Le Monde, sherpa des premiers de cordée

« Président des riches », « Premiers de cordées », M. Macron est trop féru de communication politicienne pour ne pas avoir diagnostiqué le caractère abrasif des sparadraps qui lui collent désormais à la peau. Alors il réagit et cherche à s’en délester. Pour cela, il lui aura suffi de passer consigne au quotidien de révérence pour que celui-ci s’exécute : le journal Le Monde s’est immédiatement attelé à la tâche pour réhabiliter l’expression « premiers de cordée ». Et ce faisant le Président et les premiers de cordée eux-mêmes. Lire la suite

Leçons espagnoles

Note pour la suite : les forces de la réaction retournent toujours à leur avantage les tentatives non matures ou dépourvues de sens commun et les thuriféraires du système en profitent alors pour frapper et tenter de porter l’estocade à l’ensemble du camp de l’humanisme radical, qu’il soit directement impliqué ou non dans le sujet. Voilà ce que m’inspire la lecture de l’éditorial de Juan Luis Cebrian, président du journal El Pais, ce samedi 28 octobre. Lire la suite

Reconnaissance du drapeau européen : Macron ou la stratégie de la provocation

M. Macron ne supporte décidément pas l’altérité. Hors sa personne et ses idées, rien ne saurait exister. Ainsi, au moment même où Jean-Luc Mélenchon prononçait à la tribune de l’Assemblée nationale un discours sur l’Europe qui fera date, le Président de la République tentait de faire diversion en annonçant qu’il ferait reconnaître par la France le drapeau européen lors du prochain conseil européen des 19 et 20 octobre prochains. Lire la suite

Stratégies de combat macronistes

Veritas odium parit,  la franchise engendre la haine nous enseignait le poète Terence. Le tir de barrage des équipes de M. Macron et de ses affidés médiatiques  à l’occasion de la marche contre le coup d’Etat social en témoigne. Mais, parce qu’elles se répètent en se renforçant en termes de violence, il est utile de figer sur le papier les stratégies qui ont été déployées par l’adversaire de manière à se préparer au prochain assaut. Lire la suite

Ceci n’est pas la fin, c’est le commencement

Appeler dès le début de l’été et pour la rentrée à une grande « Marche contre le coup d’état social de M. Macron » pouvait pour beaucoup s’avérer un pari risqué. Ceux-là se trompaient sur la nature de l’exercice. On ne parie pas sur la mobilisation populaire. On propose et le peuple dispose. Et chacun-e doit ensuite, en matérialiste, en tirer les enseignements. Lire la suite

Faux comptes macroniens

Ce samedi, à l’occasion de la marche contre le coup d’état social de M. Macron, le peuple pensait être à l’abri des manipulations du pouvoir tant il s’est déversé dans le calme et la sérénité dans les rues de Paris. Mais par delà la résolution des marcheurs, le nombre fait sens. Trop au goût de M. Macron. Voilà donc que, contre toute habitude pour une mobilisation à caractère politique comme c’était le cas, une « indiscrétion » savamment orchestrée ramenait les 150.000 personnes qui ont afflué entre Bastille et République à un maigre 30.000. La grossièreté de la manœuvre est en soi une victoire. Lire la suite