LREM : un congrès aux airs de déjà vu

Cette fin de semaine, La République en marche (LREM) tient son premier congrès à Lyon. L’enjeu n’est pas neutre pour M. Macron. Celui-ci a en effet durant sa campagne fait de l’image renvoyée par son mouvement un marchepied vers la fonction élyséenne. Au point d’afficher encore pour slogan de son mouvement : « Tout commence par la rénovation de l’engagement politique ». Mais si la politique de M. Macron n’a été permise que parce que celui-ci a d’abord convaincu d’une forme de renouveau dans l’engagement, qu’advient-il alors de l’assise de cette politique lorsque grandit et se propage la déception sur l’implication populaire permise au sein de LREM ? Lire la suite

Sénatoriales : le vieux monde dans le rétroviseur

Chronique du vendredi 29 septembre pour L’Heure du peuple

Non, ne fuyez pas, je vais cette semaine vous parler des sénatoriales. Je suis un peu décalé dans le temps me direz-vous ? Certes. Mais les sénatoriales ne le sont-elles pas elles-mêmes par rapport à l’état réel de la vie politique du pays ? C’est en tout cas ce qui ressort du scrutin de dimanche dernier. Lire la suite

Pharaon et grand-prêtre : Tout-en-Macron

De Tanis ou Thèbes à Versailles, l’histoire balbutie. Balayé Jupiter. Rarement discours présidentiel devant la représentation nationale avait à ce point tenu des oripeaux de l’antique. Et ce qui se voulait être le discours sur l’état de l’union de Pharaon a plus ressemblé aux prophéties du grand-prêtre adressées à ses fidèles, à coups de jugements lapidaires, menaces et autres mises à l’index. La puissance du règne de Pharaon et l’ésotérisme au service de sa réalisation matérielle : Tout-en-Macron. Lire la suite

Valls, De Rugy : quand les perdants du PS se transforment en idiots utiles de la macronie

Coup double dans la même journée : avec Valls et De Rugy, la République en marche ! (LREM) se nourrit des restes de la primaire du PS. Prime aux perdants pour prétendre faire du neuf avec du vieux. Mais surtout recyclage de cautions de « gôche » suffisamment affaiblies et compatibles pour ne pas risquer de faire contrepoids à la politique de casse sociale et écologique de M. Macron. Lire la suite

Ferrand élu à la présidence du groupe LREM : les députés soumis

Ah elle est belle la nouvelle classe politique censée être incarnée par La République en marche ! (LREM). Réunis ce samedi 24 juin en « séminaire de cohésion » pour élire leur président de groupe, les 308 députés LREM se sont rangés comme un seul homme derrière Richard Ferrand comme les y avait enjoints le chef Macron : pas de candidature alternative, un vote à main levée, aucun vote contre et simplement deux abstentions ! Il y a moins d’une semaine, ceux-là ont fait campagne sur l’air du renouvellement : ils sont pourtant déjà les lampistes qui rallument la lumière sourde de l’ancien monde. Lire la suite

Du calendrier des affaires et de l’usurpation démocratique

M. Macron est bien comme les autres. Il aura laissé passer les élections pour que la crise larvée qui touchait depuis des semaines les membres de son gouvernement éclate au grand jour. Goulard, Bayrou, De Sarnez, Ferrand et désormais Pénicaud, emportés ou en passe de l’être. Et pendant que M. Macron protégeait ceux-là, il s’est construit une majorité absolue sur la base d’une tromperie flagrante des électeurs. Que ces affaires là n’ont-elles pas eu de conséquences plus tôt ? La composition de l’Assemblée en eut-été modifiée. Et qui sait, la majorité absolue peut-être se serait-elle-même envolée… Lire la suite