Macron : sortie de route

Macron HollandeEmmanuel Macron tenait mardi 11 octobre au Mans le deuxième de ses trois prétendus rendez-vous de « diagnostic ». Si l’ex-ministre refuse d’endosser un programme, ses constats tiennent pourtant déjà de la feuille de route : « La première cause profonde du chômage, c’est notre modèle de protection sociale et son financement » a-t-il ainsi lancé. En rejetant la responsabilité du chômage sur les salariés et sur le lien social qui les unit, Emmanuel Macron ne se contente pas d’assumer sans ambages son néo-libéralisme, il déconstruit l’idée même de collectif humain au profit du culte de l’individualisme. Sortie de route. Lire la suite

Hamon propose aux bacheliers de réduire le chômage par la flexibilité

sans-titre (9)Les élèves composaient aujourd’hui sur l’épreuve du bac de sciences économiques et sociales dans la filière SES (le sujet ici). On sait que les enseignant-e-s et les associations sont depuis longtemps montés au créneau pour dénoncer des programmes orientés qui, se défiant du principe de laïcité, assument le modèle économique libéral comme le seul possible. Mais on pensait que l’arrivée de Vincent Peillon puis de Benoît Hamon au ministère permettrait de juguler ce flot. Patatras ! La partie « mobilisation des connaissances (6 points) » de l’épreuve du jour posait ainsi deux questions : « 1. Comment la flexibilité du marché du travail peut-elle réduire le chômage ? (3 points) 2. À quels risques économiques peuvent s’exposer les pays qui mènent une politique protectionniste ? (3 points) ». Pour répondre, vous voilà tenus d’avaler les présupposés de Hollande, Merkel et toute la clique. Mais il paraitrait que même-eux ne connaissent pas la réponse ! Lire la suite