Larguer les auspices de 2020

Feuille constituante du 4 janvier 2021

A première vue, on prend les mêmes et on recommence. Pour ouvrir l’année, un « important ministre » (sic) lâche benoîtement que l’administration de la santé est « incapable d’organiser une campagne de vaccination massive. Résultat, on présente comme une stratégie ce qui est en réalité une contrainte, on explique qu’on fait exprès d’aller lentement alors qu’on est incapable d’aller vite ». A la bonne heure, bienvenue en … 2020 !

Des masques aux tests en passant par le traçage ou l’isolement, la politique en régime macroniste est celle de la pénurie, que le ministre rejette de manière indécente sur la seule administration de la santé. Si le pays est depuis 9 mois à l’arrêt, ce n’est en effet pas tant à cause du Covid que du fait de l’incapacité, ingénument orchestrée par les décideurs d’aujourd’hui qui sont aussi ceux d’hier, des structures étatiques non seulement à faire face à l’imprévu mais même tout simplement à répondre correctement à l’ordinaire.
Cette fois, ce sont donc les vaccins. La France en est à égrainer les noms des personnes vaccinées (378 cinq jours après le lancement) quand nos voisins européens comptent eux en centaines de milliers (plus de 200.000 en Allemagne) voire en million (dépassé ce week-end au Royaume-Uni). Et ce n’est pas fini : le gouvernement annonce un objectif de 12 millions de vaccinations pour fin avril (30 millions annoncés en juin au Royaume-Uni) quand un décompte des commandes passées nous ferait plafonner à 4 millions en… juillet (soit autant que ce que les Etats-Unis d’Amérique ont déjà réalisé). Le fiasco est total : qui souhaite se faire vacciner ne le peut pas et n’est pas près de le pouvoir. La faute aux abandons de souveraineté de Macron qui a préféré miser sur les commandes groupées via Bruxelles, comme il l’avait fait en mars dernier pour les masques. Quand Paris attend Godot, les Etats qui protègent les leurs ont eux pris leurs propres dispositions.
Ainsi va la vie en macronie. Du moins pour l’instant. Les Français sont victimes de choix politiques de court terme désastreux. Sur le moment, ils n’ont pas voix au chapitre. Dès lors l’impéritie politique de mars se prolonge l’année d’après faute pour le corps politique de pouvoir être acteur dans l’intervalle. Le temps long de cette crise donne à voir que l’exercice ponctuel et parcellaire d’une souveraineté biaisée et réduite au seul cycle électoral est une impasse systémique dont il faut tirer tous les enseignements.
Parce que les hospices de 2020 ne sauraient être les auspices de 2021, c’est la règle du jeu démocratique qu’il faut changer pour l’adapter au rythme du monde tel qu’il va.
François Cocq

Un commentaire sur “Larguer les auspices de 2020

  1. DUPUY André dit :

    Bonsoir
    Ces vaccins, mis au point « à la va vite » sont vraiment au point ???

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s