Les leçons de l’épisode Kotarac

Andrea Kotarac quitte la France insoumise pour rejoindre le RN et me voilà une fois encore dans l’actualité, moi qui n’avais comme au mois de janvier rien demandé. Rien ne me sera épargné comme dirait l’autre. Puisqu’il en est ainsi, je réponds sur le fond.

  • Andrea Kotararac se trompe : on ne défend pas la souveraineté populaire lorsque l’on réenferme cette souveraineté dans une prison identitaire. Le peuple français se définit de manière politique et non ethnique. Dans une visée universaliste et non par le repli sur soi. Dès lors, les tenants du peuple considèrent que la volonté générale réside dans le peuple et, fidèles en cela à Rousseau, qu’elle produit un intérêt général qui se tourne naturellement vers le bien, entendu comme ce qui est bon pour tous. La souveraineté populaire est donc une foi laïque en l’humain : c’est un humanisme et un universalisme. La confiance que le RN accorde au peuple ne suffit pas même à vouloir lui confier un RIC. Un gouffre démocratique nous sépare.
  • Andrea Kotarac se trompe en ayant une vision électoraliste biaisée : quand bien même le RN ferait le 26 mai au soir le score qu’on lui prédit, ce sera dans un océan d’abstention. Le RN pourra tout au mieux se prévaloir d’avoir recueilli les suffrages de 8 à 9 % du corps électoral ! L’effondrement démocratique ne sera en rien réglé par cela. Le RN n’aura en rien constitué une réponse à la crise démocratique qui secoue l’Europe et qui se traduit par l’entrée dans la démocratie minoritaire (cf mon livre L’impératif démocratique). Le vote RN ne règle rien.

Andrea Kotarac est coupable de commettre de telles fautes d’analyse.

  • D’autres portent leur part de responsabilité. Lorsqu’on qualifie publiquement un républicain sincère qui n’a jamais, jamais, dérogé à l’idéal de l’émancipation, de « nationaliste », on ouvre la boîte de Pandore. Tout ceux qui, fidèles à la souveraineté du peuple pour et organiser la vie selon la Res Publica dans la Cité humaine, reçoivent un message de menace : quand bien même cette pensée est centrale au sein de LFI, vous serez traités en minoritaires et marginalisés, voire bannis, parce que la stratégie électoraliste a remplacé le populisme par le confusionnisme.
  • Ont pareillement reçu un retour de boomerang ceux qui ont imposé cette ligne absurde du « référendum anti-Macron ». Il y a un an déjà, LFI ne représentait plus à elle seule cette opposition (purement institutionnelle en ces temps où la vie démocratique s’éprouve aussi en dehors de ce cadre) à Macron. Selon le vieux principe qui veut que la force aille à la force, il ne faut pas s’étonner si la rupture opérée depuis l’été par LFI en se relatéralisant a créé les conditions pour que ce soient d’autres qui puissent aujourd’hui tirer les bénéfices de la ligne « anti-Macron ». Retour à l’envoyeur.

L’épisode Kotarac me blesse au cœur. Car il atteste des faiblesses et des échecs de notre camp. C’est presque une chance qu’il s’inscrive comme une basse manoeuvre dans une période d’électoralisme de bas étage. Par contre il nous oblige pour la suite. Le camp de l’humanisme émancipateur devra au lendemain du 26 mai clarifier sa pensée, sa stratégie et ses formes d’action : par un réarmement idéologique et républicain, par une transversalité qui permette de construire une nouvelle hégémonie culturelle, et par l’inscription résolue et active dans un processus constituant pour que le peuple se refonde collectivement.

7 commentaires sur “Les leçons de l’épisode Kotarac

  1. RLC dit :

    J’ai été de gauche tourte ma vie, mais il faut se rendre à l’évidence : le multiculturalisme est un échec, il n’ a jamais fonctionné nulle part et ne fonctionne pas en France.
    Ce n’est même pas lié à une histoire d’identité, c’est juste un constat : une société multiculturelle/ethnique amène forcément au communautarisme et donc à la défense des intérêts de ces communautés et non pas la défense de la France et des Français dans leur globalité.
    Au final, ce sont les tensions entre ces communautés qui aparaissent, entre ceux qui défendent l’immigration ou non.. etc
    La France doit revenir une terre paisible, unifiée.. elle n’en prend pas le chemin.

    J'aime

    • pierre dit :

