Hollande : Taxer n’est pas imposer

Calendrier républicainA l’heure où François Hollande et son gouvernement reculent devant le mouvement des « bonnets rouges  » dans les départements bretons et suspendent l’application de l’écotaxe, la troisième livraison des « Chroniques de la République montagnarde » est l’occasion de revenir sur l’irruption en 1793 de l’impôt redistributif et progressif au travers de l’emprunt forcé. Où quand l’impôt de l’An II de la République laisse la place aux taxes d’ancien régime lors de l’An II du hollandisme. Lire la suite

Chroniques de la République montagnarde : le maximum général contre les accapareurs de 1793 et les spéculateurs de 2013

Calendrier républicainDepuis le mois de septembre, vous pouvez retrouver ici chaque mois ( et dans La Lettre du mois de l’AGAUREPS-Prométhée) une nouvelle chronique de la République montagnarde, de l’An II de la République à l’An II du hollandisme. Ce mois-ci, nous nous souvenons qu’il y a quasiment 220 ans jour pour jour, la Convention adoptait le maximum général des prix et des salaires. A l’heure où le peuple est étranglé pour étancher la soif des actionnaires, où les biens de première nécessité sont marchandisés au plus haut prix, où l’impôt redistributif a cédé la place à des taxes qui sont directement reversées aux entreprises, la question du maximum nous ramène aux fondements même de la pensée socialiste révolutionnaire. Et nou permet de juger à cet aune les actes et reculades de François Hollande sur le sujet. Lire la suite

10 mai 1793 – 10 mai 2013 : les leçons de Robespierre

Robespierre 2La grande révolution française de 1789 est un tout. La rupture avec l’ordre établi y a progressivement nourri la question sociale et s’y est inversement renforcée pour définir une convergence universelle. A sa façon, la révolution citoyenne est elle aussi un processus en construction dont le 5 mai 2013 est désormais un point d’étape décisif. La marche citoyenne contre la finance et l’austérité et pour la 6e République qui a déferlé entre Bastille et Nation a marqué la jonction entre la fulgurance de la lutte des classes et la réappropriation par le peuple de son désir, de son besoin et de son devoir de souveraineté. Cette subtile alchimie du 5 mai doit maintenant être stabilisée. C’est la méthode pour y parvenir qui nous est donc posée. Lire la suite