21 janvier : quand le monarque élyséen ressuscite le roi

Hollande Capet« Citoyens, la tyrannie est un roseau que le vent fait plier et qui se relève ». Dans son second discours du 26 décembre 1792  sur le jugement du roi, Saint-Just se faisait déjà visionnaire. Le roi est en effet mort le 21 janvier 1793. Mais aujourd’hui le monarque élyséen le ressuscite à la date anniversaire. François Hollande rejoindra en effet dans deux jours les 1500 responsables d’entreprises multinationales et le gotha des nouveaux coalisés sous l’égide de l’OTAN qui conjointement se terrent à Davos à l’occasion du 45ème Forum économique mondial qui s’ouvre ce 21 janvier. Si le procès de Louis XVI avait aussi été en 1793 celui de la propriété et de l’alliance des trônes, François Hollande réaffirme pourtant 222 ans après la coalition des despotes et leur alliance avec les accapareurs.  Lire la suite

Journées révolutionnaires des 5 et 6 octobre 1789 : du monarque royal au monarque présidentiel

Hollande CapetIl y a 225 ans, les journées révolutionnaires des 5 et 6 octobre 1789 ont inscrit leur marque dans l’Histoire comme la marche pour le pain des femmes sur Versailles. Le roi, mais aussi l’assemblée constituante, avaient alors été contraints de revenir à Paris par la pression populaire. Mais autant que la famine –organisée- à Paris, les journées révolutionnaires des 5 et 6 octobre prennent leur source dans le refus du roi de signer à cette date les décrets d’application issus de la nuit du 4 août et abolissant les privilèges. 225 ans après, et alors que les forces réactionnaires déferlent dans la rue, le monarque présidentiel bloque lui aussi par l’abus des rouages institutionnels la remise en cause des privilèges de la nouvelle oligarchie. Lire la suite

Manuel Valls éteint le Parlement

images (5)De projets de loi en menaces et exhortations, rien n’y fera : le pouvoir exécutif a dans notre pays perdu toute forme de légitimité autre que celle d’apparat. Manuel Valls a beau dénigrer la représentation nationale comme il l’a fait ce week-end devant le Conseil national du Parti Socialiste, c’est bien la 5e République agonisante qu’il est obligé de tordre pour maintenir en place un pouvoir dont même la dérive autoritaire reste sans effet. Lire la suite