Macron : pantin et marionnettiste du vieux monde

Il n’aura pas fallu attendre bien longtemps. M. Macron n’est pas encore officiellement investi que les pires pratiques du vieux monde réapparaissent. Il faut dire que tous savent à qui ils ont affaire. Ils viennent donc réclamer leur dû. Les Valls, Didier Guillaume, Bruno Lemaire, Edouard Philippe et autres Estrosi vendent père, mère et parti pour un maroquin ministériel ou une investiture dans la « majorité présidentielle » que M. Macron leur fait miroiter. Quant à la commission européenne, elle réclame déjà l’allégeance que le nouvel entrant à l’Elysée lui a promise. Partout le règne des petits arrangements entre amis a repris ses droits. Tour à tour pantin ou marionnettiste, M. Macron prolonge le triste spectacle du vieux monde.

Quel spectacle pathétique que ce lendemain d’élection. Tout ce que le Landernau politicard compte d’arrivistes et d’ambitieux se presse autour de celui qui derrière ses dénégations de façade remplit déjà les gamelles pour les entretenir. Et paye en retour son dû en crachant dans la soupe qui hier encore les nourrissait. Voyez Manuel Valls acter le 9 mai sur RTL que « ce parti socialiste est mort ». Voyez le président du groupe PS au Sénat Didier Guillaume asséner le même jour sur CNews que « le parti socialiste est mort ». Voyez Bruno Lemaire, hier encore représentant de l’aile libérale à la primaire de la droite, ou Edouard Philippe, maire LR du Havre, se mettre en situation pour recevoir leur ministère. Voyez les débauchés de la campagne comme Estrosi qui se met en congé de la région PACA. Et qu’importe que celui-là ait dans un passé récent évoqué librement les « cinquièmes colonnes » de « l’islamo-fascisme », ait affirmé que « l’islam n’est pas compatible avec la République », ou qu’il ait conclu en 2012 un discours par « Vive l’Algérie française ». Ceux-là se placent parce que M. Macron les invite à faire mouvement vers lui. Tous ne seront peut-être pas servis mais le nouveau Président assume de déchaîner déjà les instincts les plus abjects des commensaux de la 5ème République pour la tenir à sa main.

Pauvre France qui voit dans le même temps les vampires de la Commission vouloir se payer sur la bête que M. Macron croit avoir abattu. Le Président de la Commission Jean-Claude Juncker a été le premier à dégainer dès le 8 mai : il a appelé lundi M. Macron à réduire la dépense publique en France : « Nous sommes confrontés avec la France à un problème particulier, les Français dépensent trop d’argent et ils dépensent au mauvais endroit », a-t-il ainsi déclaré à la presse depuis.. Berlin. Avant de poursuivre : « Les Français consacrent entre 53% et 57% de leur Produit intérieur brut à leurs budgets publics, compte tenu du niveau relativement élevé de la dette cela ne peut pas fonctionner dans la durée ». Et, à quelques jours des sempiternelles recommandations iniques qu’ose exprimer la Commission à l’endroit de notre pays finalement plus si souverain puisque la représentation nationale n’a elle pas encore été saisie de cet exercice budgétaire, de demander  « aux Français de faire un geste en direction des autres ». Or si Jean-Claude Juncker se croit autoriser à tancer notre pays, c’est qu’il sait être participer de la comédie à laquelle l’y invite M. Macron, lui qui s’est engagé à une réduction des dépenses publiques de 60 milliards d’euros en cinq ans, passant entre autres par la suppression de 120.000 postes de fonctionnaires.

Le lendemain, c’est Pierre Moscovici, qui des limbes de son commissariat européen appelait à son tour M. Macron à sortir la France de la procédure de déficit excessif (PDE) au sein de l’Union européenne, en ramenant le déficit budgétaire sous la barre des 3 % du PIB : « J’ai la conviction que la France peut et doit sortir maintenant de la procédure de déficit excessif ». Chacun joue sa partition et M. Macron en est le chef d’orchestre. Le voilà qui demain exigera des Français qu’il se serrent la ceinture car comme le disent les bonnes âmes européennes avec qui il s’accorde, « il n’y a pas d’alternative possible ». La politique de l’un appelle les injonctions des autres qui nourrissent à leur tour la politique du tour de vis du nouveau Président. Chez ces gens là, on fonctionne en vase clos.

