Ir-Ma-cron, tempête sur l’ordre social

Chronique du 8 septembre 2017 publiée dans L’Heure du peuple

Le cyclone Irma a déferlé cette semaine sur les Antilles mais en cette rentrée, c’est Macron qui tempête sur l’ordre social du pays : en quelques jours à peine, il a semé la pagaille dans l’organisation de la vie collective de millions de citoyen-ne-s en s’attaquant pêle-mêle aux contrats aidés, aux APL ou encore au droit du travail.

Entendons-nous : chacune de ces mesures mérite d’être combattue sur le fond. Mais leur dénominateur commun est d’abord le désordre social qu’elles génèrent. Voyez les contrats aidés. Leur statut peut être discuté car il est vrai qu’ils ne débouchent que trop peu sur un contrat de travail stable. Mais force est de constater qu’ils répondent à des tâches utiles et nécessaires au quotidien du plus grand nombre, dans les écoles, les services municipaux, l’action sociale… L’annonce brutale de leur disparition dans les derniers jours du mois d’août est bien sûr d’une grande violence pour 150.000 personnes victimes du gigantesque plan social express délivré par le gouvernement. Mais elle est aussi un mauvais coup porté aux employeurs, collectivités locales et associations notamment, en les empêchant de se retourner pour continuer à assumer les tâches que l’Etat leur avait bien souvent abandonnées. Ce n’est pas là une façon digne et responsable de gérer le pays.

La sortie du président Macron sur les APL mardi 5 septembre, en demandant aux propriétaires de prendre eux-mêmes en charge la baisse de 5 € décrétée à l’Elysée, est tout aussi malsaine. L’Etat ne peut impunément s’en prendre aux plus fragiles d’un côté puis se défausser et fuir son rôle pour s’en remettre ensuite à la « responsabilité » des autres. C’est évidemment inefficace, mais c’est surtout dangereux en ce qu’il s’agit là d’une construction qui vise à opposer deux catégories au risque du dissentiment et du ressentiment. Avec Macron, l’Etat oublie son objet politique pour se contenter d’être administratif.

C’est enfin la réforme du code du travail qui va éparpiller les règles qui régissent le quotidien des salariés. Voyez plutôt. Les accords de branche ne s’imposeront pas aux accords d’entreprise, laissant libre cours à l’atomisation du droit du travail et l’isolement des salariés. Quant aux CDD, ils seront eux régis par les accords de branche ou d’entreprise et non par la Loi, laissant ainsi s’installer dans le droit du travail autant de règles que de branches, à savoir plus de 700. Quel est donc ce modèle de société qui renie les droits qui font du commun au profit de règles qui détachent et opposent les individus ?

La politique de M.Macron ne se contente donc pas de faire des ravages en s’en prenant aux conquis sociaux. Elle sème à tous les niveaux le désordre dans l’organisation de la société, rendant le quotidien du grand nombre plus difficile demain qu’hier, et desserrant les liens qui unissent les gens par la place qu’ils occupent dans l’espace collectif. Autant de raisons qui rendent d’autant plus nécessaire à la fois la mobilisation des salariés le 12 septembre derrière les syndicats et contre la réforme du droit du travail, puis celle du peuple indivisible le 23 septembre pour dénoncer le coup d’Etat social de M. Macron, source de tant de déséquilibres.

François Cocq

5 commentaires sur “Ir-Ma-cron, tempête sur l’ordre social

  1. BRETON Daniel dit :

    Si avec toutes les attaques qui se succédent depuis son élection (droit du travail, APL…. ) les agréssions verbales  » les fainéants… les extremistes …..) les manifs du 12 et 23 ne font pas le plein , alors faisons autre chose et organisons plutôt des pélerinages.

    Aimé par 1 personne

    • DEDOU 15 dit :

      En émettant l’idée d’organiser des pèlerinages, BRETON Daniel fait, évidemment, de l’humour.

      J'aime

      • BRETON Daniel dit :

        Oui ! c’est effectivement sous cet angle qu’il faut le voir .De toute façon la non réussite du 12 et 23
        n’est pas envisageable .

        J'aime

      • DEDOU 15 dit :

        Que ce soit le 12 ou le 23 septembre, il est certain qu’il ne faudra pas en rester à ces débuts, Emmanuel MACRON nous ayant signifié, d’une manière brutale et outrageante, qu’il ne céderait aucunement à la pression de la rue, via les manifestations programmées. Déjà, la CGT ajoute la date du 21. La crainte que nous pourrions avoir est le fait d’une possible extension sur le long terme d’un conflit idéologique entre les mouvements / partis politiques et les syndicats d’un côté, la Présidence de la République, les ministres, le MEDEF et autres syndicats patronaux, de l’autre côté. Avec tous les excès, tous les débordements qu’ont connu d’autres époques, d’autres périodes, sous des régimes différents. Comment allons terminer l’année 2017, comment allons nous aborder l’année 2018, nous ne le savons point dès l’instant. Nous pouvons nous attendre à de chauds moments, et ce, sans que la météo en soit la cause première. A la prochaine, Daniel……

        Aimé par 1 personne

  2. DEDOU 15 dit :

    Le groupe CGT Retraité(e)s en mouvement (Marseille Nord) souhaite avoir des commentaires de personnes en préretraite ou retraite, également des salarié(e)s en activité, en recherche d’emploi, en précarité professionnelle ou autres situations instables. Des analyses et regroupements pourraient être opérés par l’administrateur, puis relayés par d’autres groupes, ainsi de suite. Le but premier est d’organiser une vaste chaîne nationale, régionale, départementale et locale.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s