13 ans déjà et la souveraineté populaire est toujours étouffée par l’U.E.

Bon anniversaire à toutes celles et à tous ceux qui, il y a 13 ans jour pour jour, ont voté Non au TCE.
Pourtant depuis, rien n’a changé comme le montre la tragédie démocratique italienne produite par Bruxelles. Partout la crise démocratique va s’accélérant comme en Espagne.
Ca suffit ! La question de qui décide, l’oligarchie Bruxelloise ou les peuples, est le sujet transversal décisif qui doit être posé pour les prochaines élections européennes. Sans répondre à cette question, aucun problème ne saurait être traité que par la parole.
A un an de l’échéance, nous savons donc la bataille qu’il nous faut assumer face à M. Macron et sa diversion de souveraineté européenne.

« Au nom de la souveraineté populaire, chaque peuple libre est donc fondé à désobéir à ces traités »

Interview au journal Première Heure publiée le 23 mars. Propos recueillis par M. Hervé Guénot

PH : Vous estimez dans votre livre que le Président Macron en définissant le concept de souveraineté européenne vide de son contenu le concept de souveraineté populaire. Qu’entendez-vous par là ?

FC: La notion de souveraineté désigne ce qui est « au-dessus des autres dans son genre ». C’était au départ le souverain, le monarque. En France, dans le prolongement de Rousseau notamment, l’idée républicaine a conduit d’un côté à faire du peuple le détenteur inaliénable de la souveraineté, et de l’autre à définir la Nation en tant que corps politique, et non pas ethnique ou que sais-je encore. De là découle le primat de la souveraineté populaire et la définition du cadre dans lequel elle est la plus à même de s’exprimer, le cadre national. Lire la suite

Le Foll ou la démocratie bunkérisée

Je m’étais promis de cesser de répondre ici aux polémiques agitées par ceux qui n’existent plus que par elles. Mais enfin, la bêtise des propos de Stéphane Le Foll est par trop irrésistiblement tentatrice. Et même s’il n’est plus personne à convaincre de la vacuité de ses paroles, elles donnent au moins l’occasion de revenir sur les fondement de la souveraineté populaire. Lire la suite

Hollande abat la carte

14 puis 15 moins 2 plus 2 et retour à 13 : l’Assemblée nationale a finalement adopté une carte à 13 régions, bref la mascarade continue.

La carte des futures régions est une diversion qui n’intéresse que les barons qui se disputent déjà leur futur royaume et qui demain troqueront un département contre un autre. Lire la suite

Avec Hollande, les régions disloquent la Nation : l’implosion commence à l’est

D’un côté des élus de Moselle qui veulent former une « Eurorégion » avec la Sarre allemande le Luxembourg et la Wallonie belge. De l’autre des élus alsaciens qui entendent imposer la Collectivité unique que le peuple a vertement refusé par référendum le 7 mai 2013. Au milieu François Hollande et Manuel Valls et leur abominable réforme territoriale qui disloque la République. Invitation à l’abandon de la Nation comme cadre définissant la citoyenneté pour les uns, au repli sur soi identitaire pour les autres : l’implosion commence à l’est. Lire la suite

Réforme territoriale : L’assemblée nationale contre le peuple

CARTE-REGION-SELON-HOLLANDE-La honte s’abat sur les élus de la Nation. Alors que les représentants du Sénat avaient adopté mardi 2 juillet en fin d’après-midi une motion référendaire qui visait à organiser un référendum sur la réforme territoriale actuellement proposée par le gouvernement à travers le projet de loi relatif à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral, l’Assemblée nationale a trahi le peuple qui l’a élue en refusant dans la foulée la consultation populaire sur ce projet de loi Ô combien structurant pour le pays. Une honte et la négation même du mandat qui a été confié aux député-e-s! Lire la suite