Le clone

Emmanuel Macron a donc décidé de changer de premier ministre et de nommer Jean Castex à Matignon. Décision solitaire et personnelle. Hors de tout contexte politique. Pour des calculs purement politiciens. En installant à Matignon le clone de celui qu’il vient d’évacuer. Pour une même politique. La Vème est une lente agonie. Lire la suite

Le discours d’un roi

Editorial de La feuille constituante du 15 juin

Le président de la République s’adressait aux Français pour la quatrième fois ce 14 juin. L’occasion selon lui de présenter l’évolution du déconfinement, de tirer les leçons de la crise, et de commencer à écrire la suite. L’occasion en réalité de s’offrir un auto satisfecit pour gommer l’incurie de la politique gouvernementale et, par un révisionnisme politique cynique visant à capter et détourner le sens des mots, de s’arroger la tâche de reconstruction. Lire la suite

Leur loi et la nôtre

Christophe Castaner a tenu mardi 9 juin au micro de Jean-Jacques Bourdin des propos inouïs et inédits. Le ministre de l’intérieur a ainsi revendiqué une adaptation de la loi en fonction de critères subjectifs définis par le gouvernement. Ce qui est ici en cause n’est pas la permission qui est tacitement accordée (qu’il est avilissant d’être soumis à cette possible censure de la liberté d’expression), mais le fait que les raisons qui président à cette autorisation sont déniées à d’autres mobilisations selon le bon vouloir du pouvoir en place. Lire la suite

Macron consacre le fait minoritaire

Un quart des maires élus avec plus de 50% d’abstention, plus de 500 d’entre-eux qui n’ont recueilli qu’autour de 15% du corps électoral ! Alors que se profile le second tour des municipales pour justifier le maintien du premier qui avait été absurdement imposé, l’ampleur du désastre démocratique constaté à cette occasion se révèle par les chiffres. Lire la suite

Etouffement

« Je ne peux plus respirer ». Les mots de Georges Floyd sont devenus un symbole aux Etats-Unis d’Amérique, et déjà résonnent par-delà les océans. Leur reprise par le grand nombre répond à coup sûr à une indignation viscérale. Peut-être à une colère sourde qui agrège largement et enjoint de changer le monde tel qu’il est et tel qu’il va. La suite le dira. Mais quoi qu’il en soit l’éruption populaire en ce lieu, en ce moment, et sous cette forme, ne sauraient être vus autrement que comme un signal. Lire la suite

Le retour des salopards

Le monde d’après c’est donc ça, le rapatriement d’un émissaire colonial de Bruxelles au principal poste de flicage budgétaire en France. Mercredi 3 juin, Emmanuel Macron nommera en effet Pierre Moscovici premier président de la cour des comptes. Un parachute doré pour une bombe à fragmentation. Lire la suite

Les fous du stade

Les Charlots gouvernent tant l’incohérence touche au burlesque. La saison de Ligue 1 de football est ainsi arrêtée depuis le 28 avril sur décision du 1er ministre. Pourquoi pas. Sauf que les semaines passant, cette décision si précipitée se révèle prendre à contre-pied les propres injonctions de l’exécutif sur la reprise du travail, de l’école, des transports…, et aller à contre-sens de ce qui ce fait dans les autres championnats européens. L’arrêt de la saison par le 1er ministre n’était donc pas anodin mais bien politique. Lire la suite

Municipales : la fuite en avant

Emmanuel Macron et son gouvernement s’apprêtent à rendre leur verdict quant à la tenue du second tour des municipales au mois de juin. En l’état actuel des connaissances et des perspectives de déconfinement, le maintien de celui-ci à cette date apparaîtrait comme un énième épisode de la fuite en avant qui vise à occulter la dramatique faute initiale du maintien du 1er tour le 15 mars dernier. Lire la suite

Macron ou la solitude du mensonge

Des menteurs et des incompétents, tel est en résumé le jugement porté par les Français sur Emmanuel Macron et son gouvernement selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour Franceinfo et Le Figaro. Ce sondage ne serait rien s’il ne marquait très clairement la juxtaposition de celles et ceux qui prêtent encore foi aux dires de l’exécutif avec le socle électoral d’Emmanuel Macron. Hors LREM, une césure s’opère donc : non seulement Emmanuel Macron est seul, mais la légitimité que lui a conféré l’élection a disparu. Lire la suite