Macron : le vent du boulet

Si cela vous a échappé, une nouvelle ère se serait ouverte cette semaine : celle de la victoire éclatante de M. Macron. Une victoire d’autant plus absolue que l’adversaire n’était pas nommé. Lundi, Libération et Le Parisien se défiaient même au jeu du qui vendrait le mieux le prétendu succès du président : « Et à la fin c’est lui qui gagne ? » titrait le premier quand le second y allait d’un « Macron a-t-il plié le match ? ». Nourris d’expérience et habitués à la trivialité des méthodes de ceux-là, nous savons que l’empressement de la presse bien-pensante à organiser un tel tir d’artillerie vise toujours à masquer ce que le peuple ne saurait voir. Jetons-y donc un œil.

Depuis le début de son quinquennat, il est un sujet sur lequel nul n’ose interroger M. Macron : la dynamique économique du pays. Comme si la collusion du président avec le monde de la finance lui donnait un blanc seing en la matière et était gage de succès. Or voilà que les indicateurs se retournent. Les chiffres de l’activité économique pour le 1er trimestre 2018 rendus publics le 30 mai traduisaient un brutal ralentissement : +0,2 % ce trimestre contre 0,8%, 0,7%, 0,7% et 0,7% pour les quatre trimestres de 2017. Pire, ce sont les choix économiques de M. Macron qui sont clairement démentis : ainsi,  l’investissement des ménages est en berne (+0,2% tandis que les entreprises capitalisent sur les cadeaux gouvernementaux (+0,1%). Et la suite s’annonce du même tonneau : les dépenses de consommation des ménages en biens ont par exemple diminué de 1,5% en avril, d’après l’Insee. Le ruissellement est une poche percée.

L’autre signal d’alerte pour M. Macron concerne sa perception et celle de sa politique par les Français.es. Le sondage Ifop-Fiducial du 5 juin pour Paris Match et Sud Radio dresse le constat d’un président qui atteint non seulement son plus bas niveau de confiance mais aussi qui se retrouve dans la situation de Nicolas Sarkozy au même stade de son quinquennat. Sa politique de classe et de caste est révélée et celui qui prétendait transcender les clivages regagne tranquillement ses pénates de droite libérale. Dès lors, les titres racoleurs des journaux à sa solde n’y feront rien, pas plus que l’adoption ce jour au sénat de son projet de loi sur la SNCF : nul ne peut lutter contre l’élévation du niveau de conscience collectif qui se diffuse dans la lutte. Tels sont dès à présent, avec le décloisonnement politico-syndico-associatif qui s’est opéré courant mai, les grandes victoires d’aujourd’hui qui appellent les changements de demain.

Notons également que le mouvement de M. Macron n’est pas épargné. LREM vacille à l’Assemblée quand le mouvement se heurte aux réprobations des gens sur le terrain. Dès lors, l’esprit de conquête est remisé. Là où LREM pariait sur un raz-de-marée aux élections locales, son secrétaire général Castaner en était réduit lundi 4 juin à annoncer que LREM pourrait soutenir des listes PS et LR aux municipales. Retour dans l’ancien monde en somme. Mais aussi reflux amorcé : ils sont moins nombreux à être disposés à assumer publiquement la politique de casse sociale et écologique du président et à vouloir aller se compromettre sur des listes estampillées parti présidentiel.

Enfin, et ce n’est d’ailleurs pas la moindre des raisons à cette apologie médiatique de la méthode Macron, le chef de l’Etat voit se resserrer autour de lui des affaires et des combines politico-financières. L’affaire Kohler bien sûr. Mais aussi celles des lobbies qui ont l’oreille des décideurs du palais et leurs entrées à l’Assemblée nationale comme l’a démontré l’épisode du glyphosate. Avant, qui sait, que l’affaire des comptes de campagne du président ne nous donne encore un peu plus à voir des arrangements entre amis qui pourraient toucher aux frontières du répréhensible.

Les tirs de barrage ne sont jamais anodins et c’est quand la fumée se dissipe que le paysage se révèle. On y voit quand même en ce début de semaine un petit peu plus clair qu’hier et sans doute moins encore que demain. Telles sont les victoires à la Pyrrhus.

5 commentaires sur “Macron : le vent du boulet

  1. Pantigny Sylviane dit :

    Superbe analyse !

    J'aime

  2. pierre dit :

    L’analyse est tout à fait pertinente ! Le problème est dû aux médias qui, à quelques exceptions près, encensent « l’enfant prodigue » ou le nouveau « roi soleil ». J’écoute à l’instant M. Hulot, toujours en vacances d’idées et attendant le chèque relatif à ses renoncements divers et variés, essayer d’expliciter que la politique de son maître « Jupiter » va dans le bons sens. Ce n’est plus des couleuvres qu’il tente de nous faire avaler … Edgar Faure ne disait-il pas « ce n’est pas la girouette qui tourne, mais le vent » ? Par contre nos éminents journalistes de service, Mme Salamé et M. Demorand, sont bien moins « mordants » avec cet homme, exemple flagrant d’un renoncement à des idées pourtant nobles et nécessaires, contre versements d’émoluments sonnants et trébuchants, qu’avec nos amis de la F.I. Est-il encore nécessaire de le préciser dans ces lignes ?
    C’est un peu comme la politique d’Israël que l’on ne peut remettre en cause, sous peine d’être taxé d’anti-sémite. Dès que le monarque actuel est en difficulté, suite à sa politique dirigée davantage vers les « premiers de cordée », au détriments des « premiers de corvée », on nous sort le chapitre de la légitimité !
    Ce n’est pas faux. Mais comme le dit si justement J.L.M., même une chaise aurait été élue face à Mme Le Pen que (presque) toute la sphère médiatique s’est employée à mettre en place ! Et ça repart aujourd’hui avec le nièce … Maréchal nous voilà, nous sommes à ton service !

    Aimé par 1 personne

  3. Renardet dit :

    c’est exactement mon propos simplifié à l’annonce de sa dégringolade dans le sondage (les gens, les riens commencent à comprendre ce qu’il est vraiment derrière ses beaux discours, creux, hypocrite, président des riches !

    J'aime

  4. henthouarn dit :

    Libé et le Parisien, ou la mauvaise foi légendaire des larbins à la solde de l’oligarchie!

    J'aime

  5. […] semaine dernière, je relatais ici comment la politique de M. Macron apparaît désormais aux yeux du grand nombre sous une forme […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s