Sénatoriales : le vieux monde dans le rétroviseur

Chronique du vendredi 29 septembre pour L’Heure du peuple

Non, ne fuyez pas, je vais cette semaine vous parler des sénatoriales. Je suis un peu décalé dans le temps me direz-vous ? Certes. Mais les sénatoriales ne le sont-elles pas elles-mêmes par rapport à l’état réel de la vie politique du pays ? C’est en tout cas ce qui ressort du scrutin de dimanche dernier. Lire la suite

Trompe l’oeil et perspectives

Chronique du vendredi 25 août publiée dans le Journal L’heure du peuple

Cette fin de semaine, c’est la rentrée des classes politique. Hier encore, j’aurais dépeint le paysage de manière corrosive en notant le délitement de chaque formation un an après le précédent exercice.
Lire la suite

Hamon à contretemps

Benoît Hamon vient de quitter le PS pour mieux lancer son mouvement du 1er juillet. Que ne l’a-t-il pas fait plus tôt ? La présidentielle en eût été changée. Que ne le fait-il pas plus tard ? La refondation politique n’interfèrerait pas avec la mobilisation sociale. A agir de la sorte à contretemps, Benoît Hamon en est réduit à susciter un tsunami dans un verre d’eau. Lire la suite

Valls, De Rugy : quand les perdants du PS se transforment en idiots utiles de la macronie

Coup double dans la même journée : avec Valls et De Rugy, la République en marche ! (LREM) se nourrit des restes de la primaire du PS. Prime aux perdants pour prétendre faire du neuf avec du vieux. Mais surtout recyclage de cautions de « gôche » suffisamment affaiblies et compatibles pour ne pas risquer de faire contrepoids à la politique de casse sociale et écologique de M. Macron. Lire la suite

Législatives : quand Macron recycle les ministres de Hollande

Plus les investitures de la République En marche ! s’affinent et plus la résurgence des gouvernements Hollande prend forme. La liste des circonscriptions sur lesquelles le mouvement de M. Macron n’investit pas de candidat laisse ainsi apparaître que la majorité des ministres du quinquennat Hollande qui se représente se voit protégée. Les coupables du quinquennat précédent sont donc recyclés. Le renouvellement annoncé par M. Macron est donc d’abord affaire de continuité. Lire la suite

Quand les négociations du PS et d’EELV dévoilent les tripatouillages avec En marche !

Le Parisien de ce lundi 17 avril nous révèle par la bande que les tripatouillages électoraux vont bon train entre le PS et … En marche !, le mouvement de M. Macron. L’accord électoral PS-EELV en passe d’être signé renvoie en effet les candidats d’EELV sur les circonscriptions investies par les barons d’En marche ! pour mieux éviter toute forme de confrontation avec les transfuges du PS passés à En Marche ! En coulisses, les bidouillages entre ceux-là ont en réalité déjà commencé. Lire la suite

Avec Jadot, c’est lentilles au programme pour EELV

French member of the European Parliament Yannick Jadot looks on during a meeting of Left Party and green party representatives, prior to the organising of primary elections, on February 3, 2016 in Paris. / AFP / MATTHIEU ALEXANDREYannick Jadot a retiré hier soir sa candidature au profit de celle de Benoît Hamon. Les sympathisants peuvent bien voter, l’ex-candidat l’a déjà acté hier soir sur France 2. Il faut dire que le temps pressait : mieux valait entériner la chose avant que les adhérents découvrent le pot aux roses : l’accord est purement une (mauvaise) tambouille électorale visant à tout juste garantir quelques circonscriptions, le tout habillé des mêmes sempiternelles promesses non-tenues à chaque accord entre le PS et EELV quand elles ne sont pas en régression par rapport à 2012. Lire la suite

Alliance Bayrou-Macron : à qui gagne perd

François Bayrou rejoint donc M. Macron. Là où beaucoup croient voir pour ce dernier une bonne affaire électorale, ce pourrait être une alliance en trompe-l’œil qui n’apporterait à M. Macron autre chose qu’il n’ait déjà, à savoir la légitimité libérale. Au contraire, voilà qui pourrait statufier autour de Benoît Hamon le vieux PS, gelant de la sorte tant la dynamique supposée de l’un (M. Macron) que celle escomptée de l’autre (Benoît Hamon). Lire la suite

Valls ? Fait ! Au suivant !

Sarkozy ? Fait ! Juppé ? Fait ! Hollande ? Fait ! Valls ? Fait aussi ! Que ce soit dans la lumière médiatique de la primaire de droite ou dans le crépuscule blafard du PS, tous ceux que le système avait érigés en porte-étendard passent l’un après l’autre à la moulinette. Et le mouvement n’est pas fini :  Fillon va suivre, et Macron après lui. Voilà bien la seule leçon qu’il faille tirer de la primaire du PS et de la semaine écoulée.   Lire la suite

Hamon passe et le PS reste

Par-delà les exercices obligés du débat télévisé de la veille, le flou stratégique entretenu à dessein autour de la candidature de Benoît Hamon par le principal intéressé a été levé dès le lendemain au détour de deux émissions radio : sur RMC-BFM Benoît Hamon annonce qu’il se présentera quoi qu’il en coûte à l’élection présidentielle s’il est investi par le PS et, si tant est qu’il soit élu (hum…), on apprend sur France-Inter qu’il gouvernerait avec Macron plutôt qu’avec Mélenchon. Tout un programme. Lire la suite