Législatives : quand Macron recycle les ministres de Hollande

Plus les investitures de la République En marche ! s’affinent et plus la résurgence des gouvernements Hollande prend forme. La liste des circonscriptions sur lesquelles le mouvement de M. Macron n’investit pas de candidat laisse ainsi apparaître que la majorité des ministres du quinquennat Hollande qui se représente se voit protégée. Les coupables du quinquennat précédent sont donc recyclés. Le renouvellement annoncé par M. Macron est donc d’abord affaire de continuité. Lire la suite

Les délices de Camba

CambadélisNonobstant sa capacité à guider des éléphants, Jean-Christophe Cambadélis n’est pas Hannibal, loin s’en faut. Mais il partage avec le général carthaginois l’abandon aux sirènes du plaisir facile et immédiat qui reste le symptôme de l’échec annoncé. Invité du Grand rendez-vous Europe1-iTélé-Le Monde dimanche 12 juin, le premier secrétaire du parti socialiste s’est laissé aller à une critique généralisée. Là de la CGT, plus loin du reste de la gauche. L’invective et le plaisir du bon mot pour se essayer de se rassurer ne servent au final qu’à se voiler la face. Chacun a le Capoue qu’il mérite. Lire la suite

Un « frondeur » nommé Chassaigne

ChassaigneA moins qu’un évènement impromptu ne vienne d’ici là faire dérailler le cours des choses, le projet de loi travail reviendra en seconde lecture devant l’Assemblée nationale dans quelques semaines. Il faudra alors faire plus que témoigner pour empêcher le projet de passer. Or à écouter André Chassaigne sur France-Info le 19 mai, force est de constater que l’enjeu du vote s’est déplacé : la perspective du rassemblement avec les frondeurs prime aujourd’hui sur le combat contre le texte. Et plutôt que d’emmener ces derniers à assumer jusqu’au bout la contradiction avec le gouvernement, voilà que c’est le président du groupe GDR à l’Assemblée qui abandonne la tranchée. Lire la suite

Motion de censure repoussée : la fronde était un laisser-passer

frondeursVogue la galère. La motion de censure n’a, comme on pouvait s’en douter, pas été adoptée : 246 voix pour sur les 288 requises. Le gouvernement reste en place. Mais là n’était pas l’enjeu. Le projet de loi travail continue lui par contre son chemin. L’occasion de le faire tomber est passée. Et si tant est qu’elle se représente dans le cadre institutionnel, nourris de cette expérience (et malheureusement des précédentes), nous savons que l’histoire est écrite d’avance. Le champ de bataille se déplace donc et revient dans la rue. Tant mieux. Là sont les courageux et les convaincus, celles et ceux qui luttent pour la société toute entière et qui n’inféodent pas leur engagement à un calcul politicien ou à une rente de situation. Lire la suite

Loi travail et 49-3 : une parodie démocratique à grand spectacle

Hollande CapetFrançois Hollande nous avait habitués au burlesque. Le voilà passé maître dans l’art de la parodie. Le clap de fin vient en effet de retentir avec l’annonce prétendument inopinée ce mardi 10 mai en fin de matinée de la tenue d’un « conseil des ministres extraordinaire» … convoqué pour 14h30. Au menu, l’annonce du recours à l’article 49 alinéas 3 de la constitution pour imposer la loi travail sans vote. Mais la mise en scène pour court-circuiter la démocratie et légitimer le passage en force était bel et bien réglée et étalée sur plusieurs semaines. Retour sur le making of. Lire la suite

Leçons partielles de gauche

ObsTribune publiée sur Le Plus de l’Obs le 15 mars (ici)

S’il faut se garder de donner à des élections partielles la valeur d’une élection générale, de telles confrontations avec les électrices et les électeurs n’en sont pas moins riches d’enseignements. C’est d’autant plus le cas quand comme aujourd’hui elles sont surdéterminées par des considérations de politique nationale qui laissent finalement peu de place aux évolutions locales. Les 3 partielles dont le premier tour a eu lieu ce dimanche 13 mars dans la 2ème circonscription des Yvelines, dans la 2ème circonscription de l’Aisne et dans la 10ème circonscription du Nord, donnent ainsi une lecture avancée d’un phénomène en dynamique : la perte de centralité du PS au sein d’une gauche évanescente. Lire la suite