Macron, de l’illusion à l’usurpation

Macron vient donc de nommer Edouard Philippe à Matignon. Qui peut croire qu’une large part, sans doute une majorité, de celles et ceux qui ont voté il y a 8 jours pour M. Macron souhaitaient se retrouver ce lundi avec un premier Ministre de droite ? Une fois encore, le sens de la consultation populaire a été détourné sitôt celle-ci achevée. La démocratie à la sauce 5ème République est devenue l’art de la tartufferie : « Votez pour moi, je suis le roi, une fois élu, vous êtes cocus ». Lire la suite

Le dégagisme de droite : une histoire de vieux pots et de recettes empoisonnées

fillonFrançois Fillon et Alain Juppé sont donc « qualifiés » pour le second tour de la primaire de la droite. Mais François Fillon a fait coup double. Il a aussi dès à présent plié le second tour et renvoyé Alain Juppé place Pey Berland dans sa mairie bordelaise. Bref, la droite s’est éprise du « Qu’ils s’en aillent tous » en dégageant les deux vainqueurs potentiels sur lesquels l’establishment avait parié, Sarkozy et Juppé. Mais parce que la droite demeure par essence conservatrice, elle ne se départit pas pour autant de tous les vieux pots pour préparer les recettes de demain. Elle a donc été repêcher François Fillon. Point trop n’en faut. Lire la suite

Du débat à l’intoxication médiatique : l’effet primaire

primaire-droiteJeudi 13 octobre, TF1 organisait en grande pompe le premier débat de la primaire de droite. Ce devait être LE grand rendez-vous que les françaises et les français n’auraient raté pour rien au monde. Le matin même, France-Info révélait ainsi un sondage Odoxa affirmant que plus d’un tiers des français avait l’intention de suivre l’émission télévisée. Seulement voilà, le monde cathodique a la mémoire courte, les mêmes étant en train de se féliciter le lendemain d’une audience de… 5,6 millions de téléspectateurs. Au final l’émission est ramenée à ce qu’elle est : un programme de divertissement télévisé qui a pour seul objet d’entériner la pensée dominante tout en faisant mieux à l’audimat que les chaînes concurrentes. Lire la suite

Manuel Valls et la post-démocratie

Manuel Valls n’est jamais le dernier pour réduire la démocratie à l’acquiescement à la pensée unique. Dernière sortie en date le 12 novembre quand, invité de Public-Sénat, le Premier Ministre a poussé sa logique jusqu’à considérer que la question de la fusion des listes PS et LR « se posera […] au soir du premier tour » et qu’écarter cette « hypothèse » revenait à « mentir aux Français ». Lire la suite