Le marteau Lagardère et le clou Macron

Il est des stratégies qui, pour éprouvées qu’elles soient, n’en sont pas moins lassantes : ainsi, Le Journal du Dimanche (JDD) d’Arnaud Lagardère vient-il ce dimanche 9 avril d’offrir une 6ème Une en 6 mois à M. Macron, record toutes catégories. De gré ou de force, les Français devront se voir accroché le clou Macron car telle est ma volonté semble dire le marteau Lagardère. Quitte donc à re-proposer une Une, interview double page à l’appui, au VRP du groupe un mois seulement après la précédente ! Mais cette nécessité de voler au secours de son protégé traduit avant tout la fragilité de celui-ci : un clou ne s’enfonce pas dans le vide : il tombe.

Avec ce sixième opus de la relation privilégiée entre MM Macron et Lagardère, le risque serait que nous nous lassions à la dénonciation. Nous ne ferons ce plaisir ni à l’un ni à l’autre. Nous rappellerons donc que M. Macron a désormais une Une par mois dans le JDD (9 avril, 12 mars, 12 février, 15 janvier, 4 décembre) avec interview, le journal se chargeant du service après-vente les autres semaines. J’avais également rappelé dans cet article comment le JDD et Paris-Match avaient été mis à contribution pour imposer M. Macron dans le paysage politique au-delà du raisonnable. A ce stade, chacun-e peut considérer qu’un tel acharnement de la part de Lagardère ne saurait masquer quelques intérêts dans l’affaire. Et ce n’est pas M. Drahi, autre magnat de la presse et également ardent promoteur dudit Macron qui dira le contraire.

Mais ce que révèle la livrée du jour du JDD, c’est la fragilité de M. Macron que même des articles hagiographiques (« son émission réussie jeudi soir sur France 2 », « tranquille assurance », « s’imposer en homme qui sait où il va ») ne peuvent masquer. Car quand ce ne sont pas les autres qui parlent pour lui, M. Macron se révèle par le vide qui l’entoure dans ses interviews. Ainsi, dès qu’il est questions de mesures concrètes, M. Macron propose ce dimanche de créer…des commissions et autres groupes de travail en tous genres : « états généraux de l’alimentation », « conférence des territoires pour établir un pacte de confiance (?) avec les collectivités locales », « assises de l’outre-mer », « cellule de coordination du renseignement », « task force sur le terrorisme islamiste ». On dirait un gouvernement issu d’un sketch des Inconnus !

Et quand enfin M. Macron tente de se faire plus précis, c’est pire ! Ainsi, M. Macron annonce « dès la rentrée 2017 la mise en place des 12 élèves par classe de CP et CE1 dans les écoles de l’éducation prioritaire » mais « avec un reploiement des moyens dans un premier temps ». Autrement dit à moyens constants le temps de recruter, et former j’espère, de nouveaux enseignants. Que chaque parent s’imagine maintenant ce que signifiera le report sur les autres classes le fait de faire glisser des enseignants qui sont aujourd’hui dans des classes déjà largement surchargées pour réduire de moitié les effectifs dans l’éducation prioritaire. Car le « redéploiement », si tant est qu’il soit possible au regard des affectations académiques des enseignants et de la carte de l’éducation prioritaire, signifie que pour habiller Pierre qui en a bien besoin on va déshabiller Paul qui n’est déjà pas si chaudement vêtu. Cette façon de faire est une mascarade : inapplicable et injuste.

Reste aussi le double langage. Comme le fait de d’affirmer vouloir sortir de l’état d’urgence tout en considérant que « la situation européenne ne me semble pas propice à une levée de l’état d’urgence ». L’état d’urgence se voit donc désormais justifié par la situation…européenne. Comme si nous n’étions pas nous-même comptables de notre propre sécurité ! Comme le résume le linguiste Damon Mayaffre, « quand on écoute un meeting de Macron, on entend tous ces mots, mais au bout du compte, il reste une impression de vacuité idéologique ».

Quant aux mesures fiscales évoquées par M. Macron, leur orientation en faveur de la finance saute aux yeux y compris dans le décryptage auquel se livrent des « experts » qui ne passent pourtant pas pour de farouches marxistes : Eric Hayer considère que le remplacement de l’ISF par une taxe sur la rente immobilière est « un gros clin d’oeil aux entreprises », « peut plaire aux business angels » et s’apparente « davantage à une mesure électoraliste qu’à une proposition qui porte une vision pour la France de demain ». Pour Agnès Verdier-Molinié, directrice de l’Ifrap, la suppression de la taxe d’habitation pour 80% des contribuables « n’est pas une bonne idée ». Même Patrick Artus, chef économiste de Natixis, considère que la création d’un prélèvement forfaitaire unique de 30% sur les revenus du capital « induirait une baisse vertigineuse de la fiscalité sur les dividendes » ce qui « pour les entreprises [serait] une bonne nouvelle mais pas pour l’état ».

Largardère et consorts en sont aujourd’hui réduits à sortir la grosse masse pour tenter d’enfoncer le clou Macron. Mais le peuple résiste. Il n’est pas fait de ce bois poreux que la Caste croit pouvoir imbiber si facilement pour y faire entrer le premier Macron venu. Celui-ci pourrait bien ne pas passer l’écueil du 23 avril malgré la litanie des articles à sa gloire dans la presse à son service. Le clou est tordu et la répétition des coups de marteau n’y fera rien.

3 commentaires sur “Le marteau Lagardère et le clou Macron

  1. Jiel dit :

    Emmanuel Van Damme 😄

    J'aime

  2. micmousse dit :

    lMacron dit des mots , faits des phrases et ….. même dans ses meetings les gens se sauvent de trop d’ennui
    Les sondages en faveur de Macron sont tellement en décalage par rapport à ce que l’on voit de ses prestations , en particulier dans les débats , que ça se voit

    J'aime

  3. JESTIN Yves dit :

    Même comme banquier je ne veux pas de cet olibrius

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s