Du calendrier des affaires et de l’usurpation démocratique

M. Macron est bien comme les autres. Il aura laissé passer les élections pour que la crise larvée qui touchait depuis des semaines les membres de son gouvernement éclate au grand jour. Goulard, Bayrou, De Sarnez, Ferrand et désormais Pénicaud, emportés ou en passe de l’être. Et pendant que M. Macron protégeait ceux-là, il s’est construit une majorité absolue sur la base d’une tromperie flagrante des électeurs. Que ces affaires là n’ont-elles pas eu de conséquences plus tôt ? La composition de l’Assemblée en eut-été modifiée. Et qui sait, la majorité absolue peut-être se serait-elle-même envolée…

Le calendrier en soi est un révélateur de la façon de faire du Président. Celui-là a compris qu’il fallait maîtriser les temporalités en politique. Mais c’est pour mieux reproduire les maquillages à l’ancienne. M. Macron a verrouillé la communication sur les affaires politico-judiciaires jusqu’au soir du 2nd tour : « présomption d’innocence » ânonnait-il. Lundi matin, le 1er ministre Edouard Philippe clamait encore sur les ondes , lors du service après-vente électoral, qu’il n’y avait « aucun problème » avec M. Bayrou !

Une heure après Mme Goulard démissionnait pourtant du ministère de la Défense. On était entré dans la phase d’après. Le lendemain, c’était au tour de François Bayrou de quitter le ministère de la justice et de Marielle de Sarnez de suivre la course folle de ce gouvernement. Avant Richard Ferrand ce soir et Mme Pénicaud demain, elle aussi visée par une affaire judiciaire directement liée au Président.

Que personne ne vienne repeindre le tableau en exonérant M. Macron de sa responsabilité, voire en le félicitant pour ces évictions : M. Macron est en première ligne. C’est lui qui avait retardé l’annonce de la composition de son gouvernement de 24h au mois de mai pour des « vérifications » de probité. Le résultat est là : les « vérifications  » étaient un artifice, ce gouvernement est pire que les précédents. Le contrat individuel de probité revendiqué par M. Macron et décliné dans son ersatz de loi sur la moralisation de la vie publique a volé en éclat : comme en matière de droit du travail, ce n’est pas le contrat qui protège, c’est la loi qui prévient des abus. La méthode Macron, si tant est qu’elle ait eu vocation à être autre chose qu’une stratégie de communication, est un échec absolu.

Mais la falsification macronienne ne s’arrête pas là : M. Macron recycle ceux qui sont mouillés dans les affaires politico-judiciaires comme il recycle les anciens du PS ou de LR.  Son bras droit Richard Ferrand ne serait ainsi plus assez vertueux pour être ministre et sera donc exfiltré ce soir lors du remaniement ministériel. Mais M. Macron l’impose par contre à la tête du groupe des députés de La République en marche. La représentation parlementaire serait-elle à ce point un objet politique de seconde zone dans la tête du Président pour que ce qui était incommodant au gouvernement redevienne indispensable à l’Assemblée ? Mépris ostensible pour la représentation parlementaire et pour les députés LREM qu’il a fait élire dont il veut faire des godillots. Ceux-là seront d’ailleurs jugés sur leur autonomie, et atatchement au renouvellement des pratiques par leur capacité de refuser de mettre ou non M. Ferrand à leur tête.

Les mauvaises manières présidentielles inspirent au-delà et se diffusent. Instruit de cet exemple, Mme De Sarnez  emboîte le pas de M. Ferrand et prétend faire de même. Elle qui juge sa situation intenable au ministère se projette sans ciller à la tête du groupe parlementaire Modem. M. Macron par sa pratique irrigue l’ensemble de la vie politique avec de l’eau souillée.

C’est donc l’ensemble du processus électoral que M. Macron a détourné : il s’est construit une majorité grâce à la sourdine apposée depuis l’Elysée sur les affaires. Qu’on se le dise quand on sait que nombre de circonscriptions se sont jouées à quelques centaines de voix. Puis il travestit le sens du vote de celles et ceux qui, en toute bonne foi, se sont portés sur les candidats de son parti en espérant le renouvellement : ceux-là voient les députés qu’ils ont élus être mis sous la coupe d’un et d’une président-e de groupe que le scandale a chassé du gouvernement.

A défaut d’adhésion à son projet, force est de constater que d’élection en élection, M. Macron est passé maître dans l’art de la manipulation.

5 commentaires sur “Du calendrier des affaires et de l’usurpation démocratique

  1. Richard Letawe dit :

    bonjour François Cocq,
    Quel dommage que tu n’aies pas été élu dimanche, tu aurais fait un excellent député. A mon avis, ce n’est que partie remise, et tu n’attendras pas 5 ans pour entrer à l’assemblée, car un pouvoir fragilisé aussi tôt ne tiendra pas très longtemps.

    Aimé par 1 personne

  2. micmousse dit :

    Maintenant que le banquier de l’Élysée a bien baisé ses électeurs , il vire Goulard et son Europe , il balance Bayrou et sa copine Sarnez , il ‘ exfiltre ‘ Ferrand pour mieux s’occuper de l’immobilier des mutuelles
    Va-t-il conserver Hulot , l’idiot utile à faire tortiller les vers ?
    Muriel Pénicaud va-t-elle démissionner pour préparer un déplacement à Las Vegas ?
    Plus sérieusement Edouard Philippe va-t-il raser sa barbe et Brigitte va -t-elle s’habiller de rose ?

    J'aime

  3. Robes Pierre dit :

    Tout ceci n’exonère en rien la responsabilité des électeurs qui se sont comportaient comme des benets se laissant envouter par l’illusion Macron mise en avant largement par les médias de révérence sans même regarder à côté d’eux qu’il y avait les candidats de grandes valeurs de la France insoumise !
    Quand on vote pour pour Macron on a du Macron !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s