Un œil sur la lutte ( partie 1)

Chronique du 27 octobre pour L’Heure du peuple

Les syndicats CGT, FO, Solidaires, UNEF, UNL et FIDL, réunis le 24 octobre, ont décidé d’une nouvelle date de mobilisation le 16 novembre. C’est une bonne chose. Car force est de constater qu’après la mise en mouvement réussie du 12 septembre et malgré la défiance profonde, majoritaire et persistante des gens sur les ordonnances et sur la loi travail elle-même, la dynamique s’est peu à peu étiolée. Faute d’avoir été en capacité d’agréger autour des syndicats. Et faute d’avoir su saisir les points d’appui qui étaient mis à leur disposition, je pense notamment là à la marche populaire contre le coup d’État social initiée par La France Insoumise le 23 septembre.

 

Alors certes une nouvelle date est posée, mais l’objet entre-temps a changé. Les organisations syndicales elles-mêmes en prennent acte. Désormais, après avoir fait le « constat […] d’une politique libérale visant à accroître les inégalités au profit d’une minorité », elles appellent en effet à une « journée de mobilisation interprofessionnelle, étudiante et lycéenne » pour que « le gouvernement prenne en considération les attentes sociales multiples qui s’expriment dans le public et le privé, par les actifs, les jeunes, les demandeurs d’emploi et les retraité-e-s. » On ne m’enlèvera pas de l’idée qu’après ce « constat » très politique, qui cible le pouvoir de M. Macron et non directement le patronat comme le voudrait la charte d’Amiens de 1906 (« le Congrès décide qu’afin que le syndicalisme atteigne son maximum d’effet, l’action économique doit s’exercer directement contre le patronat »), un temps précieux a été perdu à se réfugier derrière la dite charte tandis que Janus, ayant pour visages d’un côté le Medef de l’autre le gouvernement, avançait, lui, sans coup férir.

Bien sûr j’ai entendu les arguments selon lesquels il fallait à tout prix rechercher ou construire l’unité syndicale. Pour les uns c’était celle des sigles. Mais comme en politique, ce temps-là est révolu. La quête de cette illusoire unité de logos est même devenue le meilleur garde-fou de l’ordre conservateur pour empêcher la propagation du mouvement social. Véronique Descacq, numéro 2 de la CFDT, ne s’y trompait pas à sa sortie de la réunion du 24 octobre, parlant encore et toujours d’une « clarification entre les deux syndicalismes à l’œuvre dans notre pays ». Pour les autres il s’agissait de construire l’unité d’action à la base. Bien. Sauf que celle-ci n’a pas été réalisée et que l’articulation du mouvement social avec un mouvement populaire a été refusée alors même qu’elle aurait pu être de nature à permettre ce rassemblement par delà les sigles et l’appartenance syndicale.

Cette séquence doit nous amener à nous interroger sans faux-semblants. Nous tous et pas seulement les organisations syndicales. Car ce qui est en jeu, c’est la modification, dans des conditions et sous une forme nouvelle, du bloc historique compris comme la relation entre les structures et les superstructures. J’y reviendrai la semaine prochaine.

François Cocq

2 commentaires sur “Un œil sur la lutte ( partie 1)

  1. Mattia dit :

    Nous avons pu croire que seules,, les forces conservatrices partis de droite, PS, patronat etc…ont eu très peur du mouvement qui s’est construit autour de l’écriture d’une nouvelle constitution, mais parmi nos « alliés » ou réputés tels, beaucoup ont du paniquer de voir le vieux système remis en cause !
    Notre échec aux présidentielles n’est toujours pas digéré dans la FI . Cela conduit à une attitude de repli et nourrit tous les reculs : Recherche à nouveau de l’union à tout prix , panique devant l’avancée du Libéralisme, angoisse qui peut conduire à toutes les aventures !
    Je suis d’accord avec toi sur les causes de la non-mobilisation populaire, à côté de nous, les coups pleuvent et pleurnicher sur notre peuple qui serait nul ne nous conduira nulle part !
    Les appels de Jean Luc , tout respecté qu’il soit, ne seront pas entendus s’il ne sont pas relayés par les centaines de milliers d’insoumis, qui pour l’instant , sont en deuil !
    Alors qu’attendons nous pour ouvrir le débat sur ce sujet, j’avoue que je suis ulcérée par les injonctions de ceux qui ont refusé de voter JLM parce qu’il « était trop dictateur » , et qui sont impuissants voire « sidérés » devant le mépris, l’audace d’un Macron !

    Aimé par 1 personne

  2. […] semaine dernière, je faisais ici le bilan de la séquence sociale qui a occupé le premier semestre du Président Macron et qui a vu […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s