Macron : la politique par le vide

Alors que la mobilisation des Gilets Jaunes se poursuit et imprègne de semaine en semaine toujours plus profondément la société de ses revendications d’intérêt général pour plus de justice sociale et pour que le peuple recouvre l’exercice de sa souveraineté de manière pleine, entière et permanente, dimanche 27 janvier, les « Foulards rouges » vont se réunir en contrepoint. Olé ! Ceux-là seront immanquablement présentés comme l’émanation de la « majorité silencieuse », réduction de la politique à l’argument du nombre décrété ex-nihilo pour mieux soustraire le débat à la fabrique des idées et à la recherche du consensus.

Je vous livre ci-dessous un court extrait du livre que je publierai au mois de février, L’impératif démocratique, De la crise de la représentation aux Gilets jaunes (Editions du Borrego), et qui traite du sujet. Lire la suite

Lettres de cachet modernes et arbitraire politique

J’étais ce mercredi 3 janvier l’invité de Jean-Jacques Bourdin sur RMC.

Je vous propose de retrouver ci-dessous le podcast audio de cette interview : au programme, Gilets jaunes, Drouet, souveraineté, représentation et …révolution !  Le lien audio en cliquant ici

Et un extrait en vidéo en cliquant sur l’image ci-dessus

La vertu face à la république des fripons

Jean-Jacques Urvoas hier, Fleur Pellerin aujourd’hui… 48 heures auront suffi pour que la république des fripons se rappelle aux bons souvenirs de la grande masse populaire. Alors même que le mouvement des Gilets jaunes met à jour la crise démocratique qui affecte la légitimité des représentants à porter l’action publique, voilà que ressurgissent les combines et petits arrangements entre amis. Autant d’abus dans des situations de pouvoir qui corrompent la tâche même de représentation. La pente de la perte du consentement n’a décidément pas fini d’être dévalée. Lire la suite

Gilets Jaunes : quand le souffle démocratique échappe aux grilles préétablies

C’est décidément un gouffre qui sépare l’aspiration populaire portée par les Gilets Jaunes de la perception qu’en a la société des bien-pensants. L’Acte V du samedi 15 décembre et les interprétations qui en sont données témoignent outrageusement du besoin pour le pouvoir et ses commentateurs de faire rentrer le mouvement des Gilets jaunes dans des cases préétablies pour mieux le circonscrire. Or le mouvement s’est justement constitué en extériorité volontaire par rapport au cadre où l’on voudrait le ramener. Loin de l’essoufflement, le mouvement ne peut dès lors que s’enraciner. Lire la suite