M. Macron a même réussi le pari de réunir en deux jours tous ceux qui ont échoué : le battu de la primaire de la droite Alain Juppé annonce qu’il n’est pas « dans l’état d’esprit d’une obstruction systématique » tandis que Bernard Cazeneuve, l’ultime 1er ministre de la débandade socialiste qui s’est achevée à 6%, appelle lui « à faire réussir le quinquennat d’Emmanuel Macron ». A défaut de nouveauté, M. Macron recycle les perdants.

Avec M. Macron les lendemains d’élection sont comme les veilles de scrutin : rien n’a changé : unité de temps, unité d’action, unité de lieu. La bourse aux étiquettes politiques est rouverte, les éternels inutiles ont la parole tandis que Bruxelles continue à imposer ses vues. Les vieilles pratiques reprennent leur cours sous la férule du nouveau maître des lieux qui tout en jouant les pousse aux crimes prend bien soin de ne pas en apparaître publiquement comme le responsable. La farce continue.

8 commentaires sur “Macron : pantin et marionnettiste du vieux monde

  1. André Scanga dit :

    Comme indiqué dans nombre de mes billets quotidiens, nous prenons dans le pays ici et là et en quelque manière que se soit, acte du résultat relatif à l’élection présidentielle en faveur d’Emmanuel MACRON. Ce n’est pas pour autant que nous allons laisser au nouveau Président de la République française toute latitude pour laminer, écorcher, léser, déposséder, escroquer le bon peuple, c’est-à-dire les salarié(e)s en activité, en recherche d’emploi, en précarité professionnelle ou sociale, préretraité(e)s et retraité(e)s. Le programme pour la durée de son mandat, soit 5 ans, ne plait pas à tout le monde. Trop de vautours, dont le dit Président de la République, attendent d’exercer au pouvoir la curée à nos dépends. Sous Sarkozy, ce n’était point brillant, sous Hollande, c’était le smog londonien, sous Macron nous guette le tsunami pire que celui qui a ravagé le Japon. Inquiétudes sans fondement dirons certaines crécelles officieuses ou officielles. Mais nous avons bien entendu Emmanuel MACRON dire qu’il  » gouvernera par ordonnance  » et qu’il mettra en œuvre certaines réformes. Si une part de celles-ci ne pose point problème, une autre part entraîne un complet rejet, puisque non acceptables pour diverses raisons. A propos des ordonnances, il est utile de rappeler le principe. C’est l’acte pris par un gouvernement, avec l’autorisation du Parlement, dans des domaines qui relèvent normalement de la loi. Mais qu’est-ce le Parlement ? En France, il est constitué par l’Assemblée nationale et le Sénat. Assemblée ou ensemble des Assemblées exerçant le pouvoir législatif. Sous mandature HOLLANDE, le Premier ministre a abusé du 49-3 pour faire passer en force des textes dont nous avions porté de vives protestations. De cela, nous n’en voulons point, merci messieurs-dames, c’est vraiment trop amère et indigeste. Donc point de discours stériles, ronflants, aux relents académiques de notre part, que nous soyons des électrons libres dans la société d’aujourd’hui ou bien attaché(e)s à des organisations associatives, politiques, syndicales ou autres. La parole est donnée dans la rue au Peuple. Si ce dernier ne dit rien ouvertement sur ce qui ne lui convient pas, le nouveau Président et sa clique de ministres, ainsi que le Grand Patronat et sa Majesté la Finance, lanceront des attaques de plus en plus virulentes en sa direction. Le Peuple, c’est nous tous, les forces vives de la nation. Peut-être convient-il de ramener à la surface des vérités quelque peu oubliées. André, retraité à Marseille / Bouches du Rhône / – USR CGT – / 2017.05.09 /

    Aimé par 1 personne

  2. JeanLouis dit :

    Bonjour Monsieur,
    Je suis quelques billets sur votre blog et je partage la plupart de vos points de vue. Je soutiens l’action de JLM depuis 2005, j’ai adhéré dans les premiers sur le site de la FI et j’ai contribué au financement de la campagne et je suis dans un groupe d’appui en région. Bref je fais ce que je peux à mon âge et avec mes capacités.

    Depuis quelques jours je m’interroge:
    Peut être est ce la déception après tous ces efforts, mais j’ai l’impression que le rideau est tombé. La FI n’étant pas un parti avec des instances pour s’exprimer je pensais que le site jlm2017 pouvait être un lieu d’expression mais les messages envoyés tombent dans un trou noir.

