Le clone

Emmanuel Macron a donc décidé de changer de premier ministre et de nommer Jean Castex à Matignon. Décision solitaire et personnelle. Hors de tout contexte politique. Pour des calculs purement politiciens. En installant à Matignon le clone de celui qu’il vient d’évacuer. Pour une même politique. La Vème est une lente agonie. Lire la suite

Les fous du stade

Les Charlots gouvernent tant l’incohérence touche au burlesque. La saison de Ligue 1 de football est ainsi arrêtée depuis le 28 avril sur décision du 1er ministre. Pourquoi pas. Sauf que les semaines passant, cette décision si précipitée se révèle prendre à contre-pied les propres injonctions de l’exécutif sur la reprise du travail, de l’école, des transports…, et aller à contre-sens de ce qui ce fait dans les autres championnats européens. L’arrêt de la saison par le 1er ministre n’était donc pas anodin mais bien politique. Lire la suite

Municipales : la fuite en avant

Emmanuel Macron et son gouvernement s’apprêtent à rendre leur verdict quant à la tenue du second tour des municipales au mois de juin. En l’état actuel des connaissances et des perspectives de déconfinement, le maintien de celui-ci à cette date apparaîtrait comme un énième épisode de la fuite en avant qui vise à occulter la dramatique faute initiale du maintien du 1er tour le 15 mars dernier. Lire la suite

Macron ou la solitude du mensonge

Des menteurs et des incompétents, tel est en résumé le jugement porté par les Français sur Emmanuel Macron et son gouvernement selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour Franceinfo et Le Figaro. Ce sondage ne serait rien s’il ne marquait très clairement la juxtaposition de celles et ceux qui prêtent encore foi aux dires de l’exécutif avec le socle électoral d’Emmanuel Macron. Hors LREM, une césure s’opère donc : non seulement Emmanuel Macron est seul, mais la légitimité que lui a conféré l’élection a disparu. Lire la suite

Discussion

Lenny Benbara, fondateur et responsable du développement du média d’opinion Le Vent se lève, vient de publier sur ce site une contribution importante au débat public. Non seulement il s’essaie à « mettre au jour ce qui se joue dans l’extraordinaire crise devant nous », mais, après avoir dressé le champ des possibles, il échafaude une réponse politique et, contrairement à beaucoup, fait l’effort de donner les axes de sa déclinaison concrète. Je ne saurais donc trop en conseiller la lecture. Parce qu’une telle réflexion est stimulante et nourrissante, je vais me permettre d’y apporter quelques commentaires dont j’espère qu’ils serviront à pousser plus loin la pensée commune. Lire la suite

Réhabiliter les travailleurs pour refonder le peuple

Tribune également publiée sur le site de Reconstruire.

Ce 1er mai, le muguet restera confiné. Loin des défilés, la journée internationale des travailleurs n’en trouvera pas moins un écho retentissant à l’heure où s’effondrent les constructions économiques et les représentations sociales qui structuraient l’ordre ancien. L’activité de celles et ceux qui font au quotidien tourner le pays est enfin réhabilitée. Alors que la France et le monde affrontent un virus qui joue le rôle d’un grand révélateur, les “premiers de corvée” sont aussi indispensables que les “premiers de cordée” sont inutiles. Lire la suite

De la désobéissance

Que la sécession ait lieu à titre personnel ou que la rupture se glisse jusque dans les rouages institutionnels, la désobéissance s’impose peu à peu à tous. L’idée avance par la nécessité de l’action quand s’écroule l’ordre ancien. Cette rupture du consentement traduit aussi l’arrivée à maturité du processus de perte de légitimité des gouvernants qui couve depuis des années et vis-à-vis duquel la crise sanitaire joue un rôle de catalyseur. Revue de détail. Lire la suite

Les parapluies de Matignon

Devant l’Assemblée nationale ce mardi 28 avril, Edouard Philippe s’est beaucoup justifié. C’est une marque de fabrique. Il a également fait preuve de bien peu de cohérence. L’incohérence est il est vrai le seul fil rouge de l’exécutif. Il a aussi beaucoup menti. C’est un peu la seconde peau du gouvernement. Mais Edouard Philippe a surtout ouvert des parapluies pour éviter d’assumer la responsabilité des décisions prises. Jusqu’à rejeter celle-ci sur le dos des Français dans un ultime outrage. La conception de l’Etat chez Philippe, c’est celle de la défausse. Lire la suite

Souveraineté : derrière le mot 

« Souveraineté » ! Le mot est actuellement sur toutes les lèvres. Au point que les journaux Libération et Le Monde se précipitent pour sortir le même jour un papier qui en partie le réhabilite. Qu’il me soit permis de penser que, derrière l’effet de mode, cette concomitance cache alors un piège politique. Souverainisme, et partant de là souveraineté, sont des mots épouvantail brandis par les uns, des mots totem pour d’autres. De fait ils peuvent recouvrir des acceptions multiples. Allant, dans certaines bouches, jusqu’à être la négation même de ce qu’ils devraient signifier : le primat d’une souveraineté populaire permanente et inaliénable. Lire la suite