Macron ou l’a-démocratie de l’omission

Avec Macron, les symboles effacent le sens : le programme de LREM pour les élections européennes sera en effet rendu public ce 9 mai, journée de l’Europe. Mais seulement 17 jours donc avant le scrutin du 26 mai. Comme lors de la présidentielle quand il avait annoncé avoir finalisé son programme un mois à peine avant l’élection, Macron est donc un adepte de l’a-démocratie de l’omission : il ne se contente plus de ne pas respecter ses engagements comme ses prédécesseurs, il avance masqué et les cache aux gens. On comprend mieux pourquoi il a dès lors si vite basculé dans le pouvoir du mensonge.

Lire la suite

« Refondons nous en tant que peuple ! »

Menteurs, falsificateurs, manipulateurs, il ne faut plus rien attendre de ce pouvoir. Mon appel sur RT France, à l’occasion de l’Acte XXII des Gilets jaunes, à lancer partout sur le territoire des cercles constituants citoyens .

A retrouver ci-dessous ou sur ma chaîne You Tube à laquelle je vous invite à vous abonner !

Macron accélère la crise de la représentativité

L’air de ne pas y toucher, le remaniement ministériel intervenu ce dimanche et qui a vu l’entrée au gouvernement de deux nouveaux conseillers du président Macron en dit long sur la rupture de légitimité démocratique qu’est en train d’instiller le monarque élyséen : l’exercice d’une charge publique n’a désormais, dans la République des copains, plus vocation à procéder, fût-ce de manière indirecte, d’une légitimité élective, mais uniquement de l’octroi d’une charge par le fait du prince. La dimension représentative de la démocratie déjà si mal en point voit là en Emmanuel Macron l’un des ses plus farouches assaillants. Lire la suite

Macron ou l’insécurité permanente

Où que l’on regarde, le gouvernement Macron installe un climat d’insécurité permanente. C’est bien sûr vrai dans sa gestion de l’ordre public. Cela l’est dans sa manière d’appréhender le cadre institutionnel. Cela l’est enfin dans l’ordre économique et social où les récentes saillies contre les retraites menacent tant les salariés que les agents publics. Partout la société en est réduite à subir les affres d’une politique qui fragilise les individus comme les cadres collectifs. Le modèle Macroniste n’était déjà pas souhaitable pour le grand nombre. On constate qu’il n’est désormais viable pour personne. Lire la suite