Ce qui s’enracine et ce qui pourrit sur pied

Editorial du 6 février pour La France insoumise

Placée au cœur d’une semaine de mobilisations et de luttes sociales, la niche parlementaire de la France insoumise a permis de faire une nouvelle démonstration politique dont même ses habituels détracteurs reconnaissent les mérites. Il fallait entendre Yves Calvi admettre l’évidence du droit aux premiers mètres cubes d’eau gratuits. Il fallait voir les reportages sur le burn-out au travail attester du bien fondé de la proposition de de loi visant à faire reconnaître comme maladies professionnelles les pathologies psychiques résultant de l’épuisement professionnel. La France insoumise est apparue au grand jour pour ce qu’elle est : le premier opposant ET le premier proposant.

 

Lire la suite

L’érosion démocratique s’accélère

Ma chronique du vendredi 2 février pour L’Heure du Peuple

Le week-end dernier, deux élections législatives partielles, les premières du quinquennat Macron, ont donné par le niveau extrême qu’a atteint l’abstention un aperçu de la dynamique civique à l’œuvre : 70,5 % d’abstention dans le Val-d’Oise et même 79,7 % d’abstention dans le Territoire-de-Belfort. En chiffres inversés, cela fait tout juste respectivement 29,5 % et un famélique 20,3 % de participation. Un électeur sur cinq ! Lire la suite

Quand la poussière retombe

Mon édito pour La France Insoumise

Depuis sept mois, ainsi allait la vie politique, entre le culte médiatique d’un macronisme omnipotent et l’espoir de commentateurs paresseux de voir resurgir du passé les forces du confort.

Les élections partielles de ce dimanche ont refermé cette parenthèse. Elles donnent à voir non plus simplement l’émergence, mais l’implantation durable d’un paysage nouveau : la guerre des droites LR-EM est engagée tandis que la France insoumise s’installe à la troisième place comme unique force populaire utile. Tout le reste est arasé. Le FN plonge sous les 10 %, partout dépassé par LFI. Quant au PS, il est confirmé qu’il n’est plus, ou si peu. Lire la suite

La macronite, maladie infectieuse de la démocratie

Il aura suffi d’un mois à M. Macron pour plonger le pays dans la grève civique. 57,4% au niveau national, 70 % dans certaines circonscriptions, jusqu’à 88% chez les français de l’étranger, la démocratie vire au drame quand elle se parodie. La question n’est alors pas celle de la légitimité des députés, ils sont arrivés devant leurs adversaires, mais du pouvoir qui leur est conféré. Lire la suite

Valls, le vote camouflet

On peut prendre le problème comme on veut, le gouvernement Valls est illégitime à mettre en oeuvre son pacte de responsaustérité. Le vote intervenu à l’Assemblée Nationale ce mardi 29 avril est un désaveu cinglant pour le Premier Ministre. Quel que soit le sens dans lequel on prenne les chiffres, nulle majorité absolue ne se dégage. Un comble pour le premier Ministre d’un Président qui il y a encore quelques semaines pouvait compter sur l’appui de 325 député-e-s (291 socialistes, 17 écologistes et 17 radicaux). Il n’en reste plus que 265 (-18 %), et encore a t-il fallu mettre un couteau sous la gorge à nombre d’entre eux pour s’assurer de leur vote. Lire la suite