Le contorsionniste de la laïcité

Tribune publiée dans Marianne

Ces derniers jours, le débat laïque a de nouveau fait irruption sur le devant de la scène. Nous pourrions être tentés de considérer qu’il s’agit d’une bonne chose tant cette question est restée désespérément absente de la campagne présidentielle. Il ne faut pourtant pas s’y tromper. Si la laïcité se retrouve à nouveau au cœur des débats, c’est pour mieux être instrumentalisée une fois encore par ceux qui s’en réclament indûment et cherchent à affaiblir la cause qu’ils affectent de vouloir défendre. Manuel Valls est de ceux-là.

Ainsi, l’ancien Premier ministre s’est-il reconverti en pointe avancée de la macronie pour lancer l’assaut à l’endroit de Jean-Luc Mélenchon et de La France insoumise. Le terrain de bataille choisi ? La laïcité bien sûr. Non que Jean-Luc Mélenchon puisse être taxé d’une quelconque faiblesse ou complaisance en la matière, Manuel Valls le sait bien. Jean-Luc Mélenchon est ainsi le seul candidat à avoir signé durant la présidentielle aux côtés des principaux représentants du camp laïque L’appel des laïques, pour le respect de la laïcité. Le programme de la France Insoumise est pareillement le seul à proposer à la fois un livret thématique sur la laïcité dans lequel figurent des propositions de respect et d’extension de la laïcité avec notamment l’application de la loi de 1905 sur tout le territoire et donc l’abrogation du concordat en Alsace-Moselle, la fin du financement public pour l’enseignement confessionnel privé par l’abrogation de la loi Debré de 1959, le refus des financements publics pour les constructions d’édifices religieux ou des activités cultuelles, ou encore le refus définitif du titre de chanoine de Latran pour le Président de la République.

On peut évidemment comprendre que Manuel Valls ne partage pas ces orientations, lui qui, contrairement à ce qu’indique l’article 2 de la loi de 1905, lançait le 2 août 2016 dans Libération « qu’il ne fallait pas interdire une forme de financement public » concernant les mosquées, lui qui en tant que Premier ministre assistait le 27 avril 2014 à la canonisation des papes Jean XXIII et Jean-Paul II au Vatican, lui dont le parti d’alors, le PS, exprimait dans un communiqué du 26 février 2015 qu’il faut « un développement de l’enseignement  privé confessionnel musulman ». Manuel Valls a beau jeu de dénoncer l’islamo-gauchisme quand les ramifications de l’affaire Lafarge en Syrie dévoilent chaque jour un peu plus l’islamo-affairisme qui s’est insinué jusqu’aux plus hautes sphères du pouvoir alors même qu’il était Premier ministre. Celui-là préfère la sainte-alliance des libéraux et des communautaristes qui segmentent et désagrègent de concert, chacun dans leur registre, la société, l’intérêt général et les principes républicains. Deux faux universalismes, le marché et la religion, qui procèdent tous deux de prétendues mains invisibles qui invalident la notion même de raison.

Alors, parce que l’invective vallsiste vise en fin de compte au déni du débat argumenté fondé sur la Raison, l’ancien Premier ministre devient l’exécutant idéal pour activer la basse manœuvre politicienne. La stratégie décomplexée adoptée par Manuel Valls est de nature orwellienne. Il attaque la France Insoumise, non pas sur un éventuel point faible, mais au contraire sur un des éléments qui la fonde et lui est consubstantiel. Le stratagème consiste à brouiller les repères les mieux établis et les plus indiscutables.

Ce faisant, c’est tout le camp laïque que Manuel Valls fait reculer sans s’en émouvoir. Quelle drôle d’idée de s’en prendre au mouvement qui, par la dynamique populaire qu’il est capable de lever, a permis l’adhésion partagée du grand nombre autour du programme le plus laïque de la présidentielle, au mouvement qui a permis la fortification d’un sens commun laïque et républicain, au mouvement qui a permis aux questions laïques de progresser et d’imprégner plus largement dans la société. Pendant ce temps, Manuel Valls, déclamait dans L’Express le 23 août 2016 que « l’élection présidentielle va se jouer sur la place de l’islam ». Il aurait alors fallu débattre du degré d’immixtion du temporel dans le spirituel comme le préconisait Manuel Valls lorsqu’il considérait qu’« il y a urgence à bâtir un pacte avec l’islam » ? Faudrait-il au nom de la lutte contre l’islamisme djihadiste, faire place au sein de la République à l’islam politique ? Non ! L’Etat n’a pas à répondre au piège qui consiste à participer à la dispute politico-théologique engagée au sein de l’Islam comme il n’a rien à voir avec quelque cléricalisme que ce soit, a fortiori lorsqu’il s’agit d’extrêmes-droites religieuses.

La laïcité n’est ni l’œcuménisme, ni la neutralité. Elle n’est ni une opinion, ni une valeur. C’est un principe d’organisation sociale et politique, le principe d’organisation qui assure le plus haut degré de liberté pour tous grâce au fait qu’elle garantit la liberté de conscience promue dans un Etat de façon universelle (et donc bien évidemment pour ceux qui pratiquent l’Islam), mais aussi parallèlement la stricte séparation entre la société civile d’une part et les sphères de l’autorité politique et de constitution des libertés de l’autre (école, services publics, protection sociale). Elle stipule l’égalité en récusant discriminations et inégalités sociales. Elle assure la fraternité en créant un espace commun par delà les différences. Parce qu’elle refuse enfin tout préalable religieux pour adhérer à la communauté politique des citoyens, elle fonde la souveraineté populaire en indiquant que les Hommes peuvent se gouverner par eux-mêmes de manière rationnelle et terrestre. C’est beaucoup, et apparemment trop pour certains.

 

François Cocq et Francis Daspe sont respectivement président et secrétaire général de l’AGAUREPS-Prométhée

François Cocq est par ailleurs co-auteur de La laïcité pour 2017 et au-delà, de l’insoumission à l’émancipation (Eric Jamet éditions, 2016)

 

 

Un commentaire sur “Le contorsionniste de la laïcité

  1. Ricardo dit :

    Valls est le chien de garde de la République en marche qui s’était fixée comme objectif pendant l’été par la voix d’un de ses députés de taper comme des bourrins sur Jean Luc Mélenchon, ils ne pouvaient trouver meilleur bourrin en la personne du crétino-fasciste Manuel Valls qui doit faire ses preuves pour être accepter au sein de LREM !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s