Entre les lignes: chronique du 8 octobre

argentLes infos totalement indispensables du jour pour le cas où vous les auriez loupées…

  • Carvounas dynamite les élections de parents d’élèves : A force de magouilles, c’est le système qui explose. Le sénateur-maire socialiste d’Alfortville Luc Carvounas, par ailleurs directeur de campagne de Claude Bartolone pour les régionales, ne souffre pas la contestation dans sa ville. Après avoir privatisé le périscolaire en 2014, il a été contraint par la mobilisation d’associations de parents d’élèves et d’associations locales à repousser d’un an la fin de la gratuité qu’il avait pourtant programmée pour cette rentrée. C’en était trop pour l’édile que de voir la piétaille du bas peuple se révolter. Il a donc cousu de fil blanc une nouvelle liste de parents d’élèves à sa main.

Lire la suite

Après l’externalisation, Carvounas fait payer les rythmes scolaires

Carvounas VallsIl y a 18 mois, alors que Vincent Peillon imposait son décret sur les rythmes scolaires. Nous avions ici-même diagnostiqué le processus d’externalisation et de privatisation rampante des activités périscolaires que constituait cette réforme (lire ici). Il n’avait d’ailleurs pas fallu attendre longtemps pour que le très valsiste Luc Carvounas en fasse la démonstration en procédant à un appel d’offre pour attribuer le « marché » des nouvelles activités périscolaires (NAP) dans la ville d’Alfortville dont il est sénateur-maire (entre autres). Un an plus tard donc, le deuxième étage de la fusée est lancé : Luc Carvounas a annoncé aux parents d’élèves par courrier daté du 10 juin 2015 que non seulement les taux d’encadrements seraient ramenés à leur niveau plancher, mais que parallèlement les NAP deviendraient payantes dès la rentrée de septembre. CQFD !     Lire la suite