Equipe de campagne : Hamon joue définitivement le congrès

montebourg-valls-hamonBenoît Hamon vient d’annoncer la composition de son équipe de campagne. Et une fois encore il refuse de trancher et préfère rester dans cet entre-deux qui prétend faire du neuf avec de l’ancien. Aucune famille du PS n’est écartée : une touche de Hollande par ci, un zeste de Valls par là, et surtout Jean-Marc Germain nommé co-directeur de campagne comme pierre angulaire de la recomposition à venir du PS. Bref tout ce qu’il faut pour que sa campagne présidentielle soit avant tout une rampe de lancement pour conquérir le parti. Lire la suite

Les délices de Camba

CambadélisNonobstant sa capacité à guider des éléphants, Jean-Christophe Cambadélis n’est pas Hannibal, loin s’en faut. Mais il partage avec le général carthaginois l’abandon aux sirènes du plaisir facile et immédiat qui reste le symptôme de l’échec annoncé. Invité du Grand rendez-vous Europe1-iTélé-Le Monde dimanche 12 juin, le premier secrétaire du parti socialiste s’est laissé aller à une critique généralisée. Là de la CGT, plus loin du reste de la gauche. L’invective et le plaisir du bon mot pour se essayer de se rassurer ne servent au final qu’à se voiler la face. Chacun a le Capoue qu’il mérite. Lire la suite

Les insultes grossières de Carvounas à la CGT

Carvounas CGT« Caste gauchisée », « privilégiés », Philipe Martinez est un « permanent politique », « un Peppone de mauvaise facture » : Luc Carvounas n’avait pas de mots assez durs mardi 24 mai sur LCI (voir un extrait vidéo ici) pour essayer de discréditer la CGT et son secrétaire général. Et comme si les insultes ne suffisaient pas, Luc Carvounas s’est fait le porte-voix de la droite et du Medef en caricaturant et méprisant la lutte des salariés. Des attaques que nul ne saurait à l’avenir oublier. Arrêt sur image pour s’en souvenir.   Lire la suite

Lettre ouverte à Luc Carvounas sur l’extension de la déchéance de nationalité

CarvounasMonsieur le Sénateur,

Je dois bien l’avouer, c’est un peu las que je me vois contraint de reprendre la plume pour porter réponse à la nouvelle tribune que vous co-signez avec 13 autres de vos collègues dans le Journal du dimanche de ce jour (lire ici) pour apporter votre soutien au chef de l’Etat et à son projet d’extension de déchéance de nationalité. Si je m’adresse plus spécifiquement à vous, c’est certes par proximité géographique val-de-marnaise mais surtout parce que nous entretenons de longue date et à votre corps défendant une dispute politique. J’avais ainsi déjà dû intervenir lorsque par le passé vous aviez usé de tristes provocations, que ce soit en comparant le PCF au FN (lire ici), ou lorsque  vous vous en êtes pris mesquinement au grand Robespierre en voulant salir Jean-Luc Mélenchon (lire ici). Je l’ai surtout fait lorsque vos positionnements et actions rompaient avec l’héritage, les idées et les valeurs du camp progressiste et humaniste comme par exemple lorsque vous mettez en danger l’école de la République (lire ici) ou lorsque vous stigmatisez les Rroms (lire ici). C’est dans ce même champ de dispute politique qui va bien au-delà d’une vulgaire compétition électorale que vous nous entraînez aujourd’hui avec cette tribune. Lire la suite

Dray et le PS : les fossoyeurs de l’unité de la gauche

12022348_393757117486918_8636800569924968650_oA l’heure où le Parti Socialiste clôt son week-end de simulacre démocratique sur le thème du rassemblement, Julien Dray reprend la pelle pour s’affirmer comme le plus grand fossoyeur de l’unité. Lire la suite

Après l’externalisation, Carvounas fait payer les rythmes scolaires

Carvounas VallsIl y a 18 mois, alors que Vincent Peillon imposait son décret sur les rythmes scolaires. Nous avions ici-même diagnostiqué le processus d’externalisation et de privatisation rampante des activités périscolaires que constituait cette réforme (lire ici). Il n’avait d’ailleurs pas fallu attendre longtemps pour que le très valsiste Luc Carvounas en fasse la démonstration en procédant à un appel d’offre pour attribuer le « marché » des nouvelles activités périscolaires (NAP) dans la ville d’Alfortville dont il est sénateur-maire (entre autres). Un an plus tard donc, le deuxième étage de la fusée est lancé : Luc Carvounas a annoncé aux parents d’élèves par courrier daté du 10 juin 2015 que non seulement les taux d’encadrements seraient ramenés à leur niveau plancher, mais que parallèlement les NAP deviendraient payantes dès la rentrée de septembre. CQFD !     Lire la suite