La crise sanitaire est une banqueroute démocratique

Edito pour la Feuille Constituante du 21 mars 2021

Début janvier, nous écrivions ici que la débandade gouvernementale dans la gestion de la vaccination, tant dans l’approvisionnement en vaccins que dans l’organisation logistique de l’acte vaccinal, n’était pas sans lien avec l’absence de compte à rendre d’un point de vue démocratique. Pareille incurie avait en effet été constatée un auparavant dans la gestion des masques : une pénurie similaire avait déjà induit un même réflexe pavlovien de dénégation, de mensonge, et in fine d’échec, réaction inhérente à ce type de dirigeants affranchis de toute exigence et de tout contrôle populaire.

La démocratie réduite strictement à l’élection prive le peuple de la souveraineté permanente et inaliénable qui devrait être son apanage comme on a pu le vérifier en 2020 : le bilan de l’impolitique gouvernementale, entendre ce qui est contraire à la bonne politique, tant en amont du confinement que lors du déconfinement puis de la seconde vague automnale, n’ont jamais pu être soumis aux Français avant qu’une nouvelle situation n’appelle avec les vaccins à de nouveaux choix erronés et une nouvelle catastrophe.

Si le peuple n’a pas voix au chapitre pour évaluer le bien fondé d’une politique passée, il est plus encore tenu à l’écart de la décision et de la fabrique d’une orientation politique. Ainsi, a fortiori dès que la déconfiture dans l’accès aux vaccins a été avérée, la question de l’élaboration collective de la stratégie vaccinale la plus opportune aurait dû être posée publiquement. Au lieu de cela, Macron et ses apôtres se sont relayés pour imposer un dogme, celui de prioriser les plus fragiles, sans que celui-ci puisse même être interrogé en fonction de l’évolution de la situation. Une inflexion vers une vaccination en fonction non plus seulement de la vulnérabilité mais de l’exposition au virus aurait mérité et mériterait encore d’être discutée et débattue, quitte à ce que la stratégie actuelle soit confirmée. Mais au moins une telle démarche aurait-elle le mérite de relancer la fabrique du consentement au lieu des passages en formes a-démocratiques des néo-managers qui nous aliènent.

Non seulement le peuple n’est pas saisi de la question, mais sa représentation s’en est elle carrément dessaisie. La majorité parlementaire joue le rôle de verrou à un débat que les oppositions ne cherchent pas même à susciter. En 1832, alors que Paris était durement frappé par le choléra asiatique (18.500 morts en quelques semaines), le gouvernement avait dû solliciter l’Assemblée nationale sur la gestion de crise, laquelle avait créé une commission d’hygiène se prononçant pour une stratégie « géographique » de quarantaine pour le royaume, politique dès lors comprise et approuvée par les Français, la représentation nationale. Au XXIe siècle, l’Assemblée pratique le refus d’obstacle en évitant soigneusement tout débat de fond sur la vaccination et donc le contrôle de l’action du gouvernement. Pendant ce temps, et alors que 50 jours se sont écoulés depuis la décision solitaire du prince élyséen de ne pas reconfiner malgré un plateau haut non seulement de contaminations mais aussi de 300 morts par jour, il n’est personne dans ces conditions pour demander des comptes sur les 15.000 vies abandonnées en chemin dans la période.

La crise sanitaire est une banqueroute démocratique. Il serait irresponsable que Nous le peuple nous alignions sur l’irresponsabilité de nos gouvernants en ne tirant pas leçons, enseignements, et plus encore décision collective et souveraine de refonder un nouvel ordre démocratique en lieu et place de ce qui chaque jour un peu plus est en état de faillite.

François Cocq

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s