    Je voulais une fois de plus dire mon inquiétude quand je vois les informations qui filtrent sur la suite, procès au PCF, non accord avec EELV, la façon dont elles sont diffusées qui ramène la faute de l’échec dans notre camp, la bataille médiatique continuant, et l’impression qui s’en dégage de l’intransigeance de notre camp par rapport aux autres forces de gauche. Quel que soient le niveau réel de sincérité de nos partenaires potentiels surtout de ceux qui ont plus ou moins soutenu la candidature de JLM, je suis persuadé que si nous ne donnons pas l’apparence d’être unitaire pour tous, la force qui s’est levée va retomber bien vite et la désespérance légitime de notre peuple toujours plus grande. Attention à savoir rester modeste devant le score du 1er tour et donner l’image d’un mouvement qui veut rassembler, qui sait faire des compromis et non d’un groupe refermé sur lui même, d’une secte (par exemple toujours le même tout petit nombre de représentants sur les plateaux, hier soir encore, A Corbière ou R Guarrido) mais au delà de cela, l’impression qui se dégage surement pour l’immense majorité des gens est celle d’une toute petite équipe qui ne pourrait pas gouverner le pays alors qu’il y a plein de talents qu’il faudrait mettre plus en avant. Jamais ne se retrouvera une telle configuration favorable. C’est une chance historique.

    Excusez moi de vous écrire ainsi car les messages ne semblent jamais passer y compris sur le blog de JLM ou il est impossible d’écrire par l’intermédiaire de la rubrique contact.

    Bien cordialement et bon courage pour votre bataille dans le Val de Marne.

    JL Douliéry

    Aimé par 1 personne

  3. romaneyoctave dit :

    Il faut prendre acte de la mort cérébrale et viscérale des tenants de l’union de la gauche que furent le parti communiste et le parti socialiste.
    Le parti communiste est en état de mort depuis 1965 en soutenant Mitterand qui lui a donné des coups mortels dès 1968 et l’a achevé en 1981 après la déroute électorale de Marchais et l’élimination des principaux députés communistes. Depuis 1981, le parti communiste est un cadavre avec quelques mouches à vert qui volent à mois de 2%. Restent aux dirigeants communistes un peu de pouvoir de nuisance, mais la France Insoumise a consacré sa disparition définitive du paysage politique français et de l’action sociale qui reste aux mains des trotskistes encore un peu agités.
    Le parti (dit) socialiste est un organe pro alliance atlantique, pro européiste. Ses militants sont usés après avoir rendu les plus grands services aux élites mondialistes, depuis 2005 en votant OUI à la Constitution européeenne et son agenouillement de 2007 devant Sarkozy en laissant passer le traité de Lisbonne. Le dernier quinquennat socialiste l’a montré comme un sujet de ses tuteurs américains pour les guerres extérieures et comme un chien fidèle de l’ordre social allemand en bloquant salaires et retraites et en cassant les dernières dignes de l’ordre social, pour l’essentiel acquis par les luttes des syndicats en 1936et en 1945, sans participation réelle des socialistes ni du syndicat des évêques CFDT bastion socialiste s’il en fut et en est encore.
    Son rôle politique est joué, le parti socialiste, après avoir placé les pions du nouveau pouvoir, des chrétiens démocrates européistes aux faux laics antirusses, peut se mettre en veilleuse pour que le capitalisme libéral et Macron achèvent son oeuvre : la domination illimitée du modèle impérialiste américain et la soumission à son tuteur allemand.
    Devant ce tableau, La France Insoumise et son programme l’Avenir en commun ne disposeront plus des forces militantes et ouvrières pour renverser démocratiquement un système parfaitement verrouillé. Dans cinq ans, le prochain candidat Insoumis fera vraiment réchauffé, serait-il JLM2022 ou X2022.
    Le rôle des députés à élire dans un mois sera insignifiant, la politique de la France ne se décidera plus à Paris, mais à Berlin où le président Micron ira aux ordres, au Vatican où le faux laïc chrétien spirituel s’agenouillera et à Washington qui fera faire le meilleur business aux multinationales américaines.
    Finalement, qu’il y ait dix ou cinquante députés France Insoumise à l’Assemblée Nationale de 2017 à 2022, ne changera rien de plus que lorsque le parti communiste avait 40 puis 7 ou 8 députés entre 1981 et 2017, le gouvernement de la France est externalisé et Micron continuera sans aucun tracas.
    Le seul impact des élections législatives du mois prochain sera financier : disposer d’un poignée d’élus pour 5 ans procure un paquet d’argent aux cadres de ces partis et leur assure une retraite dorée. C’est la raison essentielle des désaccords entre les dirigeants du parti communiste, des écologistes européistes et des cadres dirigeants de la France Insoumise. Il faudra bien vivre une fois les élections passées et la capacité de mobilisation de moyens financiers va se réduire pour devenir quasi nulle dès juillet 2017.
    On peut dès lors comprendre que les discussions sont des discussions de marchands de tapis dans un souk où l’acheteur est toujours le couillon.

