Agapes élyséennes et européennes

Lorsque j’ai appris la tenue de ce « dîner secret » à l’Elysée auquel Emmanuel Macron a convié mardi 20 novembre Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin, François Bayrou et autres Pierre Moscovici, je n’ai pu m’empêcher d’y voir la vérification que la grande coalition à la française se déployait désormais vers les européennes. Mais les noms des participants à ces agapes en disent un peu plus encore sur la nature du projet macroniste dont les élections européennes constituent l’un des fondements. Lire la suite

Du calendrier des affaires et de l’usurpation démocratique

M. Macron est bien comme les autres. Il aura laissé passer les élections pour que la crise larvée qui touchait depuis des semaines les membres de son gouvernement éclate au grand jour. Goulard, Bayrou, De Sarnez, Ferrand et désormais Pénicaud, emportés ou en passe de l’être. Et pendant que M. Macron protégeait ceux-là, il s’est construit une majorité absolue sur la base d’une tromperie flagrante des électeurs. Que ces affaires là n’ont-elles pas eu de conséquences plus tôt ? La composition de l’Assemblée en eut-été modifiée. Et qui sait, la majorité absolue peut-être se serait-elle-même envolée… Lire la suite

Sans vertu la morale n’est rien

Ceux-là nous promettent une loi de moralisation de la vie publique. Mais en trois semaines à peine de gouvernement, ils ont déjà donné à voir qu’ils ne représentent que le prolongement de l’ancien. Les mêmes hommes, issus des mêmes moules, avec les mêmes pratiques. Ferrand, Tourret, Bayrou, Buzyn : les uns se gavent depuis leur piédestal, les autres font du copinage depuis les ministères, tous confondent l’exercice public avec leurs intérêts privés. Lire la suite

Le double baiser de la mort de Manuel Valls

 

En annonçant ce matin qu’il voterait à la présidentielle pour M. Macron, Manuel Valls vient de faire d’une pierre deux coups : par son baiser de la mort, il achève le PS d’un côté et désarçonne son ancien ministre de l’économie de l’autre. Dans le petit monde des faux-frères mais vrais amis, le jeu de quilles continue. Lire la suite

Ralliements : Macron tient salon

Macron engrange les ralliements. De gauche comme de droite. C’est incontestablement orchestré tant ceux-ci sont cadencés et rythment sa campagne pour la relancer chaque fois qu’elle est menacée. Mais user d’un tel artifice a son contrepoint : là où Jean-Luc Mélenchon fédère le peuple, là où Benoît Hamon tente d’aligner les sigles, M. Macron préfère lui tenir salon dans l’entre-soi des beaux parleurs d’hier et d’aujourd’hui. Lire la suite

Alliance Bayrou-Macron : à qui gagne perd

François Bayrou rejoint donc M. Macron. Là où beaucoup croient voir pour ce dernier une bonne affaire électorale, ce pourrait être une alliance en trompe-l’œil qui n’apporterait à M. Macron autre chose qu’il n’ait déjà, à savoir la légitimité libérale. Au contraire, voilà qui pourrait statufier autour de Benoît Hamon le vieux PS, gelant de la sorte tant la dynamique supposée de l’un (M. Macron) que celle escomptée de l’autre (Benoît Hamon). Lire la suite