La vertu face à la république des fripons

Jean-Jacques Urvoas hier, Fleur Pellerin aujourd’hui… 48 heures auront suffi pour que la république des fripons se rappelle aux bons souvenirs de la grande masse populaire. Alors même que le mouvement des Gilets jaunes met à jour la crise démocratique qui affecte la légitimité des représentants à porter l’action publique, voilà que ressurgissent les combines et petits arrangements entre amis. Autant d’abus dans des situations de pouvoir qui corrompent la tâche même de représentation. La pente de la perte du consentement n’a décidément pas fini d’être dévalée. Lire la suite

Fillon : le contrat et la morale contre la Loi et la vertu

François Fillon présentait lundi 13 mars son « projet pour la France ». Si la mise à l’amende des salariés par la fin des 35 heures et la retraite à 65 ans, la ponction dans les poches des Français par la hausse de la TVA, ou encore la saillie contre les fonctionnaires ont à juste titre retenu l’attention, la proposition de François Fillon de mettre en place un « code de conduite des membres du gouvernement » est passée plus inaperçue. Elle mérite pourtant qu’on s’y arrête car il n’est pas anodin qu’une fois encore François Fillon préfère le contrat et la morale à la Loi et à la vertu, la Vème République qui s’effeuille à la 6ème qui sort de terre. Lire la suite

Probité et souveraineté : la 5ème République agonisante

francois-fillon-52_5461790François Fillon va tomber. Sa chute ne saurait se résumer à celle d’un homme et en dit beaucoup plus sur nos institutions et l’effet de système qui les accompagne que le cantonnement aux appellations d’enrichissement personnel et d’abus de bien social le laisseraient supposer. C’est un fait que le défaut de probité se manifeste d’abord dans les lieux de cristallisation du pouvoir et témoigne toujours en politique d’un déni de souveraineté populaire. Plus que Fillon lui-même, c’est bien la 5ème république qu’il faut asseoir au banc des accusés. Lire la suite

Kader Arif démissionne du gouvernement : plus un !

ArifKader Arif a donc démissionné vendredi 21 novembre de son poste de secrétaire d’Etat aux anciens combattants. Il fait l’objet d’une enquête préliminaire concernant des marchés publics qui auraient été attribués à des proches.

Après le scandaleux épisode Cahuzac, les motivations changent, quoique, mais les scenarii restent. Lire la suite

Didier Migaud est un fayot

MigaudLa machine est bien huilée. Alors que la réforme territoriale revient ce mois-ci devant le Parlement, le fayot Migaud s’est empressé de remettre mardi 14 octobre un rapport au vitriol sur les finances des collectivités locales. Non content de les accuser de tous les maux en biaisant l’analyse, les comptables de Salons en ont profité pour donner leurs recommandations…copier-coller des projets de loi sur la réforme territoriale Hollande-Valls. Voilà comment une institution prétendument indépendante répond aux injonctions du système qui la nourrit. Lire la suite

Chroniques de la République montagnarde : le maximum général contre les accapareurs de 1793 et les spéculateurs de 2013

Calendrier républicainDepuis le mois de septembre, vous pouvez retrouver ici chaque mois ( et dans La Lettre du mois de l’AGAUREPS-Prométhée) une nouvelle chronique de la République montagnarde, de l’An II de la République à l’An II du hollandisme. Ce mois-ci, nous nous souvenons qu’il y a quasiment 220 ans jour pour jour, la Convention adoptait le maximum général des prix et des salaires. A l’heure où le peuple est étranglé pour étancher la soif des actionnaires, où les biens de première nécessité sont marchandisés au plus haut prix, où l’impôt redistributif a cédé la place à des taxes qui sont directement reversées aux entreprises, la question du maximum nous ramène aux fondements même de la pensée socialiste révolutionnaire. Et nou permet de juger à cet aune les actes et reculades de François Hollande sur le sujet. Lire la suite