    Pour sûr, aux législatives, je ne voterai qu’au premier tour et très peu probablement au second sauf si mon choix du premier peut se répéter de façon identique. En aucun cas, je ne voterai pour un candidat d’union, même au premier tour. Chacun chez soi, chacun pour ses idées.

    Aimé par 1 personne

    • SCANGA André dit :

      La présidentielle est passée, tout comme les législatives, un goût amer nous reste en bouche, et aussi ailleurs si je ne suis point trop grossier. Maintenant, que faisons nous en cet été 2017 ?Emmanuel MACRON est élu Président de la République, son Premier ministre de Droite a pris position, tout comme ses plus proches collaborateurs au gouvernement. Le MEDEF s’y accroche comme une sangsue, le Président MACRON veut mener le Paquebot France en utilisant les ordonnances, le Code du travail va être travesti contre son gré, la Sécurité sociale et bien d’autres choses sont menacées d’opérations inesthétiques. Et alors, doit-on être catastrophé, anéanti, sans réaction, inerte ? Avons nous perdu les énergies populaires, politiques et syndicales d’antan, celles qui nous ont permis de construire d’importantes avancées face aux coups de boutoir de la grande bourgeoisie et du patronat tout puissant ? Nous regrettons, au sein du bon Peuple de France, la situation politique actuelle, de même en ce qui concerne l’Europe et bien d’autres contrées en ce monde. Va-t-on continuer à râler, à verser des larmes de rage et de désespoir, ou allons nous réunir nos forces pour mieux mener bataille pour la satisfaction de nos droits et en gagner de nouveaux ? L’inertie est une méthode provisoire pour étudier l’ennemi, cela ne doit point être une attitude pour l’éternité, sinon nous allons être balayés comme des feuilles mortes au gré du vent. En juillet et août, au plus fort de la saison estivale, réfléchissons à ce que nous allons faire ici et maintenant – 2017.06.26 – USR CGT Marseille Nord –

      J'aime

  4. Yves JESTIN dit :

    France Insoumise et ses alliés doivent absolument oublier leurs querelles d’image, de boutique, et ne présenter qu’un seul binôme titulaire + suppléant-e par circonscription pour former un seul groupe parlementaire sinon adieu la VIe République, impardonnable déception

    J'aime

  5. Grain de mil dit :

    De Mr Macron à Mr Micron insignifiante marionnette de la mediafinance le passage sera rapide. Il devra montrer une super souplesse des hanches pour assouvir les appétis de Robert Hue à Alain Madelin en passant par ceux qui ont trahi des milliers de pauvres gens qui avaient cru en leur honnêteté d’hommes de gauche Hollande en tête qui aura réussi la performance d’avoir été le Président le plus hai de la 5 eme République et son lieutenant Valls qui bat tous les records d’opportunisme à la manière d’ Iznogood l’affreux vizir de la période , et de l’autre côté Mr Juppé qui s’est pincé le nez en accomplissant son devoir de citoyen et bien d’autres encore…et on voudrait nous faire croire que Mr Micron aurait réussi l’impensable, l’impossible pari de réunir les Francais. Et malgré cela il n’a réuni que 42 pour cent des inscrits! Non Mr Micron vous ne serez jamais mon Président et attendez vous qu’à chaque fois que vous porterez atteinte à l’homme, aux 9 millions de pauvres qu’il y a dans ce pays, pour assouvir les appétits de la finance, vous aurez en face de vous la cohorte de la France Insoumise, qui de manifestations en manifestations ne cessera de se développer. À Bon entendeur, ….

    J'aime

    • SCANGA André dit :

      Evitez la division, regroupez vos forces, unissez vous, commentez d’une manière positive. Dénoncez, revendiquez, mais aussi proposez ! USR CGT Marseille Nord – Bouches du Rhône.

      J'aime

  6. […] cet article de blog qui reprend les différentes déclarations ainsi que le journal Financial Time du 9 mai […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s