Si Jean-Luc Mélenchon n’impose pas sa parole, c’est pour libérer celle des gens

Interview accordée au journal Première Heure et publiée dans son édition du 5 mai 2017. Propos recueillis par Hervé Guénot.

1) Une réaction et une analyse de la consultation des militants de La France insoumise, terminée ce 2 mai ?

François Cocq : Ce fut un bel exercice démocratique. En renouvelant de fond en comble les pratiques, nous changeons jusqu’à la nature des structures. Nous avons mené une campagne qui en appelait à l’intelligence qui réside en chacun de nous. Nous avons en permanence tâché d’élever le niveau de conscience des gens. Et on nous demanderait de balayer tout cela par une consigne de vote dès le soir du 1er tour, en traitant les électeurs qui ont voté pour Jean-Luc Mélenchon comme des supporteurs captifs ? Non ! Ce sont des citoyens éclairés qui agissent dans une communauté de destin. 84 % ont voté Mélenchon par adhésion au projet l’Avenir en commun, soit le plus haut total et de loin de tous les candidats à la présidentielle. C’est pourquoi nous avons demandé leur avis aux insoumis. Non pas pour donner une consigne de vote mais pour donner un avis qui permettra à chacun, en conscience, de décider du geste démocratique qu’il souhaite poser lors du 2nd tour : Vote blanc ou nul, vote Macron ou abstention. Toujours en cohérence et parce que le vote FN n’est pas pour nous une option, nous n’avons pas soumis cette possibilité au vote. Force est de constater que cette méthode inédite est un immense succès puisque près de 250.000 personnes ont participé, se répartissant globalement en trois pôles égaux.

2) On a beaucoup critiqué Jean-Luc Mélenchon pour ne pas avoir dévoilé son vote de second tour : qu’en pensez-vous?

F.C. : Balayons d’abord les faux-semblants : Jean-Luc Mélenchon est depuis des années aux avant-postes de la lutte contre le FN et il a redit cette semaine la terrible erreur que constituerait le fait de glisser un bulletin FN dans l’urne.

Pour le reste, l’attitude de Jean-Luc Mélenchon est empreinte de dignité et de responsabilité et il en est chaque jour remercié par ceux qui ont voté pour lui. Sa démarche vise à éclairer, non à lancer des injonctions. En agissant ainsi, il transforme la vie politique en passant des vieux partis poussiéreux aux mouvements citoyens. En permettant l’expression de tous et le choix de chacun, il rompt avec les logiques majoritaires et donc aussi minoritaires. L’engagement politique ne se vit plus comme un enfermement. Chacun vient avec ce qu’il est et s’agrège dans un tout cohérent humaniste, émancipateur et insoumis. Après avoir instruit tout le monde, Jean-Luc Mélenchon accepte de ne pas imposer sa parole pour libérer celle des autres. C’est tout à son honneur.

3)  Vous-même, allez-vous dire pour qui vous allez voter au second tour?

F.C. : Le FN et Mme le Pen doivent être battus. Je considère que nous avons largement pris notre part à ce combat. Nous avons donné l’opportunité de dégager Mme Le Pen dès le 1er tour. Mais l’appareil socialiste et son candidat, le président Hollande, les éditocrates et médiacrates, tous se sont attelés à nous jeter des seaux de boue les 15 derniers jours plutôt que de combattre Mme Le Pen. A 600.000 voix près, ils ont obtenu ce qu’ils voulaient : le FN en diable de confort pour assurer l’élection de leur protégé. Et ils voudraient aujourd’hui nous faire la leçon et nous demander de régler la question du 2ème tour qu’ils ont eux-mêmes installée?

Entendez-moi : c’est notre honneur que de combattre sans relâche le FN et c’est leur honte de le laisser prospérer. Si je dois prendre mes responsabilités, je les prendrai dans l’isoloir. Mais que chacun prenne sa part et d’abord M. Macron. Qu’il cesse ses manipulations qui visent à demander à ce que le vote pour lui représente « l’adhésion à son projet » pour mieux renvoyer ensuite à la figure de celles et ceux qui se seraient dévoués à glisser un bulletin à son nom dans l’urne le fait qu’ils doivent avaler la casse sociale qu’il nous réserve. Je ne voudrais pas que la médiocrité de sa campagne rende la victoire de Mme Le Pen envisageable et me prive le 7 mai de ma liberté de choisir de voter éventuellement blanc.

4) M. Mélenchon a atteint, en Val-de-Marne, 24,5% des voix. Un bon score : comment l’interprétez-vous?

