Européennes : la mascarade des consultations citoyennes

Chronique du  mars pour L’Heure du peuple

A l’occasion du lancement de sa vaste offensive visant à promouvoir une souveraineté européenne pour mieux s’affranchir dans chacun des états membres de la souveraineté populaire, M. Macron proposait lors de son discours aux ambassadeurs du 29 août 2017, puis lors d’un discours à la Sorbonne trois semaines plus tard, d’organiser dans tous les pays de l’Union des « conventions démocratiques ».

Certes il s’agissait alors simplement de « mieux associer nos concitoyens à la réflexion sur l’Europe » et non de leur confier le droit et la liberté de mener celle-ci à bien par eux-mêmes. Pourtant c’en était déjà trop. Les dites conventions sont depuis devenues « consultation citoyenne ». La modification sémantique n’est pas anodine : la tenue d’une « convention » appellerait une modification d’ordre juridique, donc celle des Traités européens, alors qu’avec une simple « consultation », rien de tout ça. L’ordre est bien gardé. La député LREM Valérie Gomez-Bessac à l’origine d’un rapport préparatoire sur le sujet, ne s’en cache même pas : « Le mot convention n’a pas été accepté car cela gênait certains pays qui ne voulaient pas que l’on parle de refondation de l’Europe ». Et de fait la refondation de l’Europe ne sera pas à l’ordre du jour, la boîte de pandore étant solidement cadenassée : « Ces conventions démocratiques ne peuvent pas aboutir à un changement des traités fondateurs » affirme le rapport. Avant d’enfoncer le clou : « Il n’est pas pertinent que la prise en compte des priorités politiques des citoyens européens aboutisse à une modification des traités ».

En tout état de cause, ces consultations resteront donc circonscrites au mieux au rang de simples discussions cloisonnées. M. Macron, s’adressant à son auditoire, lui signifiait d’ailleurs qu’elles devaient simplement permettre d’ « exprimer et dire ce que vous voulez pour l’Europe – quelques mois avant les élections européennes – et que vous permettiez à vos gouvernements de dessiner un grand projet ». Bref la consultation consisterait une fois encore à déléguer aux prétendus sachants le soin de « dessiner un grand projet ».

Il est jusqu’au cadre qui est préétabli, les débats « non partisans » et « non idéologiques » devant se dérouler selon les indications formulées au sommet : un groupe d’« experts » se réunissait à cet effet le 2 février 2018 à Bruxelles pour établir le calendrier, les modalités, et une série de thèmes qui « guideront » les citoyens.

Quant aux Etats, ils prendront en charge la mise en œuvre de ces « débats ». Ainsi donc, du 17 avril, date à laquelle M. Macron lancera depuis Strasbourg les consultations citoyennes qui se dérouleront jusqu’au mois d’octobre, début de la campagne pour les élections européennes. Pendant cette période, la pensée unique eurobéate sera imposée aux frais du contribuable sans qu’elle puisse souffrir de contestation.

Les consultations citoyennes sont une duperie. Le peuple, les peuples, peuvent certes donner leur avis. Mais sans sortir du cadre qu’on aura délimité pour eux. Le résultat des échanges est écrit à l’avance et ils devront confier à d’autres l’élaboration et la mise en œuvre de leur simple discussion. Pour qui a un peu de mémoire, ce processus d’élaboration est en tous points similaire à celui qui avait prévalu lors du lancement du Traité constitutionnel européen (TCE) de 2005. Heureusement, en toute chose les mêmes causes produisent les mêmes effets.

François Cocq

Pour en savoir plus, une analyse plus poussée est à retrouver dans mon livre qui vient de paraître chez Eric Jamet Editeur : Alerte à la souveraineté européenne ! La chimère de Macron contre la souveraineté populaire

3 commentaires sur “Européennes : la mascarade des consultations citoyennes

  1. pierre dit :

    L’Europe, telle qu’elle a été conçue, c’est à dire un grand super marché qui favorise le dumping social et le pillage des nations, est devenue un repoussoir ! Certains s’en émeuvent et proposent une autre direction, une autre Europe. Mais la mayonnaise a du mal à prendre et pour cause. Le FN, moribond est remis en selle par nos médias « aux ordres » et à chaque instant on tape sur la F.I. sans s’embarrasser des amalgames qui mettent le F.N. et la F.I. quasi sur le même plan : anti-européen ! Il faut quand même une énorme dose de mauvaise foi ou être frappé d’une cécité et d’une surdité hors normes, pour ne pas voir la différence entre ces deux antagonismes. Mais ce n’est pas grave non plus. C’est étudié pour … pour paraphraser le regretté Fernand Raynaud. L’important étant de « charger la mule ». Le principe de la « Propaganda-Staffel » de l’époque nazie est encore très actif ! « Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose » se plaisait à dire ce cher Goebbels … et ça marche encore aujourd’hui hélas. Nous attendons la prochaine enquête journalistique qui permettra à nouveau de lancer des tombereaux de boue sur les « salauds de pauvres », les « privilégiés » des services publics et ceux qui ne pensent « pas bien » … Quand est-ce que l’Europe va s’occuper des égoïstes comme la Pologne, la Hongrie et des dictateurs comme Erdogan et d’autres ? Ah non, il y a le Vénézuelaaaaaa qui est une priorité absolue. Pendant ce temps-là, on étrangle la démocratie en Turquie et on laisse massacrer nos amis kurdes en détournant les yeux. Pauvre France et pauvre presse, en grande partie, de révérence.

    J'aime

  2. […] eu l’occasion dans une précédente chronique de démontrer en quoi ces dernières sont une mascarade, une partie jouée d’avance puisque le […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s