Castex : un choix dangereux, idéologique et politicien

Mon regard sur l’actualité ce 5 juillet dans l’émission de Valérie Expert sur Sud Radio. Avec notamment :

– Covid et enterrement de la gestion de crise : 3’40 »

– La nomination de Castex : un choix dangereux, idéologique et politicien : 26’30 »

– Les priorités de Macron enfoncent la France : 36’45

– La monarchie présidentielle de Macron réclame les pleins pouvoirs : 44’15 »

Abstention : la gifle à Macron

Editorial de la Feuille constituante du 29 juin

60 % d’abstention pour un second tour, à enjeux, d’élections municipales ! Un niveau stratosphérique de désaveu populaire, incomparable avec tout ce qui a déjà été vu. Or si les 55% d’abstention du premier tour résultait était largement imputables au Covid, l’abstention plus importante encore pour ce second tour est une sanction directe infligée à Emmanuel Macron pour sa gestion calamiteuse de ces élections municipales. Lire la suite

Les fous du stade

Les Charlots gouvernent tant l’incohérence touche au burlesque. La saison de Ligue 1 de football est ainsi arrêtée depuis le 28 avril sur décision du 1er ministre. Pourquoi pas. Sauf que les semaines passant, cette décision si précipitée se révèle prendre à contre-pied les propres injonctions de l’exécutif sur la reprise du travail, de l’école, des transports…, et aller à contre-sens de ce qui ce fait dans les autres championnats européens. L’arrêt de la saison par le 1er ministre n’était donc pas anodin mais bien politique. Lire la suite

Municipales : la fuite en avant

Emmanuel Macron et son gouvernement s’apprêtent à rendre leur verdict quant à la tenue du second tour des municipales au mois de juin. En l’état actuel des connaissances et des perspectives de déconfinement, le maintien de celui-ci à cette date apparaîtrait comme un énième épisode de la fuite en avant qui vise à occulter la dramatique faute initiale du maintien du 1er tour le 15 mars dernier. Lire la suite

De la santé publique au salut public

Pour ce 8ème épisode de Quartier constituant, nous recevions Frédéric Pierre, docteur en science politique, sociologue, chargé de recherche au CNRS, et spécialiste des questions de santé. L’occasion d’une analyse sans concession de la destruction programmée de notre système sanitaire, mais l’occasion aussi de penser le retour de l’utilité sociale comme un élément constituant et d’agrégation populaire.

Macron ou la solitude du mensonge

Des menteurs et des incompétents, tel est en résumé le jugement porté par les Français sur Emmanuel Macron et son gouvernement selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour Franceinfo et Le Figaro. Ce sondage ne serait rien s’il ne marquait très clairement la juxtaposition de celles et ceux qui prêtent encore foi aux dires de l’exécutif avec le socle électoral d’Emmanuel Macron. Hors LREM, une césure s’opère donc : non seulement Emmanuel Macron est seul, mais la légitimité que lui a conféré l’élection a disparu. Lire la suite

Réhabiliter les travailleurs pour refonder le peuple

Tribune également publiée sur le site de Reconstruire.

Ce 1er mai, le muguet restera confiné. Loin des défilés, la journée internationale des travailleurs n’en trouvera pas moins un écho retentissant à l’heure où s’effondrent les constructions économiques et les représentations sociales qui structuraient l’ordre ancien. L’activité de celles et ceux qui font au quotidien tourner le pays est enfin réhabilitée. Alors que la France et le monde affrontent un virus qui joue le rôle d’un grand révélateur, les “premiers de corvée” sont aussi indispensables que les “premiers de cordée” sont inutiles. Lire la suite

De la désobéissance

Que la sécession ait lieu à titre personnel ou que la rupture se glisse jusque dans les rouages institutionnels, la désobéissance s’impose peu à peu à tous. L’idée avance par la nécessité de l’action quand s’écroule l’ordre ancien. Cette rupture du consentement traduit aussi l’arrivée à maturité du processus de perte de légitimité des gouvernants qui couve depuis des années et vis-à-vis duquel la crise sanitaire joue un rôle de catalyseur. Revue de détail. Lire la suite

Les parapluies de Matignon

Devant l’Assemblée nationale ce mardi 28 avril, Edouard Philippe s’est beaucoup justifié. C’est une marque de fabrique. Il a également fait preuve de bien peu de cohérence. L’incohérence est il est vrai le seul fil rouge de l’exécutif. Il a aussi beaucoup menti. C’est un peu la seconde peau du gouvernement. Mais Edouard Philippe a surtout ouvert des parapluies pour éviter d’assumer la responsabilité des décisions prises. Jusqu’à rejeter celle-ci sur le dos des Français dans un ultime outrage. La conception de l’Etat chez Philippe, c’est celle de la défausse. Lire la suite