Le Covidothon de Philippe

Cela en serait risible si ce n’était aussi grave. Samedi 28 mars, le premier ministre Edouard Philippe promettait d’apporter « toutes les réponses aux Français » dans ce qui était présenté comme une conférence de presse. Au final, nous eûmes droit une fois encore à un grand raout communicationnel, une émission de politique spectacle où Edouard Philippe, à mi-chemin entre Stéphane Berne et Michel Cymes, s’est mué en animateur d’un Covidothon infantilisant, l’utilité en moins. Lire la suite

Politique sanitaire de l’offre : le crash test

Le coronavirus joue le rôle de grand révélateur. Si l’impréparation, la désorganisation et même la pénurie sautent aux yeux de tous et produisent d’ores et déjà des effets terribles en termes de santé publique, elles ont aussi un effet rebond : elles conduisent à des choix politiques contraires à l’intérêt général. Une politique sanitaire de l’offre s’emboîte dans la toute puissante mais absurde politique économique de l’offre imposée au service public ces dernières années. Se met ainsi en place en pleine crise sanitaire un système qui consiste à décider non pas en fonction de ce qui devrait être fait, pas même de ce qui pourrait l’être en fonction de l’existant, mais de ce qui peut être pratiqué pour occulter les choix désastreux dont on meurt aujourd’hui. Lire la suite

Les Confinés

Vous êtes confiné à cause du coronavirus ? Eux aussi ! Chaque jour, des citoyens engagés et bavards dissertent sans filtre sur l’actualité à travers Skype. Une bouffée d’oxygène pour analyser les responsabilités des incompétents d’aujourd’hui et surtout pour préparer le monde meilleur de demain.

S’abonner à la chaîne You Tube Les Confinés

 

L’heure des comptes viendra

Billet que j’ai publié le 17 mars dans Marianne au lendemain de l’intervention télévisée du chef de l’Etat

Lundi soir, Emmanuel Macron a donc parlé. Après que son Premier ministre a pris la parole 48h avant. Après que Macron l’avait déjà eu fait deux jours encore auparavant. La gestion de crise par le pouvoir s’apparente chaque jour un peu plus à une navigation à vue, sans cap ni décision, les mesures d’un jour contredisant celles de la veille. L’heure n’est certes pas à la polémique stérile. Mais elle n’est pas non plus à laisser les pleins pouvoirs sans droit de regard à ceux dont les choix sont sujets à caution.

Lire la suite sur le site de Marianne