F.C. : Nous avons réalisé dans le Val-de-Marne un magnifique résultat. Il est bien sûr dû à la dynamique militante de toutes celles et de tous ceux qui sur le terrain ont soutenu la campagne de Jean-Luc Mélenchon. Mais ce résultat valide d’abord la thèse avancée par Jean-Luc Mélenchon dans son livre L’Ere du peuple : l’émergence de « l’urbanité » comme aile marchante d’une nouvelle citoyenneté. Cela s’est vérifié dans l’élection puisque la France Insoumise réalise des résultats considérables dans les grandes villes (en tête à Marseille, Toulouse, Montpellier, Lille…) à commencer par celles de notre département (Créteil, Choisy, Orly, Champigny, Alfortville, Villejuif, Vitry, Ivry…). Et notez bien ce corollaire : La France Insoumise fait reculer le Front national en-dessous de ses scores de 2012 en nombre de voix : là où M. Macron est haut, Mme le Pen peut être haute ; là où Jean-Luc Mélenchon réalise par contre ses meilleurs scores comme dans le 94, partout Mme le Pen se replie.

5 ) Avec les voix de Benoît Hamon (7,7%), le score de M. Mélenchon serait en Val-de-Marne de 33,2%, soit bien plus qu’Emmanuel Macron (28,5%). Regrettez-vous qu’il n’y ait pas eu un «ticket» à gauche  – Mélenchon/Hamon – permettant de qualifier la gauche au second tour?

F.C. : Le temps des additions électorales est révolu. Les électeurs ont validé la démarche de la France Insoumise qui vise à fédérer leur peuple plutôt qu’à juxtaposer des sigles. Bien sûr M. Hamon aurait dû venir donner un coup de main ; mais il a choisi de faire la campagne du PS. Il a donc fait le score qui va avec. Là où sa démarche est contestable, c’est d’avoir pris Jean-Luc Mélenchon pour cible privilégiée, comme si la non-élection de celui-ci était une compensation à la débandade du PS. Triste. Et surtout lourd de conséquences au regard de la présence de Mme Le Pen au 2nd tour.

6) Dans les conditions du premier tour, comment voyez-vous le profil des candidats de La France insoumise? Doivent-ils, après négociation, rassembler tous les candidats de gauche pour être en mesure de battre les candidats de M. Macron et constituer une Assemblée nationale de gauche?

F.C. : Notre pays est dans l’impasse. Le projet d’extrême-droite de l’une ou celui d’extrême-finance de l’autre ne peuvent rassembler car ils ne sont pas des projets d’intérêt général. Dès lors, et tandis que les vieux partis du système ont été balayés, la France Insoumise doit continuer à fédérer le peuple, à capter la colère pour la transformer en un débouché humaniste. Mais pour cela, il faut être digne de ces 7 millions de suffrages et ne pas retomber dans la petite tambouille politicienne et les accords d’appareils. La France Insoumise assumera sa cohérence et son unité d’action entre l’élection présidentielle et les élections législatives autour du programme l’Avenir en commun et de son chef de file, Jean-Luc Mélenchon. Vienne qui veut, la porte est grande ouverte.

7) Vous-même êtes candidat sur la 2e circonscription du Val-de-Marne (sortant : Laurent Cathala, PS). Abordez-vous le scrutin renforcé, alors que M. Mélenchon est très haut – en tête – et M. Hamon plutôt bas dans les deux villes de la circonscription? (Choisy, Mél. : 32,4%, Ham. :  8,2%. Créteil, Mél. : 27, 4%, Hamon : 8,8%)?

F.C. : Le score de la France Insoumise est effectivement remarquable puisque nous sommes en tête dans les trois villes. Mais au-delà, le paysage politique est redessiné : grâce à nous, le FN recule. Quant au PS, il est balayé tandis que la droite s’effondre. Un formidable espoir voit donc le jour : Créteil et la circonscription sortent de 36 ans de règne sans partage du PS. Et bien nous allons ré-oxygéner la vie publique sur notre territoire. Je suis là pour porter à l’Assemblée l’humanisme radical et émancipateur chevillé au corps des électeurs de cette circonscription, mais aussi pour leur offrir un renouvellement complet des pratiques politiques. Ma méthode ? L’implication citoyenne partout et tout le temps, en installant notamment des ateliers législatifs et en me comportant dès à présent comme un élu de la 6e République.

8) Que dites-vous du parcours bonapartiste éclair de M. Macron ?   

F.C. : Macron reste le candidat du système et donc de la continuité. L’exercice de marketing politique est il faut bien l’avouer très réussi. Mais il laisse déjà apparaître ses propres limites et l’adhésion à son projet chez ses propres électeurs est la plus faible de tous les candidats. M. Macron ne peut agréger autour de ses idées car elles rejoignent les intérêts d’une petite minorité, la Caste qui l’a fait roi. Les législatives le laisseront nu, sans majorité. Et tandis qu’il usera des pires artifices de la Vème République pour imposer les vues des siens, nous continuerons à fédérer le peuple dans une Assemblée désormais Insoumise pour un Avenir en commun.

