Les frondeurs achetés par la primaire

frondeursIls étaient 56 le 12 mai dernier à se dire prêts à signer une motion de censure « de gauche ». Moins de deux mois plus tard, ils n’étaient pas plus nombreux le 6 juillet sur le coup de 15h. Il faut dire que la primaire de « La belle alliance populaire » (BAP) désormais annoncée pour la fin janvier est passée par là. Car pour avoir le droit de prendre un instant la lumière sur le podium de la BAP, il faut commencer par déposer un brevet de recevabilité hollandaise. Le non-dépôt d’une motion de censure était le sésame demandé… et accepté par les-dits « frondeurs ». Lire la suite

Les délices de Camba

CambadélisNonobstant sa capacité à guider des éléphants, Jean-Christophe Cambadélis n’est pas Hannibal, loin s’en faut. Mais il partage avec le général carthaginois l’abandon aux sirènes du plaisir facile et immédiat qui reste le symptôme de l’échec annoncé. Invité du Grand rendez-vous Europe1-iTélé-Le Monde dimanche 12 juin, le premier secrétaire du parti socialiste s’est laissé aller à une critique généralisée. Là de la CGT, plus loin du reste de la gauche. L’invective et le plaisir du bon mot pour se essayer de se rassurer ne servent au final qu’à se voiler la face. Chacun a le Capoue qu’il mérite. Lire la suite

Les perles de l’oral de rattrapage du PS sur la loi travail

Meeting PSLe Bac approche mais le Parti socialiste est déjà lui recalé. Le PS organisait ce mercredi 8 juin son meeting de rattrapage de promotion de la loi El Khomri. A défendre l’indéfendable, on en vient forcément à dire des âneries, surtout quand les candidats en repêchage se nomment Manuel Valls, Myriam El Khomri, Jean-Christophe Cambadélis ou encore Stéphane Le Foll (lui il redouble). Balayage rapide des perles de l’oral du PS. Lire la suite

Un « frondeur » nommé Chassaigne

ChassaigneA moins qu’un évènement impromptu ne vienne d’ici là faire dérailler le cours des choses, le projet de loi travail reviendra en seconde lecture devant l’Assemblée nationale dans quelques semaines. Il faudra alors faire plus que témoigner pour empêcher le projet de passer. Or à écouter André Chassaigne sur France-Info le 19 mai, force est de constater que l’enjeu du vote s’est déplacé : la perspective du rassemblement avec les frondeurs prime aujourd’hui sur le combat contre le texte. Et plutôt que d’emmener ces derniers à assumer jusqu’au bout la contradiction avec le gouvernement, voilà que c’est le président du groupe GDR à l’Assemblée qui abandonne la tranchée. Lire la suite

Motion de censure repoussée : la fronde était un laisser-passer

frondeursVogue la galère. La motion de censure n’a, comme on pouvait s’en douter, pas été adoptée : 246 voix pour sur les 288 requises. Le gouvernement reste en place. Mais là n’était pas l’enjeu. Le projet de loi travail continue lui par contre son chemin. L’occasion de le faire tomber est passée. Et si tant est qu’elle se représente dans le cadre institutionnel, nourris de cette expérience (et malheureusement des précédentes), nous savons que l’histoire est écrite d’avance. Le champ de bataille se déplace donc et revient dans la rue. Tant mieux. Là sont les courageux et les convaincus, celles et ceux qui luttent pour la société toute entière et qui n’inféodent pas leur engagement à un calcul politicien ou à une rente de situation. Lire la suite

Loi travail et 49-3 : une parodie démocratique à grand spectacle

Hollande CapetFrançois Hollande nous avait habitués au burlesque. Le voilà passé maître dans l’art de la parodie. Le clap de fin vient en effet de retentir avec l’annonce prétendument inopinée ce mardi 10 mai en fin de matinée de la tenue d’un « conseil des ministres extraordinaire» … convoqué pour 14h30. Au menu, l’annonce du recours à l’article 49 alinéas 3 de la constitution pour imposer la loi travail sans vote. Mais la mise en scène pour court-circuiter la démocratie et légitimer le passage en force était bel et bien réglée et étalée sur plusieurs semaines. Retour sur le making of. Lire la suite