Les stratégies dilatoires de Macron

Fidèle à sa volonté de maîtriser le temps, Emmanuel Macron joue désormais la montre pour échapper à la volonté populaire. On l’a vu cette semaine après les annonces du Haut commissariat des Nations-Unies aux Droits de l’Homme. On le voit encore ce dimanche avec l’annonce par le ministre coanimateur du « grand débat national » Sébastien Lecornu que les annonces et propositions présidentielles s’étireront « jusqu’à l’été ». Dans un cas comme dans l’autre, le temps politique se déconnecte de l’action et de la réalité pour mieux s’y soustraire dans une stratégie dilatoire assumée

Mercredi 6 mars, Mme Bachelet, Haut commissaire des Nations-Unies aux droits de l’Homme demandait l’ouverture d’une « enquête approfondie » sur un « usage excessif de la force » de la part du gouvernement pour réprimer le mouvement des Gilets jaunes.La réponse de Macron et de ses sbires, Benjamin Grivault en tête ? Evoquer l’ouverture de 160 enquêtes internes. Autrement dit différer la réponse à la question posée, le temps des enquêtes administratives ne correspondant pas à celui de la mobilisation. Pendant ce temps là, Macron et les siens peuvent continuer à provoquer verbalement les Gilets jaunes comme le faisait le lendemain le ministre de l’intérieur Christophe Castaner lorsqu’il feignait de s’interroger sur la « trace que les Gilets jaunes souhaitent laisser dans l’histoire ». Et agir impunément contre le mouvement des Gilets jaunes.

Ce dimanche, c’est donc Sébastien Lecornu qui annonçait dans une interview au JDD que les propositions du gouvernement seront dévoilées au fur et à mesure, et ce « jusqu’à l’été ». La réponse à la mobilisation populaire, tant celle à la mobilisation des Gilets jaunes qu’au grand débat, est donc repoussée au-delà même des élections européennes, de manière à différer la déception à venir faute de pouvoir l’éviter. Ce faisant, Sébastien Lecornu rejoignait le premier ministre qui en milieu de semaine avait commencé à préparer le terrain en annonçant qu’il ne faudrait pas être déçu par les annonces présidentielles au lendemain du grand débat. Son ministre ne dit pas autre choses et invite à ne s’émouvoir le week-end prochain par la déconnections prévisibles entre le discours à venir de l’oligarchie et les demandes populaires qui sont remontées depuis dix-sept semaines. De fait, ces conclusions ne peuvent qu’être déconnectées de la volonté populaire dès lors que si la parole a pu être libre, le rendu du grand débat est confisqué par le pouvoir en place. En feignant de donner la parole aux gens, Macron les réduit en réalité au silence.

Parce qu’il n’a aucune réponse concrète à apporter, parce qu’il ne souhaite pas non plus répondre aux aspirations populaires, Macron pratique donc une politique dilatoire qui repose tout entière sur l’exercice communicationnel. Pour masquer sa fuite en avant, Jupiter s’en remet à Saturne.

Un commentaire sur “Les stratégies dilatoires de Macron

  1. michel43 dit :

    le grand cirque continue ,les bonimenteur nous prenne pour des guignoles ,alors on va aller voter pour les Européennes ,en espèrent qu « il se prenne une claque

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s