10 commentaires sur “Si Jean-Luc Mélenchon n’impose pas sa parole, c’est pour libérer celle des gens

  1. JeanLouis dit :

    Je suis comme vous supporteur actif de la FI. Retraité, après une carrière industrielle de haut niveau, si vous me permettez de ne pas être modeste là qui m’a permise entre autre de voir la finance et les délocalisations pour baisse des couts à l’œuvre, j’habite dans une région non urbaine… Et là il y a tellement dans nos régions de zones oubliées délaissées. Alors quand je lis ‘l’émergence de « l’urbanité » comme aile marchante d’une nouvelle citoyenneté », je souhaite vivement que la FI s’intéresse aussi globalement à l’aménagement du territoire et que se recrée une véritable DATAR. Il en va du succès électoral, car dans ma région de montagne alpine JLM a fait de très bons scores mais aussi et surtout de l’avenir du pays dans son ensemble. L’urbanité ne suffit pas pour faire un pays

    Aimé par 1 personne

  2. micmousse dit :

    #SansMoiLe7Mai

    J'aime

  3. Lunesoleil dit :

    Avez vous vu la vidéo de ce psychiatre italien sur youtube ?

    Ce slogan ça fait réfléchir : choisir entre la peste et le choléra
    Une formulation à connotation très négative
    C’est la pire je dirais des seconds tours des élections présidentielles ….

    J'aime

  4. Jean-Marie Liégeois Belgique dit :

    Très bonne analyse d’E. Todd dans le journal belge Le Soi de ce jour..
    Info parue aussi dans ce journal : Macron et son mouvement envisage de rejoindre le groupe libéral de Guy Verhofstadt au parlement européen, belle preuve que le nouveau PS qu’est En Marche n’est vraiment plus un parti de gauche.
    Résistance
    Jean-Marie Liégeois Belgique

    J'aime

  5. william dit :

    « Si Mélenchon n’impose pas sa parole c’est pour libérer celle des gens ». On croit rêver en lisant un tel commentaire comme si quelqu’un avait ce pouvoir magique de libérer la parole des autres ou de l’enfermer. Un peu de recul et de pudeur s’il vous plait. Il y a des limites à la glorification.
    Non la position de JLM est irresponsable et dangereuse. Des millions de citoyens sont devant une échéance majeure qui va bien au delà du seul choix Macron ou Le Pen : comment battre le plus largement le FN pour se donner une victoire de classe contre l’ordre existant et prendre conscience de leur force. Et pour cela il faut mettre Le Pen le plus bas possible et pour ce faire voter Macron. Le reste est du bavardage ou des « pudeurs de gazelle » mal placées.

    J'aime

    • BONTEMPS dit :

      William , je suis la politique depuis mon jeune age 8ans avec mon pére ( qui était communiste) et j’ai toujours observé le PCF voté pour le PS ( Mitterrand )et jamais le contraire , JLM aurait été au 2éme tour contre le FN , est-ce que les électeurs de Macron , LR , centriste se seraient mobilisés pour voter JLM et je vous à 100% non , et Le Pen était présidente, alors les leçons de morale … Macron avec Hollande , BHL , et Madelin ex FN , Villepin etc..alors je m’abstiens , apres des insultes honteuses  » Dictateur etc.. » il faudrait voter Macron , alors il ne faut pas avoir de valeur humaniste …et de  » c……. »

      J'aime

  6. A reblogué ceci sur centristes insoumiset a ajouté:
    Voici un bon résumé de l’entre-deux tours de la présidentielle française 2017 :

    les Centristes insoumis sont fiers du bon score de Jean-Luc Mélenchon et appellent à respecter l’esprit de la consultation de l’entre-deux tours :

    PAS UNE VOIX POUR LE FRONT NATIONAL et vote EN CONSCIENCE…

    L’avenir en commun, notre programme sera encore mieux compris aux Législatives et nous ne doutons pas que le FRANCE INSOUMISE sera le meilleur OPPOSANT à l’ultra-libéralisme de Mr MACRON consensus mou pour une catastrophe climatique annoncée.

    J'aime

  7. Mario dit :

    @Jean-Louis , l’urbanité de la société Française, est évoqué par JLM pour parler du changement radical sociologique depuis l’après guerre où 80% de la population était paysanne.
    Aujourd’hui 80% de la population est urbaine, cela change beaucoup de choses.

    Je vis à la campagne et le FN est en tête alors qu’il n’y a pas d’étranger et de problème d’insécurité. Le chômage lui est bien présent comme partout.

