responsables des renoncements du quinquennat et de la division de la gauche » »:
    http://actu.orange.fr/politique/pierre-laurent-pcf-appelle-a-une-rencontre-entre-melenchon-et-hamon-en-vue-d-une-candidature-commune-CNT000000FzR55.html
    http://www.humanite.fr/valls-macron-pierre-laurent-demande-une-rencontre-avec-melechon-hamon-et-jadot-634066

    Aimé par 1 personne

  3. micmousse dit :

    Je laisse leurs responsabilités à tous mes camarades de la France insoumise qui espèrent voir Hamon nous rejoindre , et à mes camarades communistes qui souhaitent le rassemblement de ‘ la gauche  » ( dans ce deuxième cas l’image pourrait être souvent étiquetée ‘ recherche désespérément place d’élu de la Veme république ‘ )
    Pour ma part , jamais je ne voterai pour autre chose que l’Avenir en Commun , plus jamais un vote utile ni un vote républicain , j’ai déjà donné à Hollndémou , l’ami de la finance , et cela même en présence de peste bubonique fhaine
    Je vote Mélenchon puis France insoumise sur la base sans magouilles de l’Avenir en Commun , ils dégagent

    http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/les-sympathisants-de-melenchon-appellent-hamon-a-les-rejoindre-928985.html
    http://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/2017/03/29/35003-20170329ARTFIG00212-hamon-demande-a-melenchon-et-aux-communistes-de-le-rejoindre.php
    http://actu.orange.fr/politique/pierre-laurent-pcf-appelle-a-une-rencontre-entre-melenchon-et-hamon-en-vue-d-une-candidature-commune-CNT000000FzR55.html

    C’est marrant d’ailleurs si leurs programmes au PCF et au PS sont si parfaits , pourquoi veulent-ils en faire une bouillie en reprenant je ne sais quelle proportion d’Avenir en commun … ou … comment peuvent-ils imaginer que l’on puissent saboter notre programme que l’on peaufine , développe depuis un an et le complète de livrets thématiques
    Comment Hamon ou Macron peuvent-ils espérer nous tromper de nouveau comme en 2012 avec Hollnde en développant en pire , avec les mêmes bourreaux PS et vers , la politique de droite ultra libérale imposée par l’UE au service des USA et du fric ?

    Bon , bref , maintenant nous le savons , nous le constatons , ces candidats sont bien des salopards de droite , pour certains et certaines doublés de menteurs , voleurs , sans honneur , sans parole , à vomir …

    oui c’est sur , je vote Mélenchon , ils dégagent

    Aimé par 1 personne

  4. JESTIN Yves dit :

    Les (ex-)frondeurs sont des couilles molles: ça braillait, ça braillait, mais dès que le traître SARKOZY II (vrai nom de Hollande) ou le franquiste faisaient les gros yeux tous les « frondeurs » s’écrasaient. Quant à HAMON, paix à l’âme du candidat mais longue vie au bonhomme.

    J'aime

  5. Dans son absurde rivalité où Mélenchon cherche à se différencier de Benoît Hamon, souhaitons à cette France insoumise de finir alors 3ème au 1er tour à 0,5% ou 1% du second, comme cela, son père de la Nation pourra passer toute sa retraite à recompter tous les petits bulletins de vote !

    J'aime

  6. Lunesoleil dit :


    Cet article ma inspiré la valse a mille temps lumière que sont ces politiques. On peut comprendre que de nombreux français hésite encore à voter,
    pauvre France 🏁

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s