Il ne faut pas jouer au yoyo stratégique

Je poste ici l’entretien que j’ai accordé par téléphone à @RT France mardi 27 novembre.

Evincé de la liste des candidats pour les européennes de 2019 pour avoir émis des critiques sur la stratégie au sein de La France insoumise, François Cocq réagit pour RT France. Il maintient sa confiance envers Jean-Luc Mélenchon. Entretien. Lire la suite

A bâtons rompus : épisode 3

A bâtons rompus, l’émission qui décortique l’actualité avec mon ami Paul Vannier, c’est ici.  Au programme cette semaine : Gilets jaunes, partielle d’Evry, et traits de plume. #ABR03 c’est parti !

A retrouver sur You Tube :

A retrouver sur Facebook :

 

Stratégie et centralité pour une majorité populaire

Lundi 26 novembre, j’ai accordé un long entretien à l’AGAUREPS-Prométhée pour sa Lettre du mois n°135. C’était là l’occasion d’approfondir le débat sur la ligne stratégique défendue par La France insoumise et sur le populisme notamment. Hasard du calendrier, j’ai depuis été retiré de la liste de La France insoumise pour les élections européennes. L’entretien ci-dessous à retrouver intégralement sur le site de l’AGAUREPS-Prométhée permet d’éclairer les raisons qui ont présidé à mon éviction ou au contraire les rendre d’autant plus incompréhensibles. A vous de juger. Lire la suite

Gilets jaunes : quand fleurissent les cartes électorales

Au sortir de la mobilisation des Gilets jaunes sur les Champs Elysées ce 24 novembre, je me suis rendu sur le plateau de RT France pour contrebalancer l’instrumentalisation des violences par M. Castaner et le pouvoir en place.

 

Agapes élyséennes et européennes

Lorsque j’ai appris la tenue de ce « dîner secret » à l’Elysée auquel Emmanuel Macron a convié mardi 20 novembre Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin, François Bayrou et autres Pierre Moscovici, je n’ai pu m’empêcher d’y voir la vérification que la grande coalition à la française se déployait désormais vers les européennes. Mais les noms des participants à ces agapes en disent un peu plus encore sur la nature du projet macroniste dont les élections européennes constituent l’un des fondements. Lire la suite

Dies irae

La mobilisation des gilets jaunes ce 17 novembre est un immense signal populaire. Les gens se sont saisis de leur propre force et, se voyant si nombreux, ont progressivement rejoint le mouvement tout le long de la journée. Face à la matérialisation d’une volonté commune, le pouvoir n’a eu de cesse d’attiser la confrontation. Le gouvernement a cherché à détourner le clivage entre les gens et la Caste exprimé par les Gilets Jaunes, pour le porter sur la question de l’ordre. Or c’est sur ce terrain-là que le gouvernement s’est aujourd’hui enlisé, apparaissant pour ce qu’il : une bande de fauteurs de troubles qui fracture la société. Lire la suite