    @William vos injonctions à deux balles vous pouvez vous les gardez. Les insoumis n’ont pas besoin de consigne, ni de vos insultes de bouffon qui répète la doxa

    Le FN n’a aucune chance d’être élu et n’est qu’un épouvantail du système.
    Si vous aviez lu l’article du billet vous auriez compris.
    Enfin pas sure puisque votre intervention ne servait qu’à injurier l’intelligence des insoumis.
    Gardez vos crachats et dégagez !

    J'aime

  8. Marc Rebelle dit :

    N’ayez plus peur!
    Après le cauchemardesque et pathétique débat des 2 protagonistes se prévalant candidat au pouvoir, je n’y ai vu que ce que nous savions toutes et tous déjà, l’intolérance, l’indifférence, l’arrogance, le savoir comme diktat à être président!
    Aujourd’hui, mais nous le savons déjà, seul JLM avait raison et a raison, le peuple est souverain, souveraineté qui lui a été volé et que le rejet de l’autre différent et l’oppression de la finance tente de conquérir pour l’une et conserver pour l’autre.
    Nous nous souviendrons longtemps de cet an 2017, qui deviendra un devoir de mémoire, où la Vème république détruite nous aura imposé comme président de la république soit la prêtresse de l’obscurantisme soit le Néron du despotisme..
    C’est la fin de la Vème république, le statut de Président de la république est totalement dépassé, et doit être constitutionnellement supprimé.
    Cette souveraineté et ce droit à la liberté pour et par le peuple, défendus et érigés en programme est le seul et unique changement qui peut sauver notre pays, et éclairer les nations à suivre le chemin de la libération des peuples.
    Insoumises, insoumis, vous dérangez, comme Camus qui a été celui qui dérange. car il a voulu être un homme libre, se faisant une règle de résister à l’air du temps et de dénoncer toute forme de conformisme.
    Insoumises, insoumis, vous êtes les révolté(e)s qui témoignent de cette part d’irréductible en l’homme qui refuse d’être bafoué par la force humaine, capitaliste, asociale, raciste et élitique qui la nie dans son essence même. Votre révolte est une force vitale assez puissante pour ranimer en vous, en nous, l’immense désir de liberté qui rend capable le peuple de toutes les audaces, de tous les bouleversements.
    Insoumises, insoumis, vous êtes dorénavant les seul(e)s garants des bases fondamentales de toute républiques la Vérité et la Liberté, mais n’oublions jamais les mots de Camus dans le discours qu’il prononça le 10 décembre 1957, en Suède, lors de la réception de son prix Nobel : « La vérité est mystérieuse, fuyante, dure à conquérir. La liberté est dangereuse, dure à vivre autant qu’exaltante. »
    N’ayons pas peur, n’ayons plus peur, car la peur est l’instrument de gouvernement, des médias, des élites, des fascistes, la peur de la victime est condition du pouvoir de l’oppresseur, le silence intimidé de la masse est « condition de félicité » du discours dominant.
    C’est la peur d’être seul, la peur d’aller à contre-courant, la peur de ne pas pouvoir jouir de certains droits si l’on ne rentre pas dans le moule – les mille formes sous lesquelles la peur se terre. « La peur est une technique » lit-on dans Ni victimes ni bourreaux, la peur impose le silence, bâillonne les hommes, auxquels on donne de temps à autres, et par prudence, l’exutoire d’une fausse indignation.
    Justement la révolte que Camus représente dans sa pièce L’Etat de siège met en scène l’installation d’un régime totalitaire à Cadix.
    La Peste ( ultralibéralisme), et sa secrétaire la Mort ( le fascisme), devant qui le gouverneur de la ville s’est enfui, font régner leur loi jusqu’à la révolte d’un jeune homme, Diego. La secrétaire reconnaît alors que le pouvoir de la Peste est ébranlé : « Il a toujours suffit qu’un homme surmonte sa peur et se révolte pour que leur machine commence à grincer. Je ne dis pas qu’elle s’arrête. Il s’en faut. Mais enfin, elle grince et quelquefois elle finit vraiment par se gripper. »
    Aujourd’hui, Diego c’est vous les insoumises, les insoumis, et la machine grince, et elle grincera de plus en plus jusqu’aux législatives, où vous insoumises et insoumis la ferez s’arrêter!
    Alors n’ayez pas peur, luttons, combattons ensemble pour la vérité et la liberté et libérons la France, l’Europe, le Monde…de ses oppresseurs et menteurs!

    J'aime

  9. […] identitaires de tous poils. Le pari de Jean-Luc Mélenchon allait à l’encontre de ces petitesses en s’adressant directement au citoyen plutôt qu’à l’individu, imaginé comme pur consommateur dans un marché politique où il […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s