Les stratégies dilatoires de Macron

Fidèle à sa volonté de maîtriser le temps, Emmanuel Macron joue désormais la montre pour échapper à la volonté populaire. On l’a vu cette semaine après les annonces du Haut commissariat des Nations-Unies aux Droits de l’Homme. On le voit encore ce dimanche avec l’annonce par le ministre coanimateur du « grand débat national » Sébastien Lecornu que les annonces et propositions présidentielles s’étireront « jusqu’à l’été ». Dans un cas comme dans l’autre, le temps politique se déconnecte de l’action et de la réalité pour mieux s’y soustraire dans une stratégie dilatoire assumée Lire la suite

Macron, du phénix au vautour

Emmanuel Macron s’est donc fendu d’une tribune publiée dans l’ensemble de la presse européenne pour relancer sa campagne européenne. Bien sûr, ses propositions apparaissent à tous comme un exact contrepoint aux politiques qu’il mets en oeuvre depuis 18 mois, voire six ans et demi, depuis l’Elysée. Macron continue de la sorte à sa façon à dévitaliser la démocratie en accentuant volontairement le hiatus entre la parole et les actes. Mais qu’importe au final. Il est plus urgent d’entendre dans sa tribune la répétition comme une litanie des termes « civilisation » et « renaissance » qui donnent à voir en quoi le président Macron reprend le fil de son projet européen mis sur la table dans son discours de la Sorbonne le 26 septembre 2017 : celui d’une identité et d’une souveraineté européenne pour mieux corseter les souverainetés populaires existantes et les livrer à l’imperium technocratique européen. Lire la suite

D’un 29 mai à l’autre, de Bolkestein à la directive travailleurs détachés

Décidément l’Union Européenne (UE) cultive le sens de la symbolique cynique. Le 29 mai 2005, les Français.es rejetaient le Traité constitutionnel européen (TCE) et avec lui la directive Bolkestein qui mettait en concurrence les salariés d’un pays à l’autre. Treize ans plus tard jour pour jour, le Parlement européen adoptait la directive travailleurs détachés à une très large majorité (456 voix contre 147). Un écran de fumée qui ne masque ni l’échec de Macron en la matière, ni le fait que l’UE se paie de mots et laisse libre court à la concurrence entre les travailleurs. Lire la suite

Sondage européennes : tour d’horizon des possibles

Valeurs actuelles publiait aujourd’hui un sondage IFOP pour les élections européennes. Comme toujours, et a fortiori lorsqu’on est si loin de l’échéance, il n’est d’aucun intérêt de rentrer dans le détail de l’enquête, inexploitable, mais il peut par contre être utile d’observer les grandes masses. Et dès lors, en s’affranchissant des représentations traditionnelles, des lignes de force extrêmement marquées apparaissent qui ne sont pas sans rappeler le vote contre le TCE de 2005. Lire la suite

Le pacte girondin cible l’Etat

Tribune publiée dans le magazine La gazette des communes du 30 avril

Le premier ministre M. Philippe présentait le 4 avril le projet de réforme constitutionnelle. Sous couvert de continuité avec l’existant, l’exécutif entend en réalité, à travers notamment le « pacte girondin », faire muter le cadre commun qui régit la vie des Français pour le mettre en adéquation avec les visées européistes M. Macron. Lire la suite

Confusion et collusion

Chronique du 23 mars pour L’Heure du peuple

Mercredi 21 mars, Christophe Castaner tenait une conférence de presse pour présenter l’autoproclamée « Grande marche pour l’Europe » qui sera lancée ce samedi 24 mars par le mouvement de M. Macron. Il ne manquait pas d’évoquer à cette occasion avec moult détails les « consultations citoyennes » chères au président qui elles débuteront le 17 avril.

Lire la suite