Macron, des consignes à la presse au paravent de légitimité

Jeudi 31 janvier, Emmanuel Macron recevait à l’Elysée pendant deux heures quelques journalistes triés sur le volet  pour leur donner la ligne éditoriale qu’il devraient suivre. Tout juste un an après ses voeux à la presse de 2018, Macron en remet donc une couche pour indiquer ce qu’il est bon de dire ou d’écrire. Celui-là ne se contente plus d’être servis par les siens, il voudrait encore que sa presse aux ordres fasse le ménage autour d’elle. Invraisemblable ? Je vous renvoie au verbatim des déclarations présidentielles rapporté dans Le Point. Eloquent n’est-ce pas ? Lire la suite

Macron : la politique par le vide

Alors que la mobilisation des Gilets Jaunes se poursuit et imprègne de semaine en semaine toujours plus profondément la société de ses revendications d’intérêt général pour plus de justice sociale et pour que le peuple recouvre l’exercice de sa souveraineté de manière pleine, entière et permanente, dimanche 27 janvier, les « Foulards rouges » vont se réunir en contrepoint. Olé ! Ceux-là seront immanquablement présentés comme l’émanation de la « majorité silencieuse », réduction de la politique à l’argument du nombre décrété ex-nihilo pour mieux soustraire le débat à la fabrique des idées et à la recherche du consensus.

Je vous livre ci-dessous un court extrait du livre que je publierai au mois de février, L’impératif démocratique, De la crise de la représentation aux Gilets jaunes (Editions du Borrego), et qui traite du sujet. Lire la suite

Pause et rappel

A celles et ceux qui suivent régulièrement ce blog,

Comme vous l’avez constaté, ce blog est resté muet depuis quelques jours. Mes analyses reviendront je l’espère bientôt.

Mais je dois avouer qu’un ressort s’est cassé dans mon engagement le 5 janvier après l’injure qui m’a été faite.

Le clavier me brûle désormais les doigts, sans doute parce que je ne sais pas comment parler de la situation politique sans revenir sur la falsification d’identité politique dont j’ai été victime. Or le faire nuirait à mon camp et je m’y refuse.

Mais comme il me reste deux ou trois réflexes politiques, et comme je sais que nombre de camarades s’interrogent sur le futur Traité de l’Elysée qui doit être ratifié mardi 22 janvier, je vous livre ci-dessous si cela peut être utile  l’extrait de mon livre Alerte à la souveraineté européenne ! La chimère de macron contre la souveraineté populaire (Editions du Borego, mars 2018) qui traite du sujet.

François Cocq Lire la suite

Sans majorité ni opposition : l’agonie de la représentation

Les fins d’année ne sont pas forcément l’heure des bilans. Mais elles sont du moins l’occasion de faire des points d’étape. Surtout quand le fait majeur démocratique qui traverse l’Europe, le refus populaire de délégation de pouvoir par déficit de représentation, s’invite désormais aussi clairement dans notre pays. Le sondage Elabe ci-contre publié le 19 décembre le donne à voir pour la première fois de façon aussi nette : après l’expulsion de la majorité de sa tâche de représentation, ce sont les oppositions qui sont à leur tour mises de côté. Lire la suite

La vertu face à la république des fripons

Jean-Jacques Urvoas hier, Fleur Pellerin aujourd’hui… 48 heures auront suffi pour que la république des fripons se rappelle aux bons souvenirs de la grande masse populaire. Alors même que le mouvement des Gilets jaunes met à jour la crise démocratique qui affecte la légitimité des représentants à porter l’action publique, voilà que ressurgissent les combines et petits arrangements entre amis. Autant d’abus dans des situations de pouvoir qui corrompent la tâche même de représentation. La pente de la perte du consentement n’a décidément pas fini d’être dévalée. Lire la suite

Macron : l’esquive avant la chute

Hier soir, Macron  a fait son cinéma : rigide, puis larmoyant, avant de terminer dépressif. Mais la comédie tourne au drame dès lors que Macron s’enferme dans deux impasses : en prenant soin d’éviter de toucher à la répartition des richesses, Macron redistribue aux gens leur propre argent ; en esquivant la question démocratique, Macron bloque toute reconquête par le peuple de sa souveraineté. La réponse de Macron est une esquive. Plus dure sera la chute. Lire la suite