      Bonjour à tous,
      La formule « j’ai été de gauche » sous-entend que je suis devenu de droite. Chacun a droit à son point de vue et à sa manière de voir les choses. Néanmoins, considérer que le multiculturalisme est un échec, c’est oublier d’où nous venons tous. L’humanité ne s’est formée et forgée que grâce au migrations depuis des siècles. La « race » n’est qu’une vue de l’esprit et quand la Perse, la Grèce Antique, l’Egypte et ses pharaons, comme les Incas et d’autres civilisations existaient déjà en tant que société, chez nous, en Europe nous en étions encore très loin. L’évolution des choses n’a pu avoir lieu que grâce aux mélanges … Dans les années 80, le slogan était la France est une mobylette, qui ne marche qu’au mélange. Qui s’en souvient aujourd’hui ?
      Sans retomber dans un lyrisme purement littéraire, considérons que certaines choses ont été trop loin, notamment à cause de l’influence néfaste des « culs bénis » de toute obédience, dont les manoeuvriers ne sont rien d’autre que les marchés financiers, qui ont trouvé là le moyen facile, de dresser les uns contre les autres au sein du monde ouvrier et salarial ceux qui sont croyants et ceux qui ne le sont pas. Le problème vient du chômage et de la mal-vie et les extrémistes de tout bord, profitent de cette situation pour enflammer le pays et la Finance s’en frotte les mains évidemment, puisque la désunion des peuples fait leur lit.
      Derrière, en coulisses, les tractations des politiques feront jouer la carte électoraliste en favorisant les uns, contre les autres, selon les enjeux du moment, parce qu’ils voudront préserver leur « casse-croute » ou leur « gagne-pain ». C’est ainsi depuis les années 80, lorsque « les marchés » ont investi la place pour installer la crise. Les marchés, ne sont pas de gauche … mais parfois ils le font croire et il y a des gens moins assurés de leur convictions qui plongent dans la soupe et se trompent de cible. Au bout du compte qui sont les perdants ?
      Ceux qui croyaient au ciel et ceux qui n’y croyaient pas, du peuple. Par contre les instigateurs de ce système se retrouvent aussi bien chez ceux qui vont à la mosquée, à la synagogue, au temple ou à l’église … en toute hypocrisie et en toute connivence. Ceux-là ne sont évidemment pas majoritairement de gauche. Il y en a sûrement, mais c’est comme disait Gabin dans l’excellent film « le Président » : c’est comme les poissons-volants, mais ce n’est pas la majorité !
      Bonne semaine et bon vote à tous – Moi, je vote LFI !

      J'aime

      • Antoine dit :

        > Dans les années 80, le slogan était la France est une mobylette, qui ne marche qu’au mélange. Qui s’en souvient aujourd’hui ?

        J’ai grandi dans les années 80, je n’ai jamais entendu ce slogan. Donc cela devait être le slogan d’un groupuscule ou d’un petit milieu social replié sur lui-même…

        Par ailleurs, personnellement j’espère un peu mieux pour mon pays que d’être une « mobylette », c’est-à-dire un véhicule bruyant, poussif et polluant. Certes, le TGV ne fonctionne pas au « mélange »…

        > C’est ainsi depuis les années 80, lorsque « les marchés » ont investi la place pour installer la crise. Les marchés, ne sont pas de gauche …

        À vous lire, on croirait que les marchés sont arrivés par hasard sans que personne ne prend garde. Non, les marchés sont arrivés parce qu’on leur en a donné la possibilité, c’est-à-dire lorsque le PS au pouvoir a tourné le pouvoir de l’expérience socialiste pour promouvoir la construction européenne et déréguler progressivement les structures de l’économie française.

        Ce PS dont on retrouve un certain nombre d’anciens membres à la FI. Et notamment, bien sûr, à sa tête. C’est ça aussi, « la gauche » qui prétend aujourd’hui et hier lutter contre la finance.

        J'aime

      • Mireille MOUTTE dit :

        « Le problème vient du chômage » et bien alors il n’est pas près d’être résolu ! Le problème, pour moi n’est pas le chômage, qui vu les dernières technologies, l’automatisme, les délocalisations et la recherche du moindre coût ne peut que s’aggraver. Le problème c’est le partage des richesses.

        J'aime

  2. moustique66 dit :

    Je trouve que votre second chapitre qui assène des cous bas, un peu amer, apporte pierre
    dans le jardin anti LaFi! Dommage!

    J'aime

  3. daniel BRETON dit :

    « Par contre il nous oblige pour la suite. Le camp de l’humanisme émancipateur devra au lendemain du 26 mai clarifier sa pensée, sa stratégie et ses formes d’action : par un réarmement idéologique et républicain, par une transversalité qui permette de construire une nouvelle hégémonie culturelle, et par l’inscription résolue et active dans un processus constituant pour que le peuple se refonde collectivement.  » Tout ça est supérieurement dit , pour moi ça représente du bla bla bla des formules très enjolivées ,jouxtées les unes aux autres (je dirai sans vouloir être déplaisant , du salon , du mondain ) Les gens qui attendent un boulot , une amélioration de leur condition de vie …………. ils s’en foutent de ces discussions très intellectualisées , ces formules où le peuple n’y comprend que dalle, alors ils se barrent ailleurs (vers le RN par exemple) …… ils ont besoin de vivre décemment , voilà l’urgence et pas les beaux discours . J’ai 850 € de retraite imagine toi ce que je peux en avoir a foutre de ces discussions d’intellos avec des formules très à la mode style ‘transversalité , tatati et
    tatata…… . Les « intellos » sont nécessaires au débat mais nous pourrissent la vie et la discussion , ils s’accaparent la totalité du débat et nous les pauvres couillons il nous faut écouter leur trop plein de belles formules ( ou souvent de conneries à dormir debout) . Restons sur terre et activons nous tous ensemble pour essayer de changer les choses , pour ce faire évitons de créer des polémiques , nous aurons pour cela le temps , celui qui suivra les élections . En outre je précise ne pas être en accord avec JLM sur le contenu du « tweet » dégueulasse à ton endroit. Je voterai FI sans retenue.

    J'aime

  4. henthouarn dit :

    Et le matraquage par les merdias en faveur de LREM et du RN?

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s