Pierre Laurent va « entrer en campagne », grand bien nous fasse !

pierre-laurentAu moins Jean-Luc Mélenchon peut-il espérer être tranquille et ne plus avoir à subir les assauts répétés de la direction du parti communiste français : celle-ci va en effet « entrer en campagne » ce samedi 8 octobre comme vient de l’annoncer Pierre Laurent. Oh, pas aux côtés de Jean-Luc Mélenchon et de la France insoumise bien sûr. Mais du moins Pierre Laurent et les siens seront-ils occupés à préparer « les axes pour un projet populaire possiblement commun à toutes les forces de gauche et citoyennes que nous [Pierre Laurent] voulons rassembler » . Lire la suite

Face au récit national, les petites histoires d’Olivier Dartigolles

olivier_dartigollesOlivier Dartigolles est indécrottable. Il parle sur tout et sur rien, dernier moyen qui lui reste pour faire causer de sa petite boutique. Et comme à chaque fois, il se prend les pieds dans le tapis. Le voilà qui, aux côtés d’Olivier Besancenot, instruit donc à nouveau un procès à l’encontre de Jean-Luc Mélenchon pour … avoir proposé de débattre avec Nicolas Sarkozy suite aux déclarations de ce dernier sur « l’identité gauloise » ! Outre la mauvaise foi de la sordide manoeuvre politicienne du porte-parole du PCF qui ainsi prend le risque d’affaiblir le seul candidat capable à la fois d’être un remède à la macronite au 1er tour et dès lors de porter les couleurs de notre camp au second, cette nouvelle saillie traduit surtout l’enfermement minoritaire dans lequel s’enfonce le PCF. Lire la suite

Frondeurs, PCF : refus d’obstacle

frondeursDe La Courneuve à La Rochelle, ils étaient nombreux ce week-end à galoper vers les caméras. Mais lancés dans le prix du Président de la République, pas un n’a osé franchir la première haie : refus d’obstacle. Lire la suite

Leur primaire et les autres

CambadélisJean-Christophe Cambadélis les a essorés. Tous. En faisant adopter par le conseil national du PS réuni le 18 juin l’organisation d’une primaire dans le cadre de « La belle alliance populaire », le premier secrétaire du PS a réglé en un tour de main la dissidence supposée des frondeurs, fait taire les atermoiements de Montebourg, isolé le PCF et achevé EELV. Pour avoir mis le doigt dans la primaire, les voilà tous renvoyés au rang d’idiots utiles du  PS. Lire la suite

Qui goûte à la primaire doit avaler Hollande

Hollande primaireA lire les commentateurs, la primaire à gauche serait enterrée. Le conseil national du PS et le conseil fédéral d’Europe Ecologie-Les Verts qui se sont tenus ce week-end la maintiennent pourtant bien vivante. Pire, leurs petits calculs de croquemorts ouvrent la voie pour qu’un mort-vivant, François Hollande, en prenne le leadership. Lire la suite

Les insultes primaires d’Olivier Dartigolles

olivier_dartigollesIl ne faut polémiquer ni avec ce qui n’en vaut pas la peine, ni avec celles et ceux qui n’en valent pas la peine. La nouvelle sortie du porte-parole du parti communiste Olivier Dartigolles ce week-end à l’encontre de Jean-Luc Mélenchon relève des deux aspects à la fois. Il ne sert donc a priori à rien de donner de l’importance à ce qui n’en a pas. Sauf qu’en l’occurrence, la saillie du béarnais s’inscrit dans une offensive généralisée de Mélenchon-bashing orchestrée par les thuriféraires inquiets de la primaire. Celle-ci mérite donc réponse. Lire la suite

Primaires à gauche : hiatus et bouche cousue

Tribune publiée lundi 22 février dans Le Plus de l’Obs (lire ici)Obs

C’est dans le cadre aseptisé d’une salle des sous-sols de l’Assemblée Nationale que les initiateurs de « Notre Primaire » et le PS, le PCF et EE-LV se sont retrouvés le 18 février. Ceux-là recherchaient artificiellement à donner à voir ce qui les rassemble. Au même moment, la ministre du travail Myriam El Khomri était en service commandé pour Manuel Valls et François Hollande : dans une interview aux Echos, elle embrasait la gauche en déclinant le contenu de sa future loi contre le code du travail et en envisageant d’imposer celle-ci à coup de 49-3. Le hiatus était patent. Et s’il servait les uns, il disqualifiait les autres. Lire la suite

La Métropole du Grand Paris : la démocratie à l’âge de pierre

ObsTribune publiée le 3 février dans Le + de l’Obs (lire ici)

La Métropole du Grand Paris (MGP) est effective depuis le 1er janvier 2016. Dotée d’un conseil métropolitain, elle est aussi découpée en 11 établissements publics de territoires (EPT) en sus de la ville de Paris. Ultime avatar de la substitution technocratique à la légitimité politique, le fait métropolitain en général et la MGP en particulier marquent un recul démocratique sans précédent. Lire la suite

Le Grand Paris post-démocratique

VallsCe vendredi 22 janvier, la première séance de l’assemblée du Grand Paris a installé 209 conseillers métropolitains. Ceux-là ont désigné en leur sein un exécutif. Avant même la séance, les 20 vice-présidences ont été négociées : huit pour les Républicains, quatre à l’UDI, quatre au PS, deux au PCF, une à Ensemble, et une à EELV. Lire la suite

La démocratie à l’épreuve de la co-gouvernance gauche-droite

mediapartTribune publiée dans Mediapart mercredi 13 janvier 2016 (lire ici)

Depuis la fin de l’année 2015, la carte de l’intercommunalité subit un grand chambardement. La loi NOTRe (loi portant nouvelle organisation territoriale de la République) oblige désormais les villes à s’inscrire dans le cadre d’un EPCI (établissement public de coopération intercommunale). Pire : le nouveau seuil de 15.000 habitants détricote aussi l’existant. Ailleurs, ce sont les métropoles qui font surgir en leur sein des formes nouvelles de regroupements communaux, comme les 12 établissements publics de territoires (EPT) du Grand Paris. Lire la suite