L’Union –nationale- nie la force

 

La douleur et l’émotion après l’attaque qui a frappé mercredi 7 janvier la rédaction de Charlie-Hebdo occupent un espace temporel au cours duquel la recherche du collectif et l’introspection intime de chacun d’entre nous doivent être respectées. Mais parce que justement il s’agit d’un assassinat politique perpétré à l’encontre d’un organe de presse, la réaction publique qui progressivement se façonne prend elle aussi une dimension politique et, qu’on le veuille ou non, est porteuse de conséquences. Il serait dès lors inconséquent de déserter ce terrain malgré le chagrin qui nous étreint. La volonté affichée par certains « d’union nationale » ou « d’unité nationale » est en effet un piège dont les progressistes doivent se défier, faute de quoi le lâche assassinat de mercredi deviendrait un levier réactionnaire en plus d’être déjà le témoignage de l’obscurantisme. Lire la suite

Appel de l’AGAUREPS-Prométhée pour la marche citoyenne du 5 mai

Agaureps-ProméthéeLe pouvoir se délite. L’accélération est aujourd’hui manifeste. Plus un seul des anciens cadres ne résiste. Les places fortes de l’oligarchie vacillent les unes après les autres. Le consentement à l’autorité qui repose sur la légitimité conscientisée du pouvoir s’étiole. L’affaire Cahuzac n’est que le halo projeté sur un système qui régurgite tout ce qu’il ne peut faire avaler au peuple. Lire la suite

Le 5 mai pour la 6ème République

5 maiCommuniqué du Parti de Gauche

La faillite morale d’un homme éclaire celle du système auquel il appartenait. Un monde de connivence qui unit des amis de l’argent sans odeur à travers tous les partis du système officiel ! Une longue chaine de cyniques unis par le mensonge relie les Le Pen à Cahuzac, et un  proche du Président, son trésorier de campagne, boucher- libraire qui trafique avec un comparse chinois pour ouvrir des comptes offshore !   Lire la suite

Reculer avec le Medef ou marcher avec les salariés, il faut choisir !

11099554-chaussures-de-marche-et-un-fond-blancQuelle semaine de mise à nu du gouvernement devant les salariés ! Commencée par l’aveu d’un ministre « qu’il ne croit pas en la lutte des classes » et finie par un « accord » minoritaire régressif pour le droit du travail élaboré sur la base de travail du MEDEF dans un calendrier à marche forcée imposé par le gouvernement. Lire la suite