Hallucination collective

La conférence de presse tenue ce 12 novembre par Jean Castex et ceux qu’il appelle les « ministres compétents » (sic) avait tout du surréalisme.

L’objet de la conférence de presse tout d’abord : celle-ci devait être un point d’étape, une clause de revoyure telle qu’annoncée par Emmanuel Macron dans son allocution du 28 octobre lorsqu’il a fait part aux Français du second confinement. Sauf que dès lors que je premier ministre eût annoncé que rien ne serait modifié pour ce qui concerne les règles de confinement, celui-ci s’est empressé de fixer…une nouvelle date pour un prochain point d’étape la semaine suivante. De point d’étape en point d’étape, le gouvernement joue donc à saute-moutons par-dessus l’épidémie et par-dessus les Français.

Enfin, pour être tout à fait exact, rien n’a pas été annoncé par l’exécutif : si les mesures sanitaires et économiques, elles, ne bougent pas, Jean Castex a annoncé avoir demandé au ministre de l’intérieur Gérald Darmanin d’augmenter les contrôles et la répression ! Tout le symbole de la politique macroniste tient en cela : ne rien changer sur le fond et imposer de manière brutale et autoritaire leur politique à ceux qui la contestent.

Tout juste a-t-on donc eu droit à un bilan de situation. Et, oh surprise, les chiffres qui ont été livrées contredisent dans les grandes largeurs ceux qui nous avaient précédemment été énoncés. Jugez plutôt : le 28 octobre, Emmanuel Macron joue à nous faire peur : « A ce stade, nous savons que QUOI QUE NOUS FASSIONS, près de 9000 patients seront en réanimation à la mi-novembre. ». Quinze jours plus tard donc, à cette mi-novembre fixée (le 12 novembre), Jean Castex annonce lui qu’il y a … 4700 patients en réanimation ! D’où Macron tenait-il donc ce chiffre déraisonnable et pourquoi l’a-t-il volontairement prononcé ? Que cache cette manœuvre qui vu, la grossièreté du procédé et l’écart entre les chiffres, pourrait très bien relever de la Fake-news ? Macron se Trumpériserait-il ?      

La litanie des interventions des « ministres compétents » ne valait guère mieux. Imaginez que Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’éducation nationale, a réussi à parler 10 minutes sans évoquer une seule seconde les cas de contaminations d’élèves et de personnels au sein de l’Ecole ? Dans le prolongement de ce qu’il appelait une « rentrée normale », Jean-Michel Blanquer est apparu totalement hors-sujet et hors sol. Quant à Bruno Le Maire, il a dû ravaler ses velléités d’assouplissements pour les commerces, misant désormais tout sur la prochaine clause de revoyure. La boucle était bouclée.

Tout ça pour ça. L’essentiel de la conférence résidait en réalité dans l’auto-satisfecit que s’est décerné Jean Castex, explicitant en long, en large et en travers en quoi ce second confinement était infiniment plus réussi et plus efficace que le premier. Bref, qu’Edouard Philippe pouvait aller se rhabiller. En se gardant bien d’interroger l’échec patent du déconfinement dont il était pourtant le responsable et en revêtant lui les habits de l’homme de mains de Macron, Castex transformait le point sanitaire en une saillie politicienne dans la perspective de 2022. Une hallucination collective on vous dit.  

François Cocq

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s