« Que partout fleurissent des cercles constituants »

Interview réalisée le 24 avril à Perpignan à la suite d’une conférence à Céret autour de mon livre L’impératif démocratique, De la crise de la représentation aux Gilets jaunes (mars 2019, Eric Jamet éditeur), et d’une réunion publique à Canet-en-Roussillon sur le thème « Europe : souveraineté populaire et impératif démocratique ». Lire la suite

Macron accélère la crise de la représentativité

L’air de ne pas y toucher, le remaniement ministériel intervenu ce dimanche et qui a vu l’entrée au gouvernement de deux nouveaux conseillers du président Macron en dit long sur la rupture de légitimité démocratique qu’est en train d’instiller le monarque élyséen : l’exercice d’une charge publique n’a désormais, dans la République des copains, plus vocation à procéder, fût-ce de manière indirecte, d’une légitimité élective, mais uniquement de l’octroi d’une charge par le fait du prince. La dimension représentative de la démocratie déjà si mal en point voit là en Emmanuel Macron l’un des ses plus farouches assaillants. Lire la suite

Urnes funéraires

Chronique du 7 juin pour L’Heure du peuple

Il est convenu de considérer que l’onction des urnes confère la légitimité démocratique nécessaire à la représentation de la souveraineté populaire. Si cela n’a pas toujours été le cas, quoi d’autre pourrait bien être utilisé dans la période ? Poser la question c’est donc y répondre. Mais il serait tout aussi illusoire de fermer les yeux sur le fait que la validation par les urnes n’est plus un sanctuaire pour l’exercice du pouvoir comme l’actualité en atteste. Lire la suite

Fillon achève la Vème république

francois-fillon-52_5461790En les regardant droit dans les yeux, M.Fillon est venu annoncer ce midi aux Français qu’il maintenait sa candidature malgré sa mise en examen qui lui sera notifiée dans le bureau du juge le 15 mars prochain. Pour tenter de justifier l’injustifiable, M. Fillon ne s’est pas contenté de se parjurer. A l’abri de cette Vème République agonisante, il a pu se permettre d’évincer la nécessité de probité des représentants et a voulu réduire la Démocratie à la loi de la majorité. La démocratie sans la République en somme.